Après la guerre

- Mettez-moi avec Chuck sur l'affaire. - D'accord, mais je ne veux pas enterrer de héros. Juste coffrer l'homme qui a tiré sur Rowlins.
Anthony Mann & Alfred L. Werker - Il marchait la nuit
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Aucune terre n'est promise
Écrivain de polar et de fantasy ayant connu un succès modéré, Lior Tirosh fuit les ruines de son mariage ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 09 mars

Contenu

Roman - Noir

Après la guerre

Vengeance - Guerre MAJ samedi 17 mai 2014

Note accordée au livre: 5 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 19,9 €

Hervé Le Corre
Paris : Rivages, mars 2014
524 p. ; 23 x 16 cm
ISBN 978-2-7436-2726-3
Coll. "Thriller"

Actualités

  • 19/07 Prix littéraire: Finalistes 2015 des Balais d'or
  • 04/07 Librairie: Sélections de l'été 2015 de la librairie Compagnie
  • 12/06 Prix littéraire: Sélections 2015 des Trophées 813
  • 22/05 Édition: Parutions de la semaine - 22 mai
    Hormis un énorme pavé de Keigo Higashino, le "Simenon japonais", chez Actes Sud, et toujours le roman de Sébastient Raizer à la "Série noire" gallimardienne, il n'y a pas grand-chose à se mettre sous les dents en nouveautés grand format. En poche, en revanche, il y a de la matière et elle se trouve du côté de chez Rivages. Bien sûr, il y a cette nouvelle publication de l'excellent roman Après la guerre de Hervé Le Corre, mais il y a surtout ces trois rééditions révisées des "Enquêtes de Laidlaw" de l'Écossais de Glasgow William McIlvanney que nous vous recommandons. Et puis un énième Westlake, mais un vieux, revu lui aussi et corrigé tout pareillement (sans compter des chroniques cinéma de Jean-Patrick Manchette pour Charlie hebdo). Après, le Baltimore de David Simon, est à (re)découvrir pour ceux qui aiment le journalisme d'investigation et la procédure. À noter en grands caractères les romans de Sophie Hénaff et Fred Vargas qui viennent faire un peu d'ombre à Harlan Coben...
    Comme d'habitude : faites votre choix !

    Fictions adulte grand format :
    Loves music, loves to dance, de Mary Higgins Clark (Harrap's, "Yes you can !")
    Play dead, de Harlan Coben (Harrap's, "Yes you can !")
    The Woods, de Harlan Coben (Harrap's, "Yes you can !")
    La Fosse du diable, de Clive Cussler & Graham Brown (Grasset, "Grand format")
    Passé mortel, de Philip Donlay (Bragelonne, "Thriller")
    La Lumière de la nuit, de Keigo Higashino (Actes Sud, "Actes noirs")
    La Chorale du diable : une enquête de Victor Lessard, de Martin Michaud (Kennes)
    L'Alignement des équinoxes, de Sébastien Raizer (Gallimard, "Série noire")
    Fausse note : une nouvelle enquête d'Anselme Viloc, de Guy Reichenmann (Vents salés, "Azur")
    Le Fossoyeur, d'Adam Sternbergh (Denoël, "Lunes d'encre")
    Parle-moi de lui, de Marc Varence (Méhari)

    Fictions adulte poche :
    Trouvée, de Luc Bossi & Isabelle Polin (Le Livre de poche, "Thriller")
    Sous les ponts, de Michel Bouvier (Ravet-Anceau, "Polars en Nord")
    L'Important c'est la pomme, de Benoît Chavaneau (Ravet-Anceau, "Polars en Nord")
    Attention au départ !, d'Agatha Christie (Le Masque, "Agatha Christie")
    Meurtres au soleil, d'Agatha Christie (Le Masque, "Agatha Christie")
    Le Dernier problème : et autres aventures de Sherlock Holmes = The Final problem : and other adventures of Sherlock Holmes, d'Arthur Conan Doyle (Gallimard, "Folio bilingue")
    Chapitre fatal à la cathédrale, de Jacques Fortier (Le Verger, "Les Enquêtes rhénanes")
    Après la guerre, de Hervé Le Corre (Rivages, "Noir")
    Étranges loyautés : une enquête de Laidlaw, de William McIlvanney (Rivages, "Noir")
    Laidlaw, de William McIlvanney (Rivages, "Noir")
    Les Papiers de Tony Veitch : une enquête de Laidlaw, de William McIlvanney (Rivages, "Noir")
    L'Antiquaire des Marolles, de Muriel Monton (Ravet-Anceau, "Polars en Nord")
    Les Brumes du passé, de Leonardo Padura Fuentes (Métailié, "Suites. Suites hispano-américaine")
    Ce qui n'est pas écrit, de Rafael Reig (Points, "Thriller")
    Les Visages de Victoria Bergman. 2, Trauma, d'Erik Axl Sund (Babel, "Noir")
    La Pomme de discorde, de Donald Westlake (Rivages, "Noir")

