Hécate

Adonis, je voudrais qu'on m'aime, mais ça n'arrive jamais. Tu sais, si personne ne se soucie de toi, tu deviens enragé, tu as envie de tout casser !
Claude Izner - Le Petit homme de l'Opéra
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 24 mai

Contenu

Roman -

Hécate

Psychologique - Faits divers MAJ vendredi 04 avril 2014

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 9,9 €

Frédéric Jaccaud
Paris : Gallimard, janvier 2014
130 p. ; 19 x 16 cm
ISBN 978-2-07-014365-8
Coll. "Série noire"

Voyage au bout de la nuit

Encore un texte qui, comme La Nuit, le précédent roman de Frédéric Jaccaud, est difficile à catégoriser : on se situe une fois de plus à ce confluent entre genres dits mauvais et littérature blanche, cette zone grise d'où sort ce qu'il y a de plus intéressant actuellement. De même, est-ce l'illustration d'un fait divers ou un roman ? L'auteur prend en effet les devants en disant avoir brodé autour d'un cas particulièrement sordide, celui d'un médecin de Ljubljana retrouvé mort, dévoré par ses trois molosses qu'il prenait plaisir à torturer dans des jeux sadiques. À partir de là, on plonge dans la fiction avec le personnage d'Anton Pavlov, un flic de base, qui va s'acharner à découvrir ce qui a pu mener ce notable à en arriver là. Une enquête moins policière — puisque les faits sont indiscutables — que dans les tréfonds de l'âme humaine et qui démontrera que la folie est contagieuse... On l'a donc vu avec La Nuit, Frédéric Jaccaud aime ces monstres qui nous ressemblent tous un peu et le grotesque comme révélateur. Il tisse en ce récit sec et percutant une explication possible à l'impensable avec traumatisme enfantin à l'appui. Un carrousel tragi-comique où, une fois de plus, surnage une écriture très travaillée qui fait la patte de l'auteur. Alors au final, roman noir, roman tout court, enquête psychanalytique ? Qu'importe le flacon...

Citation

Il n'ose soutenir le regard de l'homme qui le réprimande, s'attarde si peu sur lui qu'il ne retient qu'un détail de son visage, une fine moustache ciselée en ligne au-dessus de la lèvre. Un homme défini par un seul détail, la moustache ; une seule attitude, la colère. Il n'en faut pas plus pour exister.

Rédacteur: Thomas Bauduret vendredi 28 mars 2014
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page