Un jambon calibre 45

Une réputation, c'est comme un pneu de voiture. Ça roule, ça roule et un jour ça rencontre un clou.
David Goodis - Rue Barbare
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 23 janvier

Contenu

Roman - Noir

Un jambon calibre 45

Road Movie - Tueur à gages MAJ mardi 03 septembre 2013

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 22 €

Carlos Salem
Un jamon calibre 45 - 2013
Traduit de l'espagnol (Argentine) par Claude Bleton
Arles : Actes Sud, février 2013
340 p. ; 22 x 14 cm
ISBN 978-2-330-01264-9
Coll. "Actes Noirs"

Paso doble amoureux

À partir de quand peut-on déjà parler de "rétro" ? Car ce nouveau roman de Carlos Salem évoque fortement les années 1990 avec un héros trentenaire, raté magnifique aux vagues ambitions littéraires entre deux cuites (au moins, on nous épargne les obligatoires citations jazz, les plus obscures possibles pour faire spécialiste, en y préférant le tango), ses femmes faciles, sinon fatales, aux amours tumultueuses, ses tueurs lunaires (le "Jambon" du titre)... Mais on échappe aux pires tics de ces mêmes années 1990 même si l'on se confronte aux pires clichés du genre traités par-dessus la jambe avec une vague posture post-moderne pour montrer que le romancier est beaucoup plus intelligent que les autres... Bref, si Un jambon calibre 45 n'innove guère, coincé entre polar et blanche de quadragénaire à base d'errances façon Philippe Djian, il s'avère cependant plutôt agréable à lire.
Argentin indigne, Nicolàs Sotanovsky a traîné son blues à Madrid, où il n'agit guère plus que dans son pays natal. Il décide de déposer son barda chez Noelia, la belle rousse qu'il n'a jamais vue, mais dont il détient la clé de l'appartement déserté... Or au lieu de la propriétaire des lieux, il voit débarquer une armoire à glace - aux ordres d'un caïd surnommé la Momie -, désireux de trouver un MacGuffin qu'est censé avoir dérobé Noelia. Voilà donc notre anti-héros obligé de partir en quête de la belle rousse, avec un tueur à ses basques et l'aide de la peu farouche Nina, une amie de Noelia. Une quête absurde qui le mènera jusqu'au Maroc...
On le voit, la pseudo-enquête n'est qu'un prétexte à décrire des personnages décalés, certes archétypaux (le tueur au grand cœur, la passante tombant amoureuse du héros en deux secondes trois dixièmes, le détective maladroit...), mais agréables jusqu'à une révélation finale assez inattendue dans un tel contexte. Et il y a une écriture, simple et évocatrice, servie par une traduction irréprochable. Rien d'exceptionnel, juste un roman gris (mi-noire, mi-blanche) qui porte fièrement son identité. On peut se laisser tenter...

Nominations :
Mille et une feuilles noires 2013

Citation

J'ai toujours été un Argentin bizarre. Je suis né en 1978, l'année où on a gagné le Mondial et où on a perdu la mémoire. Après, j'ai su que c'était la première fois qu'on brandissait la coupe de la FIFA, mais qu'on avait une grande habitude des amnésies sélectives.

Rédacteur: Thomas Bauduret lundi 12 août 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page