Tué sur un coup de tête

Par souci des convenances, il vaut mieux que certaines choses soient murmurées. Mais elle devine qu'Arthur s'exprime ainsi pour que Daniel n'ait jamais honte de son geste.
Lori Roy - Bent Road
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 24 mai

Contenu

Roman - Policier

Tué sur un coup de tête

Ethnologique - Humoristique MAJ lundi 23 septembre 2013

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 18,95 €

Colin Cotterill
Killed at the Whim of a Hat - 2011
Gennevilliers : Prisma, juin 2013
348 p. ; illustrations en noir & blanc ; 24 x 15 cm
ISBN 978-2-8104-0392-9
Coll. "Noir"

Thaï mannequin

"Le polar hilarant de l'été", proclame un bandeau opportuniste. Exactement le genre d'accroche particulièrement casse-binette, même si elle fait bien sur les linéaires, car déjà, elle impose l'unicité (LE roman de l'été, surclassant donc tous les autres — décidé par qui ?) et promettant beaucoup, soit une bonne tranche de rire, denrée rare de nos jours. Grave, car ce roman, s'il ne néglige pas une truculence british évoquant parfois le grand Wodehouse, n'est pas à proprement parler une grosse farce. On se situe plutôt dans le domaine du fort doué John Burdett, et la journaliste Jimm Juree pourrait être un pendant féminin de son Sonchaï Jitplecheep, quoique notre héroïne soit plus portée aux drames feutrés familiaux qu'aux perles de sagesses bouddhistes. Et ces deux auteurs donnent une certaine primauté au décor de leurs aventure vu de l'intérieur par des personnages intégrés à leur monde, ici la Thaïlande. Ah, la Thaïlande, ses plages, son Muay Thaï, ses temples, sa cuisine... Pardon ? La chronique ? Quelle chronique ? Ah, oui, la chronique...
Plus que John Burdett donc, Colin Cotterrill met l'accent sur un personnage pittoresque et attachant, reprenant la figure jadis centrale du reporter intrépide, mais beaucoup plus en contact avec son entourage. Et, bien sûr, Thaï oblige, on ne peut faire l'impasse du travesti/transexuel de service, ici le frère, euh, la sœur culturiste de l'héroïne adepte de magouilles diverses et truculentes sur Internet. Si parfois, l'ensemble prend les atours cinématographiques d'une comédie exotique d'été, il est presque dommage que l'auteur mise sur cet aspect plutôt que sur son intrigue policière dont les articulations sont un tantinet lissées. Car il y a bien une intrigue policière qui n'est pas qu'un prétexte, et s'avère même plutôt inventive, mêlant la découverte accidentelle d'un combi Volkswagen enterré depuis des années où reposent deux cadavres qui ne semblent pas avoir subi la moindre violence, l'assassinat d'un moine bouddhiste et une égérie de spectacles porno-gore sur la Toile. Du coup, l'aspect comédie de mœurs, qui ouvre réellement une fenêtre passionnante sur la mentalité thaïlandaise (enfin... on peut présumer que l'auteur ne raconte pas de carabistouilles), et l'intrigue policière se mêlent sans trop de heurts... et donc, justement, de façon un peu trop lisse. En tout cas, s'il ne faut pas s'attendre à une grosse farce, voilà un petit roman roboratif, une lecture dépaysante pour profiter des derniers feux de l'été, et qui sera à chercher entre les piles de daube industriello-mondialisée bénéficiant du "conseil des libraires"...

Citation

La méthode pour creuser un puits, dans le sud de la Thaïlande, est sans conteste une insulte à l'Occident où priment des notions telles que certifications de la qualité et normes de sécurité.

Rédacteur: Thomas Bauduret jeudi 05 septembre 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page