Les Prophéties perdues

Si l'on peut dire que la phase de recrutement relève du domaine de l'art - la séduction, que ce soit d'une future amante ou d'un futur agent d'espionnage, est indéniablement un art -, ce qui a suivi s'apparentait plus à de l'artisanat.
Robert Littell - Philby : portrait de l'artiste en jeune homme
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 24 janvier

Contenu

Roman - Thriller

Les Prophéties perdues

Historique - Ésotérique - Enquête littéraire MAJ mercredi 20 novembre 2013

Note accordée au livre: 5 sur 5

Grand format
Réédition

Tout public

Prix: 14 €

Mario Reading
The Nostradamus Prophecies - 2009
Traduit de l'anglais par Florence Mantran
Paris : Le Cherche midi, septembre 2013
568 p. ; 22 x 14 cm
ISBN 978-2-7491-2887-0
Coll. "Thriller"

À la poursuite des prophéties

Michel de Nostre-Dame, plus connu sous le nom de Nostradamus, est un personnage historique à qui on prête nombre d'actions et d'interventions occultes. Sa vie a fait couler beaucoup d'encre. Mais, ce n'est rien au regard du fleuve généré par ses énigmatiques quatrains supposés annoncer l'avenir, la survenue de grands événements et bouleversements.
Or, sur les mille quatrains écrits, cinquante-huit n'ont pas été publiés. Cinquante-deux auraient été cachés, par l'auteur lui-même, tant les révélations sont terribles. Les six derniers servaient à préserver le secret. C'est sur ce thème que Mario Reading appuie l'intrigue de son passionnant roman d'aventure, au rythme trépidant.

Babel Samara, un Tzigane, propose par annonce les quatrains perdus. Deux hommes le contactent. Adam Sabir, un écrivain américain auteur d'une biographie de Nostradamus, et Achor Bale, membre d'une société secrète Le Corpus Maleficus. Or, Bale possède un regard particulier qui impressionne le Tzigane. Celui-ci va alors recontacter Adam dans le bar où ce dernier l'attend. Babel s'ouvre la main et celle d'Adam avec un tesson de bouteille, mélange les sangs et lui délivre le message : "Samois. Chris" avant de s'enfuir. Achor, qui l'avait suivi, le rattrape et le torture. Mais, Babel se suicide devant son bourreau.
Adam se retrouve alors au cœur d'un maelstrom. Il est recherché, soupçonné par la police du meurtre car son sang est sur le cadavre. Il se retrouve intégré dans une tribu tzigane, le mélange des sangs fait de lui un "phral" avec la responsabilité de Yola, la sœur de Babel. Achor Bale le suit de près, bien décidé à être là lors de la découverte des quatrains.
Malgré ces handicaps, ou plutôt grâce à eux, Adam remonte peu à peu une piste vieille de quatre cent cinquante ans, découvre que les quatrains ont été confiés à une tzigane, que des indications sibyllines sont gravées sous des vierges noires. Il fait le coup de feu, échappe à des pièges, à la mort...

Si ce résumé du début de l'intrigue peut laisser supposer une histoire où la confusion le dispute à un fatras d'actions toutes plus rocambolesques les unes que les autres, il n'en n'est rien. Le récit est mené tambour battant, sans temps morts ni longueurs, avec un groupe de personnages campés de belle manière, avec des péripéties bien amenées dans une intrigue maîtrisée, riche en informations de toutes natures. L'auteur n'économise pas son imagination pour les rebondissements et leurs successions. Des chapitres courts permettent de passer rapidement d'un protagoniste à un autre sans laisser du temps pour du "remplissage". La chute, conforme à ce que l'on peut attendre, permet de rebondir, avec brio, sur le second tome et d'enchaîner le récit sur les prédictions Mayas et la fin du monde de 2012. Certes, cette date qui, aujourd'hui est derrière nous avec le peu de conséquences que l'on connait, était lors de l'écriture du livre paru en 2009, dans un futur incertain.

Mario Reading lance ses lecteurs sur une piste initiée par des quatrains énigmatiques et jalonnée de vierges noires : Rocamadour, Montserrat et, bien sûr, l'une des plus célèbres, Sara des Saintes-Maries-de-la-Mer.
Outre le personnage emblématique de Nostradamus, dont l'ombre plane sur la totalité du roman, l'auteur plonge des racines de son récit au sein d'une mystérieuse organisation, née sous l'égide de Louis IX et de sa mère Blanche de Castille, chargée de chasser les antéchrists au cours des siècles. Il réussit, ainsi, un mariage harmonieux entre une action trépidante, débridée, des éléments historiques véridiques et des thèmes ésotériques qui, bien que largement utilisés sont ici revisités avec un angle novateur.
Il intègre nombre de personnages authentiques comme Novalis, fait référence à la mythologie méditerranéenne, aux démons de la Bible... Il joue avec les anagrammes pour une intrigue délicieusement complexe qu'il se plait, d'ailleurs, à embrouiller à souhait pour notre plus grand plaisir.
Son héros partage la vedette avec la civilisation tzigane, dont l'auteur décrit les structures sociétales très hiérarchisées, les usages et les coutumes, la vie quotidienne. Il raconte la place de la femme, sa position et son rôle dans cette société. Il fait référence à leur mythologie, aux croyances et légendes qui nourrissent leur imaginaire.

Avec Les Prophéties perdues, ce premier volet de La Trilogie Nostradamus, Mario Reading emporte l'adhésion et donne à son lecteur le désir compulsif de connaître une suite qui s'annonce aussi brillante.

Citation

je suis le phral de Yola, Non ? Vous m'avez bien tous dit que je devais la protéger ? Que je devais venger la mort de Babel ? Et bien, je vais le faire.

Rédacteur: Serge Perraud lundi 18 novembre 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page