    Fictions adulte grands caractères :
    À toute épreuve, de Harlan Coben (Feryane Livres en gros caractères, "Policier")
    Poulets grillés, de Sophie Hénaff (Feryane Livres en gros caractères, "Policier")
    Tromper la mort, de Maryse Rivière (Feryane Livres en gros caractères, "Policier")
    Temps glaciaires, de Fred Vargas (Feryane Livres en gros caractères, "Policier")

    Bandes dessinées :
    Kamarades. 1, La Fin des Romanov, de Benoît Abtey, Jean-Baptiste Dusséaux & Mayalen Goust (Rue de Sèvres)
    Pretty little nightmares for adults & ugly kids only, de David Chauvel & Hervé Boivin (Aaarg, "Collection Casbah")
    Jour J. 20, Dragon rouge : 1954, une frappe nucléaire américaine sauve la France à Diên Biên Phu, de Fred Duval, Jean-Pierre Pécau & Denys (Delcourt, "Série B")
    Sans sang, de Tito Faraci & Francesco Ripoli (Physalis)
    L'Étrange vie de Nobody Owens. 1, de Neil Gaiman & Philip Craig Russell (Delcourt, "Contrebande")
    Vigilantes. 4, Super-héros, de Jean-Charles Gaudin & Riccardo Crosa (Soleil)
    Boîte de vitesse, de Jochen Gerner (L'Association, "Patte de mouche")
    The Haunt of fear. 1, collectif (Akileos)
    Wake up America. 2, 1960-1963, de John Lewis, Andrew Aydin & Nate Powell (Rue de Sèvres)
    Projet Aurora, de Jean-Pierre Pécau & Milorad Vicanovic-Maza (Delcourt, "Série B. USA über alles")
    Ghost Rider. 1, de Felipe Smith & Tradd Moore (Panini comics, "All-new. Marvel now !")
    Un long silence. 2, Que la fête commence !, d'Éric Stalner (Glénat, "Grafica")
    Test pour un voleur ! (Carabas, "Lego City")
    Berlin, ordre de tuer, de Nevio Zeccara (Auda Isarn, "Hessa")

    Comics :
    Pumkin scissors. 13, de Ryotaro Iwanaga (Pika, "Pika shônen")
    Ex-vita. 1, de Shinya Komi (Delcourt, "Seinen")

    Littérature de jeunesse (documentaires) :
    Au temps de l'esclavage, de Dominique Joly (Casterman, "Des enfants dans l'Histoire")

    Fictions jeunesse :
    Les Grinche à la dérive, de Philip Ardagh (Père Cator-Flammarion, "Les Grinche")
    Le Lieutenant souriant, de Bernard Gheur (Mijade, "Zone J")
    Nuit noire, de Phillip Gwynne (Casterman, "Rush")
    Le Vol des diamants, de Shirley Hugues (Gallimard-Jeunesse, "Folio cadet. Premiers romans. Léon Klaxon")
    Roméo sans Juliette, de Jean-Paul Nozière (Thierry Magnier, "Grand format")
    Ulysse, prisonnier de Circé, d'Alain Surget (Flammarion, "Castor poche. Mes premiers romans. Les Agents secrets de l'Olympe")
    Rose sous les bombes, d'Elisabeth Wein (Castelmore)

    Cinéma, télévision & radio :
    Les Yeux de la momie : chroniques de cinéma, de Jean-Patrick Manchette (Rivages, "Noir")

    Jeux & divertissements :
    150 énigmes d'Arsène Lupin (Larousse)
    Enquêtes criminelles : le cahier de vacances pour adultes 2015, de Guillaume Lebeau & Stéphanie Bouvet (Marabout)

    Éducation & pédagogie :
    Les Anarchistes individualistes et l'éducation (1900-1914), de Perrine Gambart & Hugues Lenoir (Atelier de création libertaire)

