La Moisson des innocents

- L'armement me parait insignifiant : un canon de 77 mm et une seule mitrailleuse ? - Vous avez parlé à Pakulski. Pour lui cet achat ne s'impose pas. Et si les chars allemands s'invitaient :? - Les François si galants voleraient à notre secours.
Coki Giedroyc - Espions de Varsovie
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Sang chaud
Voilà un étonnant roman de gangsters à la sauce coréenne. L'action se déroule à Guam, un quartier por...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 29 février

Contenu

Roman - Policier

La Moisson des innocents

Vengeance MAJ mardi 24 juin 2014

Note accordée au livre: 2 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 21,9 €

Dan Waddell
Traduit de l'anglais par Jean-René Dastugue
Rodez : Le Rouergue, 0000
310 p. ; 21 x 14 cm
ISBN 978-2-8126-0622-9
Coll. "Noir"

Goût amer de la vengeance

Il est bien évident que les coupables doivent payer leur crime, mais quand les ces assassins sont des enfants ou des adolescents l'histoire devient très vite compliquée. Le roman de Dan Waddell met en avant deux de ces enfants assassins qui ont purgé leur crime et ont bénéficié d'une protection toute particulière avec une nouvelle identité leur permettant de refaire une vie, de se reconstruire. Seulement voilà : les familles des victimes peuvent-elles être d'accord avec cette justice qui aide les meurtriers à repartir alors qu'eux mêmes ont tout perdu ?
Tout commence avec la découverte d'un cadavre, celui d'un jeune homme sans histoire, brûlé vif dans sa voiture. Mais à y bien regarder il a été condamné pour le meurtre sanguinaire d'un vieil homme des années auparavant. L'inspecteur Foster, en charge de l'enquête comprend deux choses : d'une part il doit retourner sur les lieux du premier crime afin d'en savoir plus, et d'autre part, il convient de savoir comment le meurtrier a pu retrouver la trace de l'adolescent, une fois sa peine purgée et sa nouvelle identité acquise.
La Moisson des innocents, comme son titre français l'indique, est l'occasion de raconter des rencontres ratées, des enquêtes bâclées et des motivations tordues. Ainsi, les deux adolescents condamnés sont innocents mais ils représentaient l'occasion rêvée pour un policier de se faire briller et de résoudre un cas difficile avec une solution facile. Les manipulations règnent en maître et la liste des nouvelles identités circulent vite grâce à Internet permettant à des vengeurs qui se prétendent justiciers de retrouver leurs anciens "bourreaux". Des criminels peuvent aussi mettre la main sur des témoins sous protection...
Écrit de manière classique, en liant les deux enquêtes au personnage central (Foster a été l'adjoint de celui qui a enquêté sur le meurtre des adolescents et est l'ami d'un des personnages qui a changé d'identité), La Moisson des innocents souffre sans doute de cette sagesse et de ce côté classique, proche de l'adaptation télévisuelle possible, et ne parvient pas totalement à faire adhérer le lecteur à la destinée des personnages, d'autant plus que les "méchants" n'ont pas cette flamboyance et cette noirceur baroque que l'on espère, mais restent un peu mesquins dans leurs haines. Il est des livres, comme de certains vins : ils se savourent sans déplaisir mais ne laissent pas un souvenir impérissable.

Citation

Elle s'avança vers le mur, attrapa une chaise, la traîna contre le sol et s'assit, penchée au dessus de lui. 'Je vais m'installer là et te regarder crever, juste pour être sûre.'

Rédacteur: Laurent Greusard mardi 01 avril 2014
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page