Feuque !

Une originale. C'est ce qu'ils disent de toi, que tu es une originale. C'est une autre manière de dire bizarre. Voilà ce qu'ils pensent que tu es.
Mari Strachan - La Terre fredonne en si bémol
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Le Passager clandestin
Douze années après avoir fait escale à Tahiti, Georges Simenon propose un roman noir exotique plombé de n...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 16 décembre

Contenu

Roman - Noir

Feuque !

Musique MAJ dimanche 21 décembre 2008

Note accordée au livre: 2 sur 5

Poche
Inédit

Tout public

Prix: 10,5 €

Jean-Bernard Pouy
Frank Margerin (illustrateur de couverture)
Perpignan : Mare nostrum, juin 2008
96 p. ; 14.5 x 14.5 cm
ISBN 978-2-908476-66-8
Coll. "Polar rock", 5

Chronique

1979, NFFF, No Future For Fuck, est LE groupe punk de Montluçon avec sa petite célébrité. Il faut en profiter car la célébrité, ça ne dure qu'un temps, et dans le rock on l'estime à trois ans. Pour NFFF, tout baigne, les concerts s'enquillent, les pétards volent bas et la dope fait son apparition. Il y a même une minette mineure, avec un rat sur l'épaule, pour faire la groupie. NFFF, c'est Zak, Klakos et Wingo, trois musiciens tombés sous le charme de No Fuck Baby, de Montbéliard. Ces minots généreux mais immatures ont leur escort-girl, Gisèle, une vieille lesbienne, dix ans plus âgée qu'eux et qu'ils surnomment affectueusement "Mamie", juste histoire de la voir péter un câble. Mais ce câble, justement, il pète au sortir d'un concert quand Totor, le manager, ne suit pas l'ordre logique des choses. Le pèze de la soirée, il l'a gardé pour lui. Les autres dates, il les a annulées. Le quintette va se faire un malin plaisir de remonter jusqu'à lui, dans un château pourri, où il va pouvoir enregistrer un 45T d'anthologie avant que la légende ne se mette en marche et que l'hémoglobine coule à flots.
Jean-Bernard Pouy, aidé par sa grande culture rock, délivre un petit bijou romantique empreint d'une douce poésie, qui est sans conteste un des meilleurs romans de la collection "Polar rock". Au milieu du récit, ce n'est pas Lucien mais Gilou qui fait une apparition, subtil hommage à Margerin qui réalise ici la couverture du livre.


On en parle : La Tête en noir n°133

Citation

Les éructations de Zak renvoyaient direct à Rimbaud, à Corso, à Ginsberg tout en restant grosso modo anar poilu, crevons le capital, l'État c'est du caca, la dope ise goude for you.

Rédacteur: Julien Védrenne mardi 29 juillet 2008
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page