Défoncé

Tu sais que tu vas finir par le mettre, ton pouce, sur le scan. La seule question est : est-ce qu'il fera encore partie de ton corps ?
Joel Schumacher - Effraction
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 27 juin

Contenu

Roman - Thriller

Défoncé

Humoristique - Social - Drogue MAJ jeudi 11 juillet 2013

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 21,5 €

Mark Haskell Smith
Baked - 2010
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Julien Guérif
Paris : Rivages, mai 2013
332 p. ; 23 x 16 cm
ISBN 978-2-7436-2535-1
Coll. "Thriller"

Actualités

  • 31/05 Édition: Parutions de la semaine - 31 mai
    Doit-on absolument parler de la sortie d'Inferno, de Dan Brown, dont la traduction en allemand, espagnol, italien et français au fin fond d'un blockhaus italien prête forcément à sourire ? Bien entendu, nous le lirons mais n'en doutons pas : la mise au secret des traducteurs relève non pas du secret-défense mais d'un plan marketing bien mené.
    Les amateurs de Robin Cook - celui des thrillers pas des romans noirs -, de Peter Robinson et de Pieter Aspe feront les beaux jours d'Albin Michel. Dans une moindre mesure, ceux de Jonathan Kellerman feront ceux du Seuil. L'inédit de Mark Haskell Smith chez Rivages est peut-être la lecture drolatiquement noire de circonstance. À noter que Robert Laffont publie dans sa collection "Bouquins" l'intégrale de Fantômas.
    En poche, quelques romans méritent une attention toute particulière, quoique pour des motifs différents. Rivages sort deux romans d'Elmore Leonard, un du Mark Haskell Smith dont nous avons parlé plus haut. Alexis Aubenque et Gilles Bornais sont aussi de sortie tout comme, nettoyage de printemps oblige, Rex Stout (si vous n'avez pas lu de romans de cet auteur à base de détective agoraphobe et monstrueusement obèse qui préfère parler à ses orchidées qu'à ses congénères, alors n'hésitez pas !).
    Et si l'on parle classique, force est de constater qu'il n'en manque pas dans les bandes dessinées et les romans jeunesse avec des auteurs comme Robert Louis Stevenson, Charles Dickens, Victor Hugo ou Léo Malet (dans des éditions certes abrégées). Enfin, attirons votre attention sur un document sur les Indiens dans le western qui ravira les exégètes du genre.

    Fictions adulte grand format :
    L'Affaire du tarot, de Pieter Aspe (Albin Michel, "Romans étrangers")
    De l'or sous les verrous de Fontevraud, de Gino Blandin (L'àpart, "Polar")
    Pas de vie en rose pour le docteur Hans, de Ginette Bocquet (ABM)
    Inferno, de Dan Brown (Jean-Claude Lattès)
    Jamais vue, d'Alafair Burke (Télémaque, "Entailles")
    Nano, de Robin Cook (Albin Michel, "Thrillers")
    La Femme qui valait trois milliards, de Boris Dokmak "Ring, "Noir")
    Chinese strike, de Michel Douard (La Manufacture de livres)
    À âmes égales, de David Dupont (Thot, "Polar")
    Rififi sur la Canebière, de Oumar El Foutiyou Ba (IS)
    Zalbac brothers, de Karel Gauthier (Albin Michel, "Thriller")
    L'Heure du chacal, de Bernhard Jaumann (Le Masque, "Grands formats")
    Le Dernier agent, de Jerry Bruce Jenkins (Vida)
    Les Tricheurs, de Jonathan Kellerman (Le Seuil)
    Sauvage était la côte, de Bernard Méhaut (Coëtquen, "Policier")
    La Promesse du Gitan, de Nicolas Ménard (Pavillon noir)
    Quitte à vivre ma mort, de Daniel Panizzoli (IS)
    Le Silence de Grace, de Peter Robinson (Albin Michel, "Spécial suspense")
    Murder Park, de Leigh Russell (City, "Thriller")
    Défoncé, de Mark Haskell Smith (Rivages, "Thriller")
    Fantômas : édition intégrale. 1, de Pierre Souvestre & Marcel Allain (Robert Laffont, "Bouquins")
    Fantômas : édition intégrale. 2, de Pierre Souvestre & Marcel Allain (Robert Laffont, "Bouquins")

