Les Amants du bord de mer

Dans le sol humide, on distinguait partiellement un crâne, les os d'une main fragile, cassée, ne rendaient pas les spectacle plus joyeux.
Kate Watterson - Secrets enterrés
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 23 janvier

Contenu

Roman - Noir

Les Amants du bord de mer

Social - Braquage/Cambriolage - Assassinat MAJ mardi 04 mars 2014

Note accordée au livre: 5 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 7,15 €

Giorgio Scerbanenco
Al mare con la ragazza - 1950
Traduit de l'italien par Laurent Lombard
Paris : Rivages, avril 2005
170 p. ; 17 x 11 cm
ISBN 978-2743613983
Coll. "Noir"

La mer, grande consolatrice des années 1950

Banlieue de Milan, dans les années 1960. Des tours en construction entre des chemins de charretiers. La boue, l'énorme lassitude partout. Deux gosses veulent voir la mer. Ils ne verront qu'une immense flaque au milieu de leur cité. Les années passent, ils ont grandi dans ce décor sordide, au sein duquel les filles perdent leur virginité dans des caves crasseuses. Un jour, Duilio et Simona finissent par préparer un mauvais coup. Un casse minable : piquer la recette du garage d'à côté. Alors tout bascule : le garagiste tire et tue Simona. Duilio s'enfuit au volant d'une voiture volée. Le même soir, Edoarda quitte Milan. Edoarda, une femme quelconque à qui l'on ne parle plus que par déférence, démonétisée, en qui personne ne voit la femme qu'elle est toujours. Pourquoi ne pas aller à Rimini ? Voir la mer. Pendant que Duilio roule, le cadavre de Simona repose dans le coffre. Il la conduit à la mer lui aussi, grande consolatrice des années 1960. Sur la plage, Duilio tient la main imaginaire de Simona. Il lui raconte les vagues, les foules allongées sur le sable. Mais on lui vole l'alfa dans laquelle se trouve le cadavre de la jeune fille. La voiture finit en rase campagne, où des motards de la police la découvrent. Edoarda songe de son côté qu'elle aimerait tomber amoureuse. Elle croit l'être d'Ernesto. Au volant de sa voiture, elle tombe sur Duilio, défait sous un soleil accablant. Il délire, lui raconte tout. Elle lui porte secours, le cache chez Ernesto. La boucle se referme. L'événement est trop grand pour les deux protagonistes de ces rêves ratés et appelle soit à plus de compassion et de lucidité entre les êtres, soit au mensonge. Roman d'une lucidité bienveillante, Ernesto s'engagera dans son amour pour Edoarda et Duilio s'en ira reprendre son chemin jusqu'à la mer, avant de se livrer à la police.
Dans ce texte poignant où souffle une vraie empathie, la violence sourd d'une grande tristesse, celle, par-delà le naufrage que l'on sent poindre, d'une humanité lasse de sa condition. Dans cette écriture sensible aux détails de la rue, de la vie, des êtres, c'est aussi un autre visage de l'Italie que nous offre Scerbanenco : celle d'un peuple méthodique, froid, rationnel, acculé à des gestes de désespérés, qui ne peut trouver de rédemption que dans cette fraternité qui s'effrite pourtant et promet de disparaître bientôt entièrement.

Citation

Des tours, espacées les unes des autres, comme ennemies, déjà dégradées bien que toutes neuves, reliées à la ville par des chemins de charretiers...

Rédacteur: Joël Jégouzo mardi 11 février 2014
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page