Des morts pour le colonel

la majorité des manifestants interrogés prétendirent qu'un policier avait crié "Foutons une raclée à ces connards" et que les autres avaient descendu les marches, matraque au poing. Et c'est alors que tout s'était déchaîné.
Peter Robinson - Matricule 1139
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 23 mars

Contenu

Roman - Policier

Des morts pour le colonel

Huis-clos - Assassinat MAJ mardi 11 mars 2014

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 16,5 €

David Verdier
Châteauroux : La Bouinotte, octobre 2011
210 p. ; 21 x 15 cm
ISBN 978-2-915729-38-2
Coll. "Black Berry"

MECC fréquentable

Jusque-là, Paul Halter était le dernier à pratiquer le meurtre en chambre close — MECC pour les initiés — jadis illustré par Émile Gaboriau ou John Dickson Carr (ou du moins à avoir trouvé un éditeur...). David Verdier avait entrepris de combler ce vide avec un plus qu'honorable L'homme qui expliquait l'impossible, et continue donc avec ce deuxième roman les aventures de Paul Kestevan, le détective, et Stanislas Tharel, le policier, toujours dans le décor inhabituel de la bonne ville de Châteauroux. Et celle-ci est sous la coupe d'un mystérieux génie du crime uniquement connu sous le nom de Colonel, qui terrifie jusqu'à ses propres hommes. Mais pour le défaire, il faudra résoudre un meurtre en chambre close et les secrets de la vie mondaine locale. Quel rapport avec cette créature qui a épouvanté un gardien de cimetière en sortant d'un sépulcre ? Rien à dire, David Verdier connaît ses classiques, et cette forme surannée évoque tant un Masque de la grande époque qu'une bande dessinée tendance rétro. On a beau s'attarder — pas plus qu'il n'en faut — sur la vie privée des protagonistes, l'ensemble reste plus un puzzle intellectuel que du roman psychologique, ce qui est la rançon du genre. Les amateurs du genre peuvent se précipiter !

Citation

Le ciel gris annonçait un bel orage. Il ne fallait pas avoir trop d'imagination, sinon, on pouvait vite basculer de l'autre côté de la raison. Une ambiance sombre, un grand cimetière vide, un vent qui commençait à siffler dans tous les recoins du décor jusque-là silencieux.

Rédacteur: Thomas Bauduret mardi 11 mars 2014
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page