    Fictions adulte poche :
    Jackson Brodie, de Kate Atkinson (LGF)
    Stone Island, d'Alexis Aubenque (Le Toucan, "Suspense")
    Les Nuits rouges de Nerwood, de Gilles Bornais (Le Masque", "Masque poche. Suspense historique")
    Le Tribunal des âmes, de Donato Carrisi (LGF, "Thriller")
    Macchab Academy : reality roman, de Patrice Dard (Fayard, "Littérature française")
    Rencontres d'un très sale type : roman de sens-friction, de Patrice Dard (Fayard, "Littérature française")
    Le Mystère Léviathan, de Lionel Davoust (Points, "Thriller")
    Sur le fil du rasoir, de Oliver Harris (Points, "Policiers")
    Écumes de sang, d'Elizabeth Haynes (LGF, "Thriller")
    Qui a tué le Jardinier ? : Pontivy, d'Anne Le Jéloux-Chauvel (Astoure, "Breizh noir")
    Permis de chasse, d'Elmore Leonard (Rivages, "Noir")
    Stick, d'Elmore Leonard (Rivages, "Noir")
    Confession d'un tueur à gages, de Xiaoquan Ma (Points, "Roman noir")
    Demain est une autre vie, de Thierry Serfaty (J'ai lu, "Policier")
    Delicious, de Mark Haskell Smith (Rivages, "Noir")
    Fer de lance, de Rex Stout (Le Masque, "Masque poche. Jaune")
    Bien mal acquis : Saint-Malo, de Roger-Guy Ulrich (Ouest et compagnie, "Roman policier")

    Bandes dessinées :
    La Page blanche, de Boulet & Pénélope Bagieu (LGF)
    L'Île au trésor, de Robert Louis Stevenson. 2, de David Chauvel & Fred Simon (L'École des loisirs, "Mille bulles")
    L'Île au trésor, de Robert Louis Stevenson. 3, de David Chauvel & Fred Simon (L'École des loisirs, "Mille bulles")
    Jessica Blandy : intégrale. 6, de Jean Dufaux & Renaud (Dupuis, "Magnum")
    Les Énigmes de Léo. 1, de Erroc & Philippe Larbier (Bamboo, "Humour")
    Ninjettes, de Al Ewing & Eman Casallos (Panini comics, 100 % Fusion comics")
    Lobo Tommy, de Herlé (Grand west, "BD")
    Maître Marley, avocat. 1, Je ne parlerai qu'en ma présence !, de Bruno Madaule (Delcourt, "Humour de rire")

    Littérature de jeunesse (éveil) :
    Gina Sabayon détective, de Myrha Verbizh (L'École des loisirs, "Album de l'École des loisirs")

    Fictions jeunesse :
    Oliver Twist, de Charles Dickens (De Borée, "Poche classique")
    Les Misérables, de Victor Hugo (L'École des loisirs, "Classiques abrégés")
    Sans famille, de Hector Malot (De Borée, "Poche classique")
    Qui a tué Herman Henderson ?, de Rebecca Promitzer (Bayard jeunesse, "Millézime")

    Cinéma, télévision & radio :
    Les Indiens dans le western américain, de Matthieu Lacouf-Labartine (Presses de l'Université Paris-Sorbonne, "Mondes anglophones")

