Le Maître chanteur de Minsk

La raison pour laquelle il ne fut jamais nommé à la Cour suprême des États-Unis n'était cependant un mystère pour personne : Kingsman était un athée déclaré. D'aucuns juristes vous diront qu'il s'agit plutôt d'un atout pour un juge, car c'est un gage d'objectivité. Mais allez donc expliquer ça à un sénateur républicain en campagne pour sa réélection. Ou même, en l'occurrence, à un sénateur démocrate.
Howard Roughan & James Patterson - Jeu de massacres
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 23 juillet

Contenu

Roman - Policier

Le Maître chanteur de Minsk

Historique - Musique - Vengeance - Assassinat MAJ vendredi 18 octobre 2013

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 22,8 €

Morley Torgov
The Mastersinger from Minsk - 2012
Traduit de l'anglais (Canada) par Céline Schwaller
Arles : Actes Sud, avril 2013
368 p. ; 22 x 14 cm
ISBN 978-2-330-01768-2
Coll. "Actes Noirs"

Actualités

  • 05/04 Édition: Parutions de la semaine - 5 avril
    Un nouveau roman de Yal Ayerdhal est toujours un événement tant l'auteur aime à jouer des frontières des genres en posant des questions au minimum sociales et dérangeantes. Dans une semaine très classique - tant avec Lars Kepler, que Val McDermid, Karin Slaughter et Morley Torgov sans oublier le très prolifique James Patterson -, des ouvrages qui à amènent une réflexion ne sont pas si nombreux. Il y a bien sûr Têtes de Maures, de Didier Daeninckx qui revient sur un pan de l'Histoire, mais ce retour vers le passé n'anticipe guère, aurait-on envie de dire. Certes, il faut se souvenir mais également donner des pistes. Yal Ayerdhal en ce sens n'est pas un mauvais choix, on vous l'assure.
    En parlant de retour vers le passé, les rééditions poche sont là pour nous servir avec en premier lieu celles de Pascal Dessaint au sujet duquel nous vous recommandons plus particulièrement la lecture des Derniers jours d'un homme. Là aussi, les publications classiques ne manquent pas. Les traditionnelles naphtalinées non plus tels Le Fils, de Georges Simenon et Le Mystère de la chambre jaune, de Gaston Leroux. Notons les romans policiers historiques de Frédéric Lenormand et de Henri Lœvenbruck.
    Passés les pastiches d'Agatha Christie de Pascal Brissy en jeunesse, attardez-vous sur ces figures historiques que sont Nelson Mandela et Martin Luther King dont les portraits sont réalisés par Kedir Nelson. Il ne s'agit pas tant d'intrigues policières, vous l'aurez deviné, que de parcours d'hommes dans un monde noir avec des sujets et des thèmes qui nous préoccupent.
    Enfin, nous ne saurions terminer ce petit laïus sans parler des entretiens de François Guérif réunis en un document intitulé sobrement Du polar aux éditions Payot. C'est l'ouvrage que nous avons choisi de mettre en illustration de notre article. Il foisonne d'anecdotes de la part d'un acteur majeur de la littérature policière. À découvrir !
    Mais comme d'habitude, il vous importe de faire vous-même le choix qui s'impose selon vous goûts littéraires du moment...

    Fictions adulte grand format :
    Rainbow Warriors, de Yal Ayerdhal (Au diable Vauvert)
    Le Serment d'Eugénie, de Daniel Borgis (L'Écriteau, "Polar")
    Au bar de la Marine, de Gilles Calamand (La Clé du chemin)
    Têtes de Maures, de Didier Daeninckx (L'Archipel, "Cœur noir")
    Ailleurs... autrement..., de Claude Danze (Chloé des Lys)
    Le Bon père, de Noah Hawley (Gallimard, "Série noire")
    Le Sommeil et la mort, d'A. J. Kazinski (Jean-Claude Lattès)
    Incurables, de Lars Kepler (Actes sud, "Actes noirs")
    Portrait-robot, de Jean-Michel Lecocq (L'Harmattan, "Écritures")
    Le Lynx, de Leena Lehtolainen (Blackmoon, "Thriller")
    Comme son ombre, de Val McDermid (Flammarion, "Littérature étrangère")
    Négociations au sommet, de James Patterson & Michael Ledwige (L'Archipel)
    Médiums : enquête dans l'univers des phénomènes paranormaux..., de Adrien Roisin (Chloé des Lys)
    Broken, de Karin Slaughter (Grasset, "Grand format")
    Le Maître chanteur de Minsk, de Morley Torgov (Actes sud, "Actes noirs")
    L'Attrait de l'opprimé, de Vladimir Volkoff (Le Rocher)

