La Momie de la Butte-aux-Cailles

Ayant eu cinq chevaux tués sous lui, sa cavalerie anéantie, ses vêtements criblés par la mitraille, tête nue, le visage noirci par la poudre, seul debout parmi les mourants et les morts, dans la lueur tragique du feu incessant des canons ennemis, il avait empoigné le fusil d'un grenadier tombé à ses côtés et voulait lutter encore, lutter farouchement contre toute espérance sur l'immense champ de bataille envahi par la nuit où s'élevait de toutes parts la plainte déchirante des agonisants...
Henri-Robert - Les Grands procès de l'histoire - volume 4
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

1994
Il est très symbolique que le troisième roman d'Adlène Meddi s'ouvre et se clôture par une scène ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 21 novembre

Contenu

Roman - Policier

La Momie de la Butte-aux-Cailles

Historique MAJ samedi 16 mai 2009

Note accordée au livre: 5 sur 5

Poche
Inédit

Tout public

Prix: 8,6 €

Claude Izner
Paris : 10-18, janvier 2009
384 p. ; 18 x 10 cm
ISBN 978-2-264-04491-4
Coll. "Grands détectives", 4186
Les enquêtes de Victor Legris, 8

Ce qu'il faut savoir sur la série

Les enquêtes de Victor Legris débutent en juin 1889, alors que l’Exposition Universelle bat son plein. La tour Eiffel, qui vient d’être inaugurée, en est la principale attraction. Victor est libraire rue des Saints-Pères. Passionné par son métier, il est également attiré par la photographie naissante et par la résolution d’énigmes. Il devient enquêteur pour protéger Kenji, son associé, qu’il considère comme son père.
Pour cette série, forte en 2009 de huit volumes, les auteurs s’appuient sur des faits divers étranges, en général étonnants mais réels, qui nourrissent une intrigue, d’une excellente facture, impliquant de près ou de loin des proches de Victor. Parallèlement à ces enquêtes, Claude Izner développe une véritable saga domestique avec une augmentation significative du microcosme familial. Chaque livre est aussi le prétexte pour explorer un quartier pittoresque, pour en faire une visite très documentée. Cette série se distingue par la qualité et la précision quant à la reconstitution de l’époque, par la richesse des descriptions. Le style, l’écriture, la richesse du vocabulaire et des images lui donnent une tonalité particulière, une authenticité peu commune.

Une enquête difficile et douloureuse pour Victor Legris

Micheline Ballu, la concierge de l'immeuble attenant à la librairie Elzévir, retrouve chaque quinzaine Alphonse, son cousin, un capitaine employé au ministère. Le jour où Alphonse disparaît, Micheline se persuade qu'il a été séduit par Alexandrine Piotte, dite tata Bric-à-brac, une brocanteuse. Elle en rend Victor responsable car c'est lui qui les a présentés l'un à l'autre pour une affaire de... médailles. Victor, pour en avoir le cœur net, se rend chez Tata justifiant sa visite par la demande d'un client. Elle lui montre alors un minuscule livre composé de formules, de mots incomplets, presque un charabia. Il pue le poisson, ayant été retrouvé dans l'estomac d'une carpe. Cependant, l'étrangeté de la chose titille la curiosité de Tata et celles de Victor et Jérôme, son associé à la librairie et à la résolution des mystères. C'est le lendemain, en allant chercher les livres qu'il trouve Tata pendue. Meurtre ou suicide ? L'affaire se complique lorsque Victor découvre dans des papiers, qu'il est le seul légataire de la morte. La police ne va-t-elle pas conclure rapidement avec un tel mobile ? Parallèlement, les relations avec Tasha, son épouse, prennent un cours fâcheux... Et qu'en est-il de ce trafic de momies dénoncé par la presse ?

Avec cette huitième enquête, Claude Izner propose la visite d'un des quartiers les plus miséreux de l'époque et nous fait découvrir de ces nouveaux "petits métiers" dont l'auteur a le secret. L'intrigue, bien orchestrée, est distillée entre les divers rebondissements de la saga familiale de Victor. Celle-ci, de livre en livre, prend de l'ampleur et risque de le faire encore car le microcosme va s'agrandir d'un, voire, deux éléments.
Claude Izner, suit les évolutions des inventions et, par exemple, par Victor interposé, nous fait vivre les premiers pas du cinématographe, l'opposition de la conception de cette invention entre les frères Lumière et Georges Méliès.
La Momie de la Butte-aux-Cailles reprend la trame qui a fait le succès de la série : richesse de la documentation, pertinence des détails, relation d'un quotidien pittoresque, restitution de l'atmosphère d'une période bouillonnante. L'humour, l'écriture et le style servent le tout avec, en prime, une intrigue passionnante à suivre.


On en parle : La Tête en noir n°140

Nominations :
Prix polar en plein cœur 2010

Citation

Cet individu, libraire de son état, montrait une fâcheuse propension à marcher sur les brisées de la police. Non content de piétiner des plates-bandes interdites, il commettait des bévues qui, en toute logique, eussent dû provoquer des catastrophes.

Rédacteur: Serge Perraud dimanche 10 mai 2009
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page