Les Vies secrètes de JFK

La camarde n'était passée chez lui que quelques années plus tôt que prévu par les statistiques et les moyennes nationales. En fait je n'avais fait que lui entrouvrir la porte.
Maurice Gouiran - Le Printemps des corbeaux
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Tempête qui vient
Le titre de ce nouveau roman de James Ellroy, par ailleurs deuxième volet du "Second quatuor de Los Angel...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 10 décembre

Contenu

Essai - Espionnage

Les Vies secrètes de JFK

Politique - Assassinat - Faits divers MAJ mardi 15 octobre 2013

Note accordée au livre: 2 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 19,95 €

Pierre Lunel
Paris : First, juin 2013
204 p. ; 24 x 15 cm
ISBN 978-2-7540-4240-6
Coll. "Document"

Actualités

  • 26/11 Commémoration: Commémorations JFK
    Le 22 novembre 1963, à l'âge de quarante-six ans et après trois années de mandat, le président américain John Fitzgerald Kennedy meurt - assassiné à Dallas par Lee Harvey Oswald selon l'histoire officielle. Depuis, le meurtre du trente-cinquième président des États-Unis a fait couler beaucoup d'encre et mobilisé les adeptes des conspirations en tous genres. Il n'en demeure pas moins que cinquante ans après, sa mort est toujours une énigme, garantie par un autre meurtre, celui de Lee Harvey Oswald. En cette année de commémoration, les livres se multiplient non seulement sur ce tragique événement mais aussi sur la vie d'un homme qui incarna le renouveau et qui demeure à ce jour le plus jeune président élu, et le seul de confession catholique. John Fitzgerald Kennedy a beaucoup cristallisé autour d'une image trouble et séduisante. L'homme aux multiples maîtresses (comment ne pas parler de Marylin Monroe) a suscité bien des commentaires. Nous avons déjà parlé de l'ouvrage de Pierre Lunel, Les Vies secrètes de JFK, qui revient sur l'une des premières vies totalement exhibées, nous parlerons très bientôt de ce beau livre chez Casterman de Christian De Metter qui illustre vingt-cinq textes de Patrick Jeudy (dont nous reparlerons un peu plus bas), pour Dallas, une journée particulière, qui fait actuellement l'objet d'une exposition parisienne, mais en dehors de ces ouvrages plus ou moins voyeuristes, des documentaires refont surface, des archives (presque) inédites apparaissent, et des expositions sont consacrées à cet homme peu ordinaire. Voici ce que nous avons référencé cette semaine.

    JFK en vidéo sur le site de l'Ina :
    Dans sa lettre d'information, le site de l'Ina revient évidemment en image sur la vie de John Fitzgerald Kennedy en quatorze vidéos qui font évidemment la part belle à l'assassinat de Dallas et aux obsèques du Président, mais qui mettent aussi en avant sa confrontation électorale avec Richard Nixon et l'échec des anticastristes à Cuba. Le tout présenté en une page largement détaillée et parfaitement hiérarchisée.
    John Fitzgerald Kennedy sur l'Ina

    Dallas, une journée particulière & Il n'y a pas de Kennedy heureux :
    Les éditions Montparnasse s'emparent aussi de ce tragique anniversaire pour mettre en avant deux documéntaires qu'elles ont à leur catalogue. Avec Dallas, une journée particulière, Patrick Jeudy propose une enquête avec un nouvel angle et l'interrogation de nouveaux témoins clés et l'apport d'images inédites. Il n'y a pas de Kennedy heureux entre plusq dans l'intimité d'une famille (d'un clan) déjà exposé aux quatre vents. Là, ce sont des archives familiales inédites qui sont mises en avant pour commémorer une famille dantesque version américaine de la réussite et de la tragédie.
    Dallas, une journée particulière
    Il n'y a pas de Kennedy heureux

    Dédicace mardi 26 novembre pour Kennedy, la vérité sur le clan :
    Dans le cadre de son partenariat avec l'exposition "JFK 1963-2013", Myriam Kournak, directeur général de l'hôtel Montalembert (3, rue Montalembert - 75007 Paris), a invité Frédéric Lecomte-Dieu, commissaire de l'exposition et biographe officiel de la famille Kennedy, a venir dédicacer son ouvrage Kennedy, la vérité sur le clan (Jourdan) le mardi 26 novembre à partir de 18 heures. Cette séance de dédicaces permettra, outre de rencontrer l'auteur, de découvrir quelques clichés en marge de l'exposition qui, elle, a lieu à la Galerie Joseph (7, rue Froissard - 75003 Paris) jusqu'au 30 novembre.

    Dédicaces lundi 16 décembre pour On a tiré sur le Président, de Philippe Labro :
    Toujours dans le cadre de son partenariat avec l'exposition "JFK 1963-2013, l'Hôtel Montalembert (3, rue Montalembert - 75007 Paris) reçoit l'écrivain Philippe Labro le lundi 16 décembre à partir de 18 h 30 pour son roman On a tiré sur le Président (Gallimard).
    Liens : Christian De Metter

JFK par le trou de la serrure

Jack ? Un Kennedy pur souche, Irlandais catholique sûr de lui, déterminé, cultivant à l'envi son goût de l'apparat et du badinage. Héritier, sinon pur produit de son père, l'inénarrable Joe, grand fornicateur devant l'Éternel, cultivant à loisir la vulgarité assassine, ouvertement débauché et dépravant volontiers ses garçons sans la moindre pudeur. Mais un sacré caractère tout de même, même si la biographie tergiverse sur le compte à créditer à ce sujet, celui de l'enfant malade miraculeusement ressuscité à force de volonté, ou du père, en charge (au pas de charge même) de la famille Kennedy, arrogante, autosuffisante, conquérante. Le biographe ne fait pas dans la dentelle, et nous offre des Kennedy une image très cynique. Du petit, on apprend vite les turpitudes, une éducation sexuelle déjetée sous la bénédiction d'un pater familias aux obscénités sans borne. En gros, dixit l'auteur, l'éducation sentimentale d'un "motherfucker", le chromosome de la gagne en plus. D'agressions morbides en dérapages compulsifs, JFK est plus près de DSK que de n'importe quel autre homme politique, prisant les parties fines et les gros boxons bien louches, mais généreux avec ses frères, toujours prêt à leur refiler ses bon coups... Un goujat de première en somme, qui connut l'amour fou tout de même semble-t-il, au bras d'une Mata-Hari à l'américaine, surveillée nuit et jour par le FBI et Roosevelt en personne. Les caprices, les écarts, les frasques innombrables, rien ne nous est épargné, pas même les partouzes de la Maison Blanche transformée en lupanar, ni Marylin bien sûr, dépeinte aux mêmes couleurs intempestives – addict au sexe elle aussi, mais pour d'autres raisons. En fait de vie secrète, c'est une vie déjà passablement exhibée qui nous est offerte, rabaissant l'Histoire au rang de faits divers, sans grande vertu pour le genre - qui existe, n'en doutons pas.

Citation

Ainsi a grandi Jack, écartelé entre l'ambiance frigide et ratatinée de Rose et l'atmosphère pornographique dégagée par Joe.

Rédacteur: Joël Jégouzo lundi 23 septembre 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page