    Criminologie & prisons :
    Administration pénitentiaire et justice : un siècle de rattachement, sous la direction de Paul Mbanzoulou & François Dieu (L'Harmattan, "Criminologie. Champ pénitentiaire")
    Moi, Dodo la Saumure, de Dominique Alderweirfeld (Denoël, "Grand public")
    L'Affaire Cahuzac : en bloc et en détail, de Fabrice Arfi (Don Quichotte)
    Les Secrets de la mafia, de Philippe di Folco (La Librairie Vuibert, "Les Secrets de")
    Le Cas Landru : les pièces du dossier : exposition, Paris, Musée des lettres et manuscrits du 24 mai au 15 septembre 2013, d'Éric Young & Estelle Gaudry (Télémaque : Musée des lettres et manuscrits)
    Affaires criminelles inexpliquées, de Solène Haddad (City, "Histoires vraies")
    La Révolte de la prison de Nancy : 15 janvier 1972, établi et présenté par Philippe Artières (Le Point du jour)
    Nous n'étions pas armés : les reclus de Monflanquin, de Christine de Védrines (Plon, "Actualité")
    La Garçonne et l'assassin : histoire de Louise et de Paul déserteur travesti dans le Paris des années folles, de Fabrice Virgili & Danièle Voldman (Payot, "Petit bibliothèque Payot. Histoire")
    Liens : La Garçonne et l'Assassin |Delicious |Stone Island |Les Secrets de la mafia |Sauvage était la côte |Pieter Aspe |Gino Blandin |Dan Brown |Boris Dokmak |Jonathan Kellerman |Peter Robinson |Mark Haskell Smith |Pierre Souvestre |Marcel Allain |Gilles Bornais |Donato Carrisi |Patrice Dard |Elizabeth Haynes |Elmore Leonard |Thierry Serfaty |Rex Stout |Robert Louis Stevenson | Erroc |Charles Dickens |Philippe Di Folco |Bernard Méhaut

Une p'tite bouffée ?

Parmi les mythes éternels de l'Humanité, il y a la recherche du Graal, et Défoncé, malgré son titre, raconte l'histoire de cette quête à travers les péripéties de Miro Basinas, un Américain ordinaire qui, comme tous les Américains ordinaires, a un rêve, un rêve artisanal associé à une volonté de réaliser un chef d'œuvre, et de devenir le meilleur dans son domaine, à l'instar de ces freaks, héros des romans de Harry Crews, qui veulent devenir par un biais les meilleurs (collectionneur de serpents, culturistes, bouffeur de voitures...), celui de Mark Haskell Smith cherche à devenir célèbre en réalisant le cannabis qui aura le meilleur goût, le moins d'amertume, et le moins de force pure, mais qui sera capable d'apaiser l'esprit tout en conservant un arrière-goût de mangue addictif. Il a tellement confiance dans son produit, fruit de longues recherches botaniques, de croisements scientifiques, et de ténacité herbicole, qu'il va le présenter à la Cannabis Cup d'Amsterdam, l'Oscar de la marijuana.
Mais le Graal, pour d'autres, c'est de réaliser les rêves les plus profonds comme Daniel, un être profondément religieux, qui passe son temps à relire la Bible et à répandre la bonne parole mais qui sent bien qu'il manque quelque chose à sa vie. Et ce quelque chose est sans doute lié à ce qui, caché dans son slip, se dresse de temps en temps. Et il ne va pas tarder à comprendre. Sa sexualité se développe en même temps qu'il assimile qu'elle n'est qu'un reflet du divin. Ces éléments, il n'a de cesse de se les expliquer en détail, et de tirer le roman du côté d'un certain humour mélangé à une folie douce et agréable, comme s'il y avait un joint qui circulait entre les différents protagonistes et éléments de façon permanente. D'ailleurs, cette folie douce gagne à la fois les forces de l'ordre et les gangsters qui envahissent cette histoire car, évidemment, la meilleure drogue du monde attire les convoitises.
Tout s'accélère au moment de la rencontre entre Miro et Daniel. L'on suit leurs aventures pour récupérer le cannabis et aller jusqu'au bout de leurs rêves. L'intrigue de Mark Haskell Smith est rendue avec force grâce à un style qui manie l'humour caustique en même temps qu'il détruit les fondements de la société américaine - le capitalisme vu à travers les coups tordus d'un capitaine d'industrie, la religion à travers le sadomasochisme larvé et la compassion vue comme un moyen de se faire de l'argent. Sans nul doute, Mark Haskell Smith a dû toucher à ce cannabis miraculeux car son roman baigne dans cette sorte de rêve éveillé avec de légères distorsions de la réalité qui est, parait-il, l'un des attraits de ce produit, et faisant de la lecture une expérience d'apesanteur extrêmement plaisante.

Citation

Rire, tousser ou éternuer lui étaient formellement interdits. Ce qui était fort dommage car il allait passer quelques jours chez ses parents et, qu'en leur compagnie, mieux valait être défoncé.

Rédacteur: Laurent Greusard mardi 22 octobre 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page