    Mémoires littéraires & correspondance :
    Journal (1940-1945), de Maurice Garçon (Belles lettres-Fayard)

    Histoire (généralités) :
    Trahison : histoire des pires côtés de l'homme, de Pierre Bellemare & Jean-François Nahmias (Flammarion, "Document")
    L'Enfance des dictateurs, de Véronique Chalmet (Points, "Crime")

    Histoire ancienne, archéologie & préhistoire :
    Agrippine : sexe, crimes et pouvoir dans la Rome impériale, de Virginie Girod (Tallandier, "Biographie")

    Histoire de France :
    Jacques Soustelle : l'ami qui a défié de Gaulle, de Marc Francioli (Le Rocher)
    Lettres de la drôle de guerre : 1939-1940, de Jean Zay (Belin)

    Histoire de l'Europe :
    Hartmannswillerkopf : 1914-1918, de Thierry Ehret (B. Giovanangeli)
    Infirmières de guerre : en service commandé : Front de 1914 à 1918, de Jane de Launoy (Memogrames, "Arès")
    Comète : le réseau derrière la ligne DD : de la création en 1940 à février 1943, de Philippe Le Blanc (Memogrames, "Arès")
    Une histoire de la Grande Guerre, de Léon Mirman (Triomphe)

    Histoire des autres continents :
    La Rage fut mon pays d'accueil : Algérie (1946-1961), de Nadia Alcaraz (L'Harmattan, "Rue des Écoles. Récits")
    Ma guerre d'Indochine, de Christian Barral-Poignard (Presses du Midi)
    La Guerre d'Indochine vue par la CIA, de Franck Mirmont (Nimrod)
    Deux fers au feu : De Gaulle et l'Algérie : 1961 ; suivi de Un crime d'État : Paris 23 mai 1959, de Jean-Philippe Ould Aoudia (Tirésias, "Ces oubliés de l'histoire")
    Si je t'oublie jamais, Saigon... : la fin du Vietnam libre : 1975-2015, d'Alain Sanders (Atelier Fol'fer, "Xénophon")
    Témoigner entre histoire et mémoire. 120, Quel avenir pour la mémoire du génocide arménien ? (Kimé)

    Régionalisme :
    1914-1918 : loin du front, en Anjou, d'Alain Jacobzone (Le Petit pavé)

    Criminologie & prisons :
    Les Enquêtes impossibles : 25 crimes presque parfaits, de Pierre Bellemare & Jérôme Equer (J'ai lu, "Littérature générale. Document")
    Le Livre noir des serial killers : dans la tête des tueurs en série, de Stéphane Bourgoin (Points, "Crime")
    Baltimore : une année au cœur du crime, de David Simon (Points, "Crime")
    Zahia m'a tué ? : mon combat pour la vérité, de Abou Sofiane (Néva)

    Droit :
    Les Justices locales et les justiciables : la proximité judiciaire en France du Moyen Âge à l'époque moderne, sous la direction de Marie Houllemare & Diane Roussel (Presses universitaires de Rennes, "Histoire")


    Liens : Les Brumes du passé |Ce qui n'est pas écrit |À toute épreuve |Poulets grillés |Tromper la mort |Temps glaciaires |Roméo sans Juliette |L'Alignement des équinoxes |Mary Higgins Clark |Clive Cussler |Keigo Higashino |Sébastien Raizer |Agatha Christie |Arthur Conan Doyle |Hervé Le Corre |Leonardo Padura |Donald Westlake |Maryse Rivière |Fred Vargas | Denys |Phillip Gwynne |Jean-Paul Nozière |Alain Surget |Jean-Patrick Manchette |Guillaume Lebeau |Pierre Bellemare |Stéphane Bourgoin

  • 27/11 Prix littéraire: Les 20 meilleurs livres de 2014 selon Lire
  • 29/08 Prix littéraire: Sélection 2014 du Prix des lecteurs de Villeneuve lez Avignon
  • 28/07 Prix littéraire: Sélection 2014 du Prix polar Michel Lebrun
  • 28/05 Exposition: Günther Vicente - Hervé Le Corre
  • 14/03 Édition: Parutions de la semaine - 14 mars

