Cadavre d'État

Marcus ne se rappelait pas où et quand avait eu lieu son premier contact avec cet effluve, mais une partie de lui ne l'avait pas oubliée. L'amnésie ne manque pas d'humour. Il aurait pu se souvenir de l'odeur des roses ou du sein de sa mère. mais c'était celle du cadavre.
Donato Carrisi - Le Tribunal des âmes
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Tu entreras dans le silence
Lorsque les soldats français partirent au combat, en 1914, c'était avec la certitude de rentrer rapid...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 29 mars

Contenu

Roman - Thriller

Cadavre d'État

Politique - Tueur à gages MAJ samedi 20 juin 2009

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 18 €

Claude Marker
Paris : Carnets Nord, mai 2009
410 p. ; 20 x 13 cm
ISBN 978-2-355360-2-44

Dans les placards de la République

Ministère de l'Intérieur. Il y a un cadavre, non pas dans le placard, mais dans le bureau du Directeur de Cabinet. Ça fait désordre. Le cadavre est donc déplacé. Le lendemain, la PJ est convoquée sur le parking d'un centre commercial quelconque. On y a retrouvé notre fameux cadavre. Madame la commissaire sent le coup fourré : qu'est-ce qu'un "de Machin" pourrait bien venir faire ici ? Ses courses ? Vous avez vu ça où, qu'un énarque, conseiller du Premier ministre, fasse ses courses lui-même ? De fait, l'affaire prend un tour délicat lorsque le procureur fait mine de vouloir l'enterrer : la spécialité du mort, c'était l'espionnage. On marche sur des braises. Le crime ayant été maquillé en suicide, autant mordre à l'hameçon. Mais c'est compter sans la ténacité de la commissaire. Qui est bien sûr immédiatement mise sur écoute et marquée au talon par le Ministère de l'Intérieur. La République est suspicieuse, en plus d'être cachottière. En outre, nous sommes au sommet de l'État : la Loi n'a plus cours ici. Pourtant notre fliquette tient le choc. D'autant que ça se corse pour ledit sommet de l'État : un énarque balance tout ce qu'il sait sur le relookage du mort. Et un autre informateur anonyme s'en mêle, proposant de revendre des tuyaux à la commissaire. Le torchon brûle entre les cabinets dirait-on. La commissaire peut ainsi tirer son épingle du jeu.
Roman acerbe sur la classe politique, mais thriller avant tout, enlevé avec talent autour d'un personnage de femme flic tout à fait convaincant.


On en parle : L'Indic n°3 |La Tête en noir n°140

Citation

D'abord, tu meurs.

Rédacteur: Joël Jégouzo dimanche 07 juin 2009
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page