Et à la fin, il n'en restera qu'un

Je ne pus que constater l'évidence : les aboiements du chien n'entamaient en rien la profondeur du silence, ils existaient à côté de lui, indépendamment de lui.
Philippe Georget - Tendre comme les pierres
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Éclipse totale
Harry Hole a été exclus de la police, ce qui ne l'empêche pas de couler des jours heureux, bouteille ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 17 avril

Contenu

Roman - Thriller

Et à la fin, il n'en restera qu'un

Anticipation - Social - Urbain MAJ jeudi 23 février 2023

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

À partir de 12 ans

Prix: 9,9 €

Jean-Luc Luciani
Paris : Rageot, octobre 2013
276 p. ; 21 x 15 cm
ISBN 978-2-7002-4318-5
Coll. "Thriller"

Du pain et des jeux

Dans un futur plus ou moins lointain, notre société, qui a bien changé d'ailleurs, a pris des airs de 1984, du grand Orwell. Sous prétexte de sécurité et de maintien de l'ordre, les citoyens sont épiés et les responsables plus répressifs que jamais. Les enfants eux-mêmes en sont victimes. C'est à partir de ce postulat que Jean-Luc Luciani déroule son intrigue : dix jeunes, certains enfants, d'autres tout juste adolescents, se voient offrir la possibilité d'échapper à la prison à vie. Mais ne serait-ce pas un marché de dupes ?
La société s'ennuie ? Qu'à cela ne tienne ! La télévision s'occupe, à son plus grand profit, de procurer à la foule de quoi se divertir. Complètement pervertie et en perte de valeurs, un concepteur de programmes télévisés de génie lance une idée : et si, plutôt que de mettre en scène un citoyen lambda dans un show de téléréalité, on demandait à des enfants de tenir le haut de l'affiche ? Extraits de leurs prisons, cinq jeunes garçons et cinq jeunes filles aux parcours très différents sont lâchés dans l'arène : sous les caméras, ils sont isolés sur une île sous la surveillance de quatre adultes. Leur but : obtenir chaque semaine suffisamment de suffrages positifs de la part des téléspectateurs pour ne pas être livrés en pâtures à des tueurs tirés au sort parmi ces derniers. Révoltant ? Peut-être, mais efficace. Les audiences sont incroyables, les sponsors nombreux, les recettes de publicités astronomiques. Mais voilà, enfants ou adultes, peu d'entre nous se laisseraient mourir sans se rebeller. Que faire lorsque le jeu dépasse ses limites et investit la réalité ?

Dans la lignée de la célèbre série Hunger Games, qui met elle aussi des enfants en scène dans des jeux de la mort, et dont le concept a eu le temps de faire fureur, Jean-Luc Luciani ne nous offre pas là un sujet nouveau, mais une déclinaison assez sympathique. Autant être dès maintenant précis : Et à la fin il n'en restera qu'un ne tient aucunement la comparaison, qu'il s'agisse de la qualité et de la complexité de l'intrigue, ou encore du suspense. Cependant, ce thriller ne démérite pas, handicapé cependant par la comparaison que ne manqueront pas de faire les jeunes lecteurs. Pour autant, ancrer le calvaire des jeunes gens dans la ville de Marseille, devenue une sorte de cité-État, et développer tout particulièrement les caractères des personnages, leur personnalité et leurs fragilités sont des valeurs ajoutées qui séduisent. Bilan mitigé par conséquent, mais probablement plus par manque d'originalité de l'intrigue qu'en raison d'une quelconque lacune stylistique.

Citation

- Harmance...
- Quoi encore ?
- Merci d'être passée me voir.
- De rien, il doit me rester un peu d'humanité quelque part.

Rédacteur: Catherine Thiéry mardi 21 janvier 2014
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page