Le Chardonneret

Les cadavres n'étaient à ses yeux que des véhicules pour résoudre les affaires, des figures en noir et blanc. Cependant, chaque détail intime ajoutait une touche de couleur qui, peu à peu, faisait apparaître les être humains tapis derrière l'enquête criminelle.
Domingo Villar - La Plage des noyés
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 21 août

Contenu

Roman - Noir

Le Chardonneret

Social - Trafic - Artistique MAJ mardi 21 janvier 2014

Note accordée au livre: 5 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 23 €

Dona Tartt
The Goldfinch - 2013
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Édith Soonckindt
Paris : Plon, janvier 2014
796 p. ; 24 x 16 cm
ISBN 978-2-259-22186-3
Coll. "Feux croisés"

Actualités

  • 06/11 Édition: Parutions de la semaine - 6 novembre
  • 27/11 Prix littéraire: Les 20 meilleurs livres de 2014 selon Lire
  • 21/11 Prix littéraire: Les 25 livres de l'année 2014 du Point
    Si l'on retrouve quelques auteurs incontournables de l'année, d'Emmanuel Carrère à Lola Lafon en passant par Adrien Bosc ou Olivier Adam, la sélection des vingt-cinq ouvrages de l'année, élaborée par treize critiques littéraires de l'hebdomadaire Le Point, mélange allègrement essais et romans qu'ils soient français ou étrangers, et brasse plutôt large. Dans cette sélection, on découvre évidemment quelques romans k-librés comme Meursault, contre-enquête de Kamel Daoud chez Actes Sud et Le Chardonneret de Donna Tartt chez Plon sans oublier Le Fils de Philipp Meyer (Albin Michel) et surtout Extorsion de James Ellroy (Rivages) seul roman à faire partie d'une collection d'éditeur estampillée polar.

    Sélection 2014 du Point :
    - Le Royaume, d'Emmanuel Carrère (P.O.L.) ;
    - Et dans l'éternité je ne m'ennuierai pas, de Paul Veyne (Albin Michel) ;
    - Réparer les vivants, de Maylis de Kerangal (Verticales) ;
    - Comme un chant d'espérance, de Jean d'Ormesson (Héloïse d'Ormesson) ;
    - Le Météorologue, d'Olivier Rolin (Le Seuil) ;
    - Le Chardonneret, de Donna Tartt, traduit de l'américain par Édith Soonckindt (Plon) ;
    - Les Plaisirs cachés de la vie, de Théordore Zeldin (Fayard) ;
    - Voltaire contre attaque, d'André Glucksmann (Robert Laffont) ;
    - Et rien d'autre, de James Salter (L'Olivier) ;
    - Changer de modèle, de Philippe Aghion, Gilbert Cette & Élie Cohen (Odile Jacob) ;
    - Peine perdue, d'Olivier Adam (Flammarion) ;
    - Mémoires : le temps des décisions : 2008-2013, d'Hillary Clinton, traduit de l'anglais par P. Chambon, L. Chemla, P. Chemla & O. Demange (Fayard) ;
    - Meursault, contre-enquête, de Kamel Daoud (Actes Sud) ;
    - L'Incolore Tsuruku Tazaki et ses années de pélerinage, de Haruki Murakami, traduit du japonais par Hélène Morita (Belfond) ;
    - Un bon fils, de Pascal Bruckner (Grasset) ;
    - Ça c'est fait comme ça, de Gérard Depardieu & Lionel Duroy (XO) ;
    - En finir avec Eddy Bellegueule, d'Édouard Louis (Le Seuil) ;
    - Le Fils, de Philipp Meyer, traduit de l'américain par Sarah Gurcel (Albin Michel) ;
    - Confucius et les automates, de Charles-Édouard Bouée en collaboration avec François Roche (Grasset) ;
    - La Petite communiste qui ne souriat jamais, de Lola Lafon (Actes Sud) ;
    - Une constellation de phénomènes vitaux, d'Anthony Marra, traduit de l'américain par Dominique Defert (Jean-Claude Lattès) ;
    - Constellation, d'Adrien Bosc (Stock) ;
    - Pétain, de Bénédicte Vergez-Chaignon (Perrin) ;
    - Le Ravissement des innocents, de Taiye Selasi, traduit de l'anglais par Sylvie Schneiter (Gallimard) ;
    - Extorsion, de James Ellroy, traduit de l'américain par Jean-Paul Gratias (Rivages).