    Fictions adulte poche :
    Un château à Ré-la-Blanche, de Robert Béné (De Borée, "Policier")
    Rivage mortel, de Clive Cussler & Jack B. du Brul (LGF, "Thriller")
    Les Derniers jours d'un homme, de Pascal Dessaint (Rivages, "Noir")
    Tu ne verras plus, de Pascal Dessaint (Rivages, "Noir")
    L'Hypnotiseur, de Lars Kepler (Babel, "Noir")
    Cure fatale à Nantes, de Anne-Solen Kerbrat-Personnic (Alain Bargain, "Enquêtes & suspense")
    Quitte ou double, de Cyrille Legendre (Le Masque, "Masque poche. Jaune")
    La Baronne meurt à cinq heures, de Frédéric Lenormand (LGF, "Policier")
    Le Mystère de la chambre jaune, de Gaston Leroux (Archipoche, "La Biliothèque du collectionneur")
    L'Apothicaire, de Henri Lœvenbruck (J'ai lu, "Thriller")
    Grise mine à Fougères, de Valérie Lys (Alain Bargain, "Enquêtes & suspense")
    Fièvre, de Val McDermid (J'ai lu, "Thriller")
    Vengeance à Yaoundé, de Marie Ottoli (Dagan, "Afro-polar. Suspense")
    L'Autel du crime ; Promesses du crime, de Nora Roberts (J'ai lu, "Lieutenant Eve Dallas")
    Le Fils, de Georges Simenon (LGF, "Policier")
    Irish folie, de Jean-Charles Stasi (L'àpart, "Clair de noir")
    Le Souverain bien, de Emmanuel Tugny (Publie papier, "Publie noir")

    Bande dessinée :
    Les Gendarmes : le bêtisier des véritables dépositions, de Christophe Cazenove, Olivier Sulpice & Henri Jeanfaivre (Bamboo, "Humour job")
    Blackface Banjo, de Franz Duchazeau (Sarbacane)
    Dog Fights. 3, Hallali, de Régis Hautière & Fraco (Paquet, "Cockpit policier")
    First Wave featuring : the Spirit. 2, de David Hine & Moritat (Ankama, "DC. Pulp heroes)
    Blue estate. 4, de Viktor Kalvachev, Kosta Yanev & Andrew Osborne (Ankama, "Hostile Holster")
    Les Pieds nickelés visitent les châteaux de la Loire, de Julien Moca & Gérald Forton (L'àpart)
    Captain Britain, de Alan Moore & Alan Davis (Panini comics, "Marvel gold")
    X-Men. 3, Planète X, de Grant Morrison, Phil Jimenez & Chris Bachalo (Panini comics, "Marvel. Marvel select")
    X-Men : X-Club, de Simon Spurrier & Paul Davidson (Panini comics, "100  Marvel")
    The Avengers. 1971, de Roy Thomas & Harlan Ellison (Panini comics, "Marvel Classic")
    Le Convoi. 1, de Eduard Torrents & Denis Lapière (Dupuis)
    Après-guerre. 1, L'Espoir, de Éric Warnauts & Raives (Le Lombard, "Signé")

    Mangas :
    Reborn ! : Mon prof le tueur. 35, de Akira Amano (Glénat, "Shonen manga")
    Bloody monday : saison 2. 1, de Ryou Ryumon & Koji Megumi (Pika, "Pika shônen")
    Master Keaton. 1, de Naoki Urasawa, Hokusai Katsushika & Takashi Nagasaki (Kana, "Big Kana")

    Littérature de jeunesse (éveil) :
    Western, de Gaëtan Dorémus (Autrement, "Histoires sans paroles")

    Fictions jeunesse :
    L'Énigme de l'Orient-Express, de Pascal Brissy (Hatier jeunesse, "Hatier poche. Premières lectures")
    Un fantôme à Trouillebleue, de Pascal Brissy (Hatier jeunesse, "Hatier poche. Premières lectures")
    Le Message top secret, de Pascal Brissy (Hatier jeunesse, "Hatier poche. Premières lectures")
    Irrésistible ! : l'intégrale, de Meg Cabot (Albin Michel jeunesse, "Wizz")
    Nuit blanche au lycée, de Fabien Clavel (Rageot, "Thriller")
    I have a dream, de Martin Luther King & Kadir Nelson (Steinkis, "Les Figures de l'histoire")
    Nelson Mandela, de Kadir Nelson (Steinkis, "Les Figures de l'histoire")
    Aventures à Sainte-Énimie. 4, Méjean Loup, de Josette Wouters (Airvey jeunesse, "Kid'police")

    Criminologie & prisons :
    De l'or et des sardines : le roman vrai du plus grand casse de tous les temps, de Hervé Brunaux (Le Rouergue)
    La Narco-criminalité au Mexique, de Kevin Chalton (Le Cygne, "Géo-sécurité")
    13 médecins criminels : docteur Petiot et Cie, de Serge Janouin-Benanti (L'àpart)
    Henri Pranzini : le joueur, de Viviane Janouin-Benanti (L'àpart)
    L'Affaire Beltracchi : enquête sur l'un des plus grands scandales de faux tableaux du siècle et sur ceux qui en ont profité, de Stefan Koldehoff & Tobias Timm (Actes sud)

