Coyotes

Nous sommes des clones d'un genre particulier. Il n'y en aura toujours qu'un seul à la fois, mais on en créera autant qu'on en éliminera. Pense à moi comme une sorte de mauvaise herbe particulièrement vivace et tu seras encore en dessous de la vérité !
Yal Ayerdhal - Le Cycle de Cybione
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 23 juillet

Contenu

Roman - Thriller

Coyotes

Enlèvement - Trafic MAJ mercredi 06 novembre 2013

Note accordée au livre: 2 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 22 €

Robert Crais
Taken - 1995
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Hubert Tézenas
Paris : Belfond, octobre 2013
250 p. ; 24 x 16 cm
ISBN 978-2-7144-5392-1
Coll. "Noir"

Patterson Lite

Elvis Cole a bien du mal à se remettre de l'engouement de la presse pour celui qu'elle baptise "Le meilleur détective privé au monde"... Ce qui lui vaut d'être appelé par une nommée Nita Morales : un inconnu détient sa fille Krista et son fiancé en otage et exige une rançon. Or malgré plusieurs remises d'argent, Krista n'est toujours pas libérée... Elle et son fiancé s'étaient aventurés dans le désert californien, là où se déroulent tous les trafics louches, et ont probablement été témoins de ce qu'ils n'auraient jamais dû voir. Pour affronter d'immondes trafiquants de chair humaine, Cole et son associé Pike vont devoir jouer des rivalités entre mafias mexicaines et coréennes. Quitte à faire un pacte avec le diable...
Un point de départ déjà traité par Linda Barnes dans un roman du même titre, mais là, la méthode est différente. Points de vue multiples, action constante, alternance première et troisième personne, pas de doutes, on a bien là toutes les ficelles utilisées par un certain James, Patterson à qui Robert Crais semble vouloir piquer des parts de marché (ce qui est audacieux, vu la production pléthorique du sieur Patterson, James...). L'ensemble est un peu moins incolore question style, très cinématographique, et certaines touches, notamment d'humour, sonnent juste. Donc, si on aime ce genre de romans, on peut y aller, au gré d'un voyage en train, quitte à l'oublier dans un soufflet une fois arrivé. Dommage, on a l'impression que l'auteur pourrait nettement mieux faire. Mais lorsqu'on est résigné à n'être qu'un ersatz...

Citation

Stone n'oubliait jamais rien, n'avait jamais rien oublié. Il était encore capable de réciter par cœur ses manuels du collège, les notices d'utilisation et d'entretien de la mitrailleuse légère M249 SAW et de vingt-sept autres armes portatives ou encore les deux volumes de Mastering the art of french cooking de Julia Chile. Au mot près.

Rédacteur: Thomas Bauduret mardi 29 octobre 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page