Le Clou de la saison

Seule tache sur le blason de la ville, une vieille demeure délabrée, digne de la famille Addams, élevait sa silhouette sinistre à quelques dizaines de mètres de là : une ruine aux volets arrachés, aux tuiles manquantes, à la pelouse dévorée par les mauvaises herbes. Il ne manquait plus que l'ombre grimaçante de l'oncle Fétide à l'une des fenêtres de l'étage.
Douglas Preston & Lincoln Child - Descente en enfer
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 24 mai

Contenu

Roman - Noir

Le Clou de la saison

Huis-clos - Terrorisme MAJ jeudi 17 octobre 2013

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Réédition

Tout public

Prix: 16 €

John Crosby
Party of the Year - 1979
Traduit de l'anglais par Sophie Mayoux
Paris : J éditions, septembre 2012
20 x 13 cm
ISBN 979-10-90278-23-3
Coll. "La Bibliothèque policière de Jean-Claude Zylberstein", 3

Mortelle mondanité

Le clou de la saison, c'est la fête qu'entend bien donner la Principessa, une riche mondaine, au Mont-Zéphir, un immeuble qui est une enclave inexpugnable pour ceux qu'on appelle aujourd'hui "Les 1 %", un endroit où les plus riches sont assurés de ne pas être victimes d'enlèvements ou de se mêler au vulgum pecus. Un endroit si exclusif qu'il avait jadis sa propre gare ferroviaire... C'est là qu'Horatio Cassidy, un professeur d'histoire médiévale et ex-agent de la CIA anticonformiste, est embauché pour servir de précepteur à la jeune Lucia di Castiglione, fille de la Principessa, dont le père fut enlevé, puis exécuté par ses ravisseurs. Horatio va découvrir ce monde étrange d'une famille aux secrets nombreux, mais ses connaissances en matière de sécurité lui seront fort utiles pour déjouer les plans des terroristes ayant pris Mont-Zéphir pour cible. Et si le ver était déjà dans le fruit ?
Excellente idée que d'avoir réédité ce roman atypique, salué en son temps par le regretté Michel Lebrun, dans une traduction refaite et irréprochable. Ce texte à l'ironie grinçante fait parfois penser au film Le Jouet qui aurait été revu par Donald E. Westlake, influence d'un auteur qui semble omniprésente, et à qui il rend hommage via ces hommes de main surnommés "Sécurité 1,2,3..." Reste une galerie de personnages hauts en couleur dont le moindre n'est pas Cassidy lui-même, atrabilaire flamboyant qu'on imagine facilement interprété par Albert Finney. L'ensemble semble installé fermement dans la comédie de mœurs lorsque subitement, l'auteur nous offre un suspense final à couper au couteau ; et lorsque l'on croit le tout terminé, il nous offre une série de retournements de situations d'une implacable logique mettant le lecteur sur les genoux ! On l'a compris, on tient là un roman à part, comédie de mœurs réussie autant qu'excellent polar, qui donne envie de (re)découvrir John Crosby, cet auteur décédé en 1991... ne serait-ce que les trois autres romans mettant en scène Horatio Cassidy !

Citation

À la lumière froide d'une longue histoire, la loyauté, quand on s'y asservit bêtement au lieu de l'envisager avec intelligence, apparaît comme une aberration, une forme d'aliénation mentale. Les civilisations s'effondrent par obéissance à la loi, et non l'inverse.

Rédacteur: Thomas Bauduret vendredi 04 octobre 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page