La Colère de Fantomas, 1. Les Bois de justice

Nous allons devoir faire avec tes singuliers talents. Tu sais, comme on fait en première année de médecine : coupe coupe coupe. Ou tu fais ce que je te dis ou tu ne sors pas vivante d'ici.
David Anspaugh - Wisegirls
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Vigilance
Dans un futur proche et indéterminé des États-Unis, une émission de téléréalité captive les populations :...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 23 octobre

Contenu

Bande dessinée - Policier

La Colère de Fantomas, 1. Les Bois de justice

Vengeance - Superhéros MAJ mercredi 23 octobre 2013

Note accordée au livre: 5 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 13,99 €

Olivier Bocquet (scénario), Julie Rocheleau (dessin)
Scénario adapté de l'œuvre de Marcel Allain & Pierre Souvestre
Paris : Dargaud, janvier 2013
52 p. ; illustrations en couleur ; 32 x 25 cm
ISBN 978-2-205-07019-4

Actualités

  • 29/08 Prix littéraire: Sélections 2013 des Prix Interpol'Art
    Le festival Interpol'Art, qui se tiendra à Reims du 11 au 13 octobre avec pour invités d'honneur Dominique Manotti et Jacques Ferrandez (qui a signé dernièrement une très jolie adaptation BD de L'Étranger, d'Albert Camus), a délivré ses sélections dans les catégories "Roman" et "BD".
    Notons que le Cercle de lecture Laon Zola, créé il y a deux ans, est plus particulièrement associé au Prix Interpol'Art "Roman", et qu'il lui incombe la lourde tâche de sélectionner quatre des six romans finalistes. De plus, l'un de ses membres fait d'office partie du jury du prix jury. Le Cercle de lecture Laon Zola, est un club policier qui se réunit le troisième jeudi de chaque mois à la médiathèque Laon-Zola entre 19 heures et 21 heures. Chaque séance est thématique, selon les desiderata des membres et de l'animateur. Parfois, des auteurs sont conviés à y participer.
    Si les lauréats ne seront connus que le samedi 12 octobre avec table-ronde à la clé au Domaine des Comte de Champagne, le jury se réunira fin septembre afin de statuer. En attendant, voici donc les sélectionnés :

    Prix Interpol'Art "Roman" :
    - La Ville des serpents d'eau, de Brigitte Aubert (Le Seuil, "Policier") ;
    - La Sibylle et le marquis, de Nicolas Bouchard (Belfond, "Littérature française") ;
    - Ne lâche pas ma main !, de Michel Bussi (Presses de la Cité, "Domaine français") ;
    - Cherche jeunes filles à croquer, de Françoise Guérin (Le Masque, "Grands formats") ;
    - Atom[ka], de Franck Thilliez (Fleuve noir, "Thriller") ;
    - Le Dernier Lapon, d'Olivier Truc (Métailié, "Noir").

    Prix Interpol'Art "BD" :
    - Brune Platine t. 1 : "Mon sang est plus noir que le vôtre", de L. Mandel & M. Mousse (KSTR) ;
    - Silas Corey t. 1 & 2, de P. Alary & F. Nury (Glénat, "Caractère") ;
    - La Colère de Fantomas t. 1 : "Les Bois de justice", de J. Rocheleau & O. Bocquet (Dargaud) ;
    - Cauchemar dans la rue, de D. Sala & R. Cook (Casterman, "Rivages/Casterman/Noir") ;
    - Crève saucisse, de P. Rabaté & S. Hureau (Futuropolis) ;
    - Un léger bruit dans le moteur, de J. Munoz, Gaet's & J.-L. Luciani (Physalis).


    Liens : La Ville des serpents d'eau |La Sibylle et le marquis |Ne lâche pas ma main |Cherche jeunes filles à croquer |Atom[ka] |Le Dernier Lapon |Cauchemar dans la rue |Un léger bruit dans le moteur |Brigitte Aubert |Nicolas Bouchard |Michel Bussi |Françoise Guérin |Franck Thilliez |Olivier Truc |Fabien Nury |Olivier Bocquet |Jonathan Munoz | Gaet's |Jean-Luc Luciani |Julie Rocheleau |Interpol'art

  • 01/02 Édition: Parutions de la semaine - 1er février

Origine du Mal

La légende de Fantômas débuterait près de l'une des premières salles obscures parisiennes alors que George Méliès est spectateur d'une séance qui changera définitivement sa vie. Aux abords, Juve, un gendarme de la sûreté, qui vient au secours d'une femme et de son enfant. La femme ne survivra pas à la traque dont elle est la cible. Son enfant, si, et il deviendra journaliste sous le nom de plume de Fandor, et verra son destin irrémédiablement lié à celui de Juve devenu inspecteur. Tel est le prologue de cette excellente bande dessinée scénarisée finement par Olivier Bocquet pour permettre au trait stylisé de Julie Rocheleau de s'exprimer. Elle n'a pas son pareil pour esquisser des personnages abjectes filiformes dont les silhouettes se fondent dans les arcanes urbaines de la Capitale. Ses cases sont autant de cartes postales surréalistes avant l'heure revisitées par Toulouse-Lautrec en mode théâtral avec sa palette de gouache. Elle ne se prive pas pour saturer les pages d'une bichromie presque aussi confondante que le super-villain, premier super-héros comme il est rappelé en introduction, qui y évolue. Les journées loin de Fantômas (enfin pas trop, son ombre plane toujours) sont mises en avant par des pages blanches et légèrement colorées. Les nuits, lorsque le crime s'abat sur la villes, les pages deviennent noires et saturées. C'est alors que la violence les imprègne, et que Fantômas se révèle. Nous sommes en 1911, la Joconde vient d'être dérobée par un anonyme italien, Louis Feuillade veut faire de Fantômas le héros d'une série cinématographique, le procès sanguinolent du plus célèbre criminel de tous les temps touche à sa fin, et le bourreau attend avec impatience auprès de la guillotine. Fantômas a alors la tête tranchée, non sans avoir juré de se venger. L'homme au masque qui a un jour tué Lord Beltham car amoureux de sa femme reviendra-t-il des Enfers ? La réponse est dans la question. À mesure que l'intrigue avance, on découvre un homme d'une férocité bestiale sur le retour en butte à la société, véritable génie du Mal, qui ne vit que pour asseoir une hégémonie malfaisante. "Qui sont-ils ces magistrats, ces politiciens, ces bourgeois, ces flics pour décider à notre place ce qui est bien ou mal ? Leur pouvoir n'est qu'un pouvoir de naissance ! Un pouvoir qui repose sur l'argent ! Sur l'héritage ! Nous allons faire tomber ce pouvoir..." De maléfique, Fantômas devient anarchiste et rejoint en cela le pauvre Chéri-Bibi cher à Gaston Leroux. Il planifie sa démonstration en vue d'étendre sa toile sur Paris. Et l'on se rappelle l'une des premières illustrations d'un Fantômas avec cape, chapeau haut de forme et loup noirs qui domine la Capitale. Les deux auteurs ajoutent au mythe une violence qui explose de case en case de manière suraigüe. C'est beau et effrayant à la fois. Ce volet sur termine sur une véritable boucherie. Et l'on se prend à attendre férocement la suite...

Citation

La criminalité ordinaire requiert des policiers ordinaires, Juve. Pas des justiciers qui font la Une des journaux.

Rédacteur: Julien Védrenne lundi 21 octobre 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page