    Problèmes sociaux & sécurité publique :
    Ma vie de flic, de Paul Nicolas (Serpenoise)

    Littérature (théorie & études) :
    Du polar : entretiens avec Philippe Blanchet, de François Guérif (Payot)
    Liens : La Baronne meurt à cinq heures |L'Apothicaire |L'Affaire Beltracchi |Du polar : entretiens avec Philippe Blanchet |Quitte ou double |Le Sommeil et la mort |Incurables |Yal Ayerdhal |Didier Daeninckx |Lars Kepler |Val McDermid |James Patterson |Robert Béné |Clive Cussler |Pascal Dessaint |Frédéric Lenormand |Gaston Leroux |Henri Lœvenbruck |Georges Simenon |Régis Hautière |Denis Lapière |Josette Wouters |Viviane Janouin-Benanti |Serge Janouin-Benanti |Stefan Koldehoff |Tobias Timm |François Guérif |Cyrille Legendre

Maître chanteur pour opéra

Pourquoi, les grands compositeurs ne seraient-ils pas des héros de romans policiers ? Bien que la musique adoucisse les mœurs, l'art lyrique n'est-il pas l'objet de luttes acharnées, de guerres d'égo aussi destructrices que les autres ? Leur pratique ne les place pas dans une bulle fermée aux turpitudes du monde extérieur. Au contraire !
C'est ce domaine que Morley Torgov a choisi de nous faire découvrir avec les enquêtes d'Hermann Preiss. Après Schumann à Düsseldorf, c'est au tour de Richard Wagner, à Munich, de se retrouver mêlé à une situation criminelle.

L'action se déroule en avril 1808, alors que Richard Wagner prépare la représentation des Maîtres Chanteurs de Nuremberg, son nouvel opéra dont la première sera donnée le 21 juin. Pour l'heure, c'est son imprésario qui rencontre, chez lui, un Hermann Preiss épuisé par l'enquête qu'il vient de boucler. Il lui annonce que le maestro est l'objet de menaces. Il a reçu un billet lui assurant que "le 21 juin sera le jour de votre ruine". Hermann se laisse convaincre du sérieux de la situation et se rend immédiatement chez le compositeur. Mais se voyant traité comme un valet, il se rebiffe et envoie balader Richard Wagner.
C'est Von Mannstein, le commissaire, et le maire de Munich qui lui demandent de s'introduire dans son cercle car ce dernier voudrait réunir un dossier solide permettant de renvoyer Wagner en exil, tant il craint ses débordements.
Le costumier du théâtre est assassiné, le second ténor également... Preiss se retrouve alors au cœur d'un maelstrom où tout se conjugue contre lui. Dans l'entourage du maestro des individus ne semblent pas être ce qu'ils disent. La menace se fait de plus en plus précise…

La vie de Richard Wagner, en soi, possède toutes les caractéristiques du roman. Elle a été riche en situations dramatiques provoquées ou du fait du hasard. Outre son caractère tyrannique, sa vie tant sentimentale que professionnelle, ses prises de positions politiques, sa fortune aléatoire, lui ont attirés nombre d'inimitiés.
Morley Torgov tient donc, avec un tel personnage un sujet de choix pour construire une histoire alerte, d'une grande densité, servie par un aréopage des personnages aussi vrais que possible.
Deux protagonistes occupent l'espace de cette intrigue : l'inspecteur Preiss, qui a été muté de Dusseldorf où il a laissé une affaire irrésolue qui lui empoisonne l'existence, et ce compositeur de génie, certes, mais proprement imbuvable dans son comportement dictatorial. L'auteur dresse un portrait on ne peut plus fidèle du compositeur. Il illustre bien le manque de compassion de ces individus qui ne pensent qu'à eux, qu'à leurs projets. Il décrit un monstre d'égoïsme persuadé que le monde doit tourner autour de lui.

Morley Torgov concocte une enquête astucieusement menée avec une pression qui s'installe assez vite, jouant sur le ressentiment, la jalousie, les racines d'un passé mystérieux. Les nombreux rebondissements s'enchaînent avec justesse. Il fait, également, ressentir la tension qui règne dans les périodes qui précèdent la création d'une nouvelle œuvre, quelle qu'en soit la nature, les affres qui vivent les auteurs.
Le ton narratif est plaisant, le style alerte. Le roman est ponctué par de nombreuses pointes d'humour tant dans des remarques, des réflexions, que dans des situations.

Un roman fort agréable à découvrir pour la richesse des éléments historiques, son intrigue joliment troussée et ses personnages bien construits.

Citation

La nouvelle qu'il souhaitait le plus apprendre - que Wagner était impliqué de près ou de loin dans le meurtre de Lanros - était une chose que je ne pouvais me résoudre à fabriquer, oui, même moi à qui il arrive de modeler et remodeler la vérité de temps à autre en fonction des circonstances.

Rédacteur: Serge Perraud mardi 29 octobre 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page