Persona

Si vous devez un peu d'argent à une banque, c'est elle qui vous possède alors que si vous lui en devez beaucoup, c'est vous qui en êtes le propriétaire.
Árni Thórarinsson - L'Ange du matin
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Frontière
Depuis les années 1970, l'Amérique mène la guerre contre la drogue. Elle l'a perdue et elle le sa...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 15 novembre

Contenu

Roman - Thriller

Persona

Psychologique - Social - Trafic MAJ jeudi 24 octobre 2013

Note accordée au livre: 1 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 23 €

Erik Axl Sund
Kråflickan - 2010
Traduit du suédois par Rémi Cassaigne
Arles : Actes Sud, octobre 2013
474 p. ; 22 x 14 cm
ISBN 978-2-330-00985-4
Coll. "Actes Noirs"

Resucée suédoise

Le thriller nordique a encore frappé. À vrai dire, la recette est simple. Prenez deux ingrédients de base : schizophrénie et abus sexuels (version inceste). Malaxez bien les deux afin d'obtenir une pâte homogène. Vous pimentez avec quatre meurtres d'enfants sans famille (noirs de préférence) et un peu de trafic pédophile. Vous étalez bien le tout sur une profusion de lieux et vous pétrissez pour que toute chronologie disparaisse (1933 voisinant avec 2008 et vice versa). Vous découpez ensuite le tout en une multitude de pièces de forme et de longueur inégales que vous dispersez à la manière de celles d'un puzzle. Vous avez bien sûr pris soin que vos personnages soient le plus interchangeables que possible pour que le lecteur les confonde. Comme garniture, vous choisissez un procureur pourri, un "couple à distance" (ils sont "ensemble" mais vivent à part, c'est logique et normal, non ?) et une pincée (pas plus !) de relation lesbienne. La sauce, elle, sera bien entendu psychanalytique et assez corsée, à base de relations sado-maso (plus séquestration, affabulation et psychotropes). Vous obtiendrez une resucée des films des années 1960 d'Ingmar Bergman et vous avez naturellement pris soin (à l'intention des lecteurs distraits et des critiques pressés) que le titre et le sous-titre ("Les visages de Victoria Bergman") ne laissent aucun doute à ce sujet. Servir bien froid (comme la vengeance), voire surgelé. Et voilà, le tour est joué, pas plus compliqué cela, la recette pourra d'ailleurs servir à nouveau, (avec quelques variantes d'ingrédients) au prochain épisode. L'essentiel est d'aller au-devant du "goût du lecteur" (facile à identifier, puisqu'il est unique) pour qu'il sache d'avance ce qui l'attend, par ces temps difficiles où le moindre effort est à proscrire. Et le succès est garanti (ce n'est qu'une question de "marketing", vous savez, et il y a des spécialistes pour cela un peu partout), ce qui est bien l'essentiel.

Citation

Combien un être humain pouvait-il endurer avant d'être complètement brisé et devenir un monstre ?

Rédacteur: Le Huron svécomane lundi 07 octobre 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page