Le Dresseur d'insectes

Quinze victimes pour cette somme dérisoire représentant un peu plus de quinze mille euros.
Patricia Finné & Michel Leurquin - L'Histoire vraie des tueurs fous du Brabant
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 18 septembre

Contenu

Roman - Policier

Le Dresseur d'insectes

Fantastique - Énigme - Artistique MAJ vendredi 17 janvier 2014

Note accordée au livre: 5 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 7,9 €

Árni Thórarinsson
Dauði trúðsins - 2007
Traduit de l'islandais par Éric Boury
Paris : Points, octobre 2009
442 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 978-2-7578-1547-2
Coll. "Policier", 2255

Cinéma médium

À ceux qui ont aimé Le Temps de la sorcière (Métailié, 2007), on ne peut que conseiller la lecture de ce roman - à ceux qui ne l'ont pas lu aussi, d'ailleurs. Ils y retrouveront le personnage principal, Einar, journaliste en exil dans un coin perdu du nord de l'Islande, un rien alcoolique, très désillusionné, et surtout doté d'un humour assez caustique qui lui permet de traverser bien des épreuves en gardant le sourire (parfois un peu jaune). Ici, il est appelé au téléphone, un beau jour, par une femme qui se dit médium et lui suggère d'aller faire un tour dans la "maison hantée" de la ville, où l'on prépare le tournage d'un film érotique américain situé sous ces latitudes désolées. Ce sera pour y trouver un cadavre, bien entendu.
La police tarde un peu à s'en émouvoir, suite à un week-end de fête un peu trop arrosé, comme souvent dans ce pays. Les choses ne s'arrangeront pas quand l'informatrice plus ou moins anonyme (elle se fait appeler Victoria, mais qui est-elle vraiment ?) est elle-même assassinée – faute d'avoir été prévenue par un autre médium, sans doute. Notre homme décide alors de pratiquer le "journalisme d'investigation" et de se faire interner dans la clinique de désintoxication où elle a été retrouvée morte – de toute façon, une petite cure ne peut pas lui faire de mal.
On s'en voudrait de révéler la suite de l'intrigue, bien ficelée comme celle du précédent livre de l'auteur. Disons seulement que la piste est zigzagante à souhait mais toujours passionnante, que la musique pop y joue un certain rôle et qu'il y a quelques très bonnes blagues du genre à raconter à des amis (pas mal, pour un roman "policier", non ?). On est en prise direct sur le quotidien d'une île moins glamour qu'on ne le pense parfois – malgré la présence très remarquée de deux people du cinéma mondial – et dont la société n'est pas moins ébranlée que les autres par les remous de la mondialisation. Peut-être est-ce pire, en fait, dans ce pays qui, voici peu encore, était une sorte de havre hors du temps aux confins du monde connu. Le ton est toujours très soutenu, les dialogues vifs et enlevés, bref c'est un vrai plaisir de lecture à recommander de... dix-sept (gare aux oreilles chastes) à soixante-dix-sept ans (voire plus si affinités).

Citation

Ces histoires de famille m'occupent encore l'esprit alors que je suis assis devant le dîner avec ma grande famille à moi.

Rédacteur: Philippe Bouquet vendredi 27 décembre 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page