La 11e et dernière heure

Lau cogna trois coups secs - une convention sans doute - à la porte du couple qui continuait à côté ses ébats. Elle avait en même temps détaché une clé qu'elle tenait en collier et s'appliquait à verrouiller la serrure.
Richard Albisser - C21 H22...
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 23 septembre

Contenu

Roman - Thriller

La 11e et dernière heure

Tueur en série - Drogue - Artistique MAJ jeudi 28 novembre 2013

Note accordée au livre: 2 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 22 €

Maxine Paetro & James Patterson
11th Hour - 2012
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Nicolas Thiberville
Paris : Jean-Claude Lattès, novembre 2013
348 p. ; 23 x 15 cm
ISBN 978-2-7096-4285-9

Onze à la douzaine

Le Women's Murder club ne chôme pas : un mystérieux assassin que la presse a surnommé le Justicier trucide des dealers à tour de bras. Sale affaire pour Lindsay Boxer, enceinte du beau Joe, surtout lorsqu'il apparaît que le tueur, très bien renseigné, est probablement un flic... Une autre affaire ne tarde pas à suivre car on découvre deux crânes disposés dans le jardin de Harry Chandler, un célèbre acteur de cinéma. D'autres crânes y sont immédiatement déterrés. La particularité de Chandler c'est qu'il a été accusé dix ans plus tôt de l'assassinat de sa petite amie disparue sans laisser de traces. Mais pourquoi donc un tueur en série ciblerait-il un acteur ?
Nouvelle production de l'usine Patterson (eh oui, un nouveau mois commence...) qui s'avère tout aussi formatée et prévisible que la précédente, visant un public de séries TV habitué à avaler toujours la même soupe — et logiquement, la série est désormais adaptée à la télévision — tout en précisant qu'après quelques erreurs, cette série est dans le haut du pavé de la machine Patterson. On retrouve cette absence de style et de personnalité qui est la marque de la moulinette télévisuelle (on est tout de même pas là pour faire de la littérature), ces chapitres multipliés parfois jusqu'à l'absurde (119, tout de même), ce rythme à la mitraillette et des constances, comme la haine des journalistes qui font rien qu'à empêcher les gentils flics de faire leur boulot et, bien sûr, un poil de sympathie pour ce nettoyeur (normal, c'est un flic) et un brin de romance pour faire des appels du pied au public féminin. Les intrigues alternées se suivent sans s'interpénétrer et celle concernant un tueur en série pas comme les autres est même plutôt bien menée malgré une ou deux facilités. Bref, tout ce qu'il faut pour se retrouver en tête de gondole et rapporter un max. C'est fait pour. Selon la phrase consacrée, pour la fraîcheur et l'inventivité, il faudra regarder dans la toute petite pile au fond à droite...

Citation

Claire m'avait expliqué qu'une 'vieille primigeste' était une femme de plus de trente-cinq ans qui se retrouvait enceinte pour la première fois, un terme désuet et peu flatteur que je trouvais pour ma part plutôt hilarant.

Rédacteur: Thomas Bauduret jeudi 28 novembre 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page