Le Petit César

Ma capacité de concentration est si mauvaise que je m'y perds.
Christoffer Carlsson - Nuit blanche à Stockholm
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Le Passager clandestin
Douze années après avoir fait escale à Tahiti, Georges Simenon propose un roman noir exotique plombé de n...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 15 décembre

Contenu

Film - Policier

Le Petit César

Gang MAJ vendredi 20 septembre 2013

Note accordée au livre: 4 sur 5


Inédit

Tout public

Prix: 0 €

Mervyn LeRoy
Scénario adapté de l'œuvre de William Riley Burnett
Little Caesar - 1931
Paris : Warner Bros., janvier 1931
noir & blanc ;

Apprenti Capone

Edward G. Robinson incarne à merveille Al Capone, tant les ressemblances physiques sont flagrantes. Dans Le Petit César, s'il n'endosse pas le costume de ce caïd de la pègre de Chicago, il n'en est guère éloigné. Son rôle de Rico Bandello, un homme ambitieux et sans morale, avide de richesse, de gloire et de pouvoir, le projette au sein de la bande de Sam Vettori, qu'il ne tarde pas à évincer et à remplacer. Son sourire qui montre des incisives pointues cache difficilement un être mû par des pulsions nées d'une enfance pauvre et d'un parcours semé de contretemps et de frustrations. Mais le film de Mervyn LeRoy fait intervenir un autre protagoniste, l'implacable et inflexible sergent Flaherty, qui n'aura de cesse de le coincer. Celui-ci multiplie les apparitions au risque d'énerver un homme qui n'hésite pas à faire parler son propre feu pour tuer ses ennemis. C'est ainsi que lors du braquage d'un restaurant chic pendant la Saint-Sylvestre, Bandello tue l'un des notables les plus en vue dans la lutte contre la criminalité urbaine qui va grandissante dans un monde capitaliste galopant, qui se remet à peine de la Grande Dépression. Sa progression fulgurante n'a d'égale que sa déchéance. Car à force d'agir en despote, d'où le titre du film, Le Petit César, Bandello voit son plus proche ami se rebeller sur les conseils de sa petite amie, et le dénoncer à la police. Il n'en faut pas plus pour l'acculer, voir sa richesse et son pouvoir lui échapper, et entamer une fuite éperdue qui l'emmènera dans un foyer pour indigents. Là, il ne pourra résister aux provocations de la police par journaux interposés, et affronter sa mort en un combat final inversé (le flic l'abattra avec une mitraillette, l'arme par excellence du gangster). La mise en scène de Mervyn LeRoy est sobre, et offre un noir et blanc grandiose à l'heure d'affronter les rues nocturnes désertifiées, et les petits détails prennent toute leur importance (même si la montre volée qui est offerte à Bandello n'aura au final aucune incidence). En cette année 1931, année charnière pour le film de gangsters, qui voit ici Edward G. Robinson laisser éclater toute sa classe (L'Ennemi public propose un rôle de première à James Cagney), et les moyens réduits de la Warner permettent néanmoins à Mervyn LeRoy de réaliser un merveilleux film de gangsters.

Le Petit César (79 min.) : réalisé par Mervyn LeRoy sur un scénario de Francis Edward Faragoh et Robert N. Lee d'après le roman de Willial Riley Burnett. Avec : Edward G. Robinson, Douglas Fairbanks Jr., Glenda Farrell, William Collier Jr., Sidney Blackmer, Ralph Ince...

Illustration intérieure


Citation

Tu as tué McClure. Il y a un million d'hommes dans cette ville, et il a fallu que ça tombe sur le commissaire de la police judiciaire.

Rédacteur: Julien Védrenne lundi 16 septembre 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page