Présages

De nombreux criminels, empruntant leur savoir aux romans policiers et aux films hollywoodiens, s'imaginent qu'il suffit d'enlever les dents d'un cadavre pour dissimuler son identité. La plupart ignorent que cette opération rend certes difficile l'identification, mais ne la rend pas impossible. L'amputation des deux maxillaires et des deux mains était en revanche la signature d'un professionnel.
Michael Tsokos & Sebastian Fitzek - L'Inciseur
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

L'Ange rouge
Le nouveau roman de François Médéline nous emmène à Lyon il y a une vingtaine d'années. Une brigade p...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 26 novembre

Contenu

Roman - Policier

Présages

Trafic MAJ lundi 18 novembre 2013

Note accordée au livre: 2 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 24,5 €

Stefán Máni
Feigd - 2011
Traduit de l'islandais par Éric Boury
Paris : Gallimard, octobre 2013
414 p. ; 23 x 16 cm
ISBN 978-2-07-013815-9
Coll. "Série noire"

Pressentiment... pas très heureux

Le début de livre, situé en 1993-1995, nous montre un certain Hrafn Grímsson causant, par son inadvertance, la mort du capitaine d'un bateau (coulé volontairement, par ces temps de crise, pour toucher l'assurance), puis ayant un accident avec María, la fille de ce même capitaine, qui tombe à l'eau. Il est ensuite humilié par celle-ci et son nouveau copain, Símon Örn Rekoja, et rate même son suicide. Le parfait antihéros, quoi. Mais nous le retrouvons en 2008, à Reykjavík, dans la peau d'un flic, sur la piste de ce même Símon et d'un gros trafic de cocaïne avec la Colombie, dans lequel María est impliquée, mais il ne réussit (après avoir encore causé un décès, cette fois d'un jeune accidenté de la route, en voulant le sauver), qu'à prendre un coup de couteau dans le ventre, suite à un piège stupide dans lequel il est tombé. Sa femme est tellement choquée qu'elle fait une grave fausse couche qui l'empêchera à jamais d'avoir un enfant. Écœuré, il démissionne et nous le retrouvons en 2009, de nouveau dans les fjords de l'Ouest, en train de tenter de remettre en état de marche un vieux rafiot de pêche. Il est en proie à d'affreux cauchemars qui, soudain, lui donnent la solution de l'énigme impliquant Símon et María. Il comprend tout ! Et entreprend de jouer les justiciers, monté sur son destrier. Nous voilà dans une (mauvaise) série policière américaine passant en prime time, y compris les violons célestes sur le mot fin.
Noir c'est noir, comme la série du même nom. On peut pourtant se demander si ce livre y est bien à sa place. Car ça philosophe dur, à certains moments, et toutes ces idées sur les pressentiments et les présences invisibles senties sont un peu loin des Peter Cheyney et autres de la grande époque. Mais il est vrai qu'il n'est plus très facile, avec tout ce qui s'écrit et se traduit, d'écrire un polar original et convaincant. On est loin, en tout cas de Noir Océan (2010), qui n'était d'ailleurs pas vraiment un polar non plus. Mais le bon Dieu y reconnaîtra les siens.

Nominations :
Prix des lecteurs de Villeneuve lez Avignon 2014

Citation

Alors n'essaie pas de me convaincre que ma pauvre petite existence ait un but, n'essaie pas de me persuader qu'un Dieu infiniment bon veille sur moi. Tout cela n'est rien. Nada.

Rédacteur: Le Huron svécomane vendredi 15 novembre 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page