    Le jury du Point se compose de treize critiques du journal : Claude Arnaud, Jean-Paul Enthoven, Marc Lambron, Marie-Françoise Leclère, Élisabeth Lévy, François-Guillaume Lorrain, Thomas Mahler, Julie Malaure, Valérie Marin La Meslée, Christophe Ono-dit-Biot, Michel Schneider, Albert Sebag & Laurent Theis.
    Liens : Extorsion |Meursault, contre enquête |Maylis de Kerangal |James Ellroy |Claire Gratias |Kamel Daoud

  • 16/04 Prix littéraire: Le Prix Pulitzer Fiction 2014 pour Le Chardonneret

Trompe-l'œil foisonnant

L'œuvre de Donna Tartt est singulière, et Le Chardonneret n'échappe pas à cette singularité. C'est un grand récit littéraire qui pourrait être un grand roman noir mais en creux. De fait, les nombreux éléments du polar se retrouvent dans le récit : des drogues diverses et variées, des pères violents et alcooliques, des terroristes, des collecteurs de dettes avec battes de base-ball, des œuvres d'art volées qui servent de caution lors d'échanges ente trafiquants, des escrocs faussaires qui fabriquent de fausses antiquités, une virée entre New York et Amsterdam avec passage par Las Vegas, trois lieux emblématiques de trafics possibles, des gangsters russes et ukrainiens, quelques maîtres chanteurs et des policiers pour compléter le tableau.
Pourtant, le récit n'est pas traité nerveusement, à la Quentin Tarantino (sauf peut-être dans une scène entre voleurs essayant de se doubler les uns les autres), ni à la James Ellroy. Les drogues sont vues principalement sous l'angle d'adolescents ou de cadres d'entreprise consommateurs, le tableau volé (le Chardonneret du titre) est constamment changé de cachette sans que personne ne le voit, et le faussaire essaye de racheter sa production. Constamment servie par des emprunts à la littérature classique (les grands auteurs russes ou anglais, voire notre Marcel Proust national ou Albert Camus quand il écrit La Chute), Donna Tartt déploie un style inspiré des grands textes de Henry James, décrivant surtout le milieu de la grande aristocratie new-yorkaise côtoyant les artistes (la mère même du narrateur, complètement fauchée mais vivant d'eau fraîche et de l'art qu'elle respire) ou les artisans du beau - un vieil homme qui remet en état d'anciens meubles américains. L'évocation de Las Vegas est surtout l'occasion de présenter les grands espaces américains, à la Dennis Hopper, mais déformés là aussi car le narrateur va passer son temps dans une maison, à tester ses talents de toxicomane. De même, féru d'art, il se retrouvera à Amsterdam pour rester cloîtré dans sa chambre d'hôtel.
Récit initiatique, Le Chardonneret s'ouvre avec la rencontre entre deux adolescents dans un musée au moment où des terroristes font justement exploser les salles. Donna Tartt nous fait suivre le jeune garçon qui vient de perdre sa mère et la façon dont il ne reviendra pas à la vie normale, essayant de vivre, de manière plus que chaotique, juste sauvé par ce tableau qu'il a volé dans le musée en ruines et qu'il conserve caché, comme si l'art pouvait être une consolation. Les personnages qui vont graviter autour de lui sont tous, plus ou moins, des handicapés de la vie, cherchant dans l'art ou dans l'amour des réponses qui n'existent peut-être pas. Le roman fonctionne ainsi, en demi-teintes, en clair-obscur, avec des personnes troublées qui vivent cachées au milieu des teintures de leur appartement silencieux, réfugiés derrière des bureaux où il ne se passe rien ou à l'inverse emmurés dans des séries d'actions dont on en perçoit pas le but, pris dans des conventions sociales dont plus personne ne connaît le sens (au début du roman, des passages sur la façon dont les adultes essaient de remonter le moral du narrateur qui vient de perdre sa mère ou les fiançailles - à la Visconti du Guépard - haut lieu d'hypocrisie où même les fiancés savent qu'ils se marient juste par souci de convenances).
Malgré sa pagination qui peut faire peur, le texte de Donna Tartt se lit avec facilité. Il faut donc imaginer Le Chardonneret comme le roman que pourrait écrire Henry James ou Marcel Proust aujourd'hui, comme un tableau de Rembrandt qui, à la place des buveurs de taverne peindrait des junkies. Il laisse ancré en nous des images et des scènes comme les peintures qui y sont évoquées.


On en parle : Lire n°434

Citation

Il y avait quelque chose de festif et de joyeux dans notre duo qui grimpait les marches à toute allure sous le parapluie léger aux rayures multicolores, vite vite vite, on aurait dit que nous échappions ainsi à un événement terrible, alors qu'en fait nous courions droit dedans.

Rédacteur: Laurent Greusard mardi 21 janvier 2014
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page