La glaire des guerres

Hervé Le Corre est un romancier discret qui prend le temps d'écrire ses romans à un rythme quinquennal. La trame de ce nouveau récit repose sur un héritage douloureux, celui de la collaboration pendant la Seconde Guerre mondiale avec son lot de mesquineries (au mieux) et de trahisons (au pire). En filigranes, le rôle de la police, accusée souvent d'avoir fait qu'obéir aux ordres. Mais cette intrigue va bien plus loin que chercher les origines d'une vengeance dans les tréfonds d'un conflit abominable. Elle va également puiser dans les conflits qui ont suivi, de la guerre d'Indochine à celle d'Algérie (au sujet de laquelle de plus en plus de romanciers prennent la plume) afin d'amplifier un fond humaniste et sociétal. Et Hervé Le Corre de mettre en avant la bêtise humaine, cette incapacité que l'on peut avoir à se souvenir, en décrivant pendant cette guerre d'Algérie qui a forcé beaucoup d'appelés à se murer dans un silence oppressant, des tortures et des massacres commis avant tout par des Français qui semblent avoir perdu de vue que ces mêmes tortures et massacres, ils en ont été victimes moins de vingt ans plus tôt...

Comme souvent chez l'auteur, l'action se déroule principalement à Bordeaux, une préfecture tenue par le tristement célèbre Papon pendant la Seconde Guerre mondiale. Le commissaire Darlac s'en est sorti indemne malgré ses exactions. Ce flic pourri a bouffé à tous les râteliers n'écoutant qu'un ventre lubrique et envieux. Il a trahi ses meilleurs amis, vendu ses ennemis et fait tuer plus que de raison. Mais dans les années 1950, il va croiser Daniel, un jeune idéaliste amoureux de la vie et d'une jolie fille. Un jeune qui a perdu ses parents pendant la guerre, déportés dans des camps, lui ne se sauvant que parce que sa mère l'a fait monter sur les toits où il a attendu de longues heures que l'on vienne le chercher, de la pisse plein le pantalon. Pour l'heure Daniel travaille dans un garage comme apprenti mécanicien en attendant que la guerre d'Algérie l'appelle. Mais c'est bel et bien son père qui débarque avec une moto. Un père qu'évidemment il ne reconnait pas et qui lui cache ses émotions et son identité. Car le père a une mission : se venger de ceux qui ont tué sa femme et cru l'assassiner par procuration nazie. Mais il se doit également de reconquérir l'estime de tous ceux qui l'ont connus. Il faut bien le dire, le portrait de cet homme que dresse Hervé Le Corre n'est pas non plus glorieux : dandy nocturne des beaux quartiers, joueur invétéré qui cocufie sa femme chaque nuit et délaisse son enfant à peine né, flambeur aveugle sûr de ses relations avec la police pour passer à côté des rafles. Sauf que quand les relations ont pour nom Darlac, l'on se doit de se méfier ce que d'une assurance crasse il n'a pas fait. Alors ce père va se venger tout en renouant avec de vieilles connaissances que peu à peu il amadoue. L'étau va se resserrer autour de Darlac. Là encore le portrait n'est pas glorieux. Il est détaillé au vitriol. Darlac est une enflure de la pire espèce. Une enflure professionnelle qui ramène du boulot à la maison. Sa femme, il la viole quand il le veut, c'est-à-dire quand il rentre en colère et bourré, autant dire tous les jours. Elle, a son lot de petits secrets qui la rendent particulièrement émouvante à l'image des autres femmes du roman qui bien souvent sont des victimes.

Hervé Le Corre a le souci des descriptions fines et amplifiées, il aime à nouer de petites histoires à la grande Histoire. Il nous emmène dans une ville bourgeoise avec ses jolies rues qui plongent dans des ruelles plus sombres où des rades cachent une misère sociétale avinée. Qui a déjà été dans Bordeaux se remémore des sensations. Car la ville malgré les années et ce qu'elle a pu voir comme spectacle affligeant est d'une pierre éternelle. Avec Après la guerre (quel titre !), il nous plonge dans l'horreur des guerres à répétition où les victimes se transforment en bourreaux, où d'autres victimes deviennent juges. Mais il se permet également dans ce roman ambitieux où l'on sent que chacun des mots a été pesé puis soupesé avant que d'être employé de dépeindre une société jeune sure de son avenir, sure de faire changer les choses. Ces jeunes étudiants idéalistes qui pour certains décident de ne pas parti à la guerre parce qu'ils se sentent proches des Algériens, peuple oppressé. L'Algérie qui dresse est étonnamment chaleureuse et accueillante. Hervé Le Corre ne fait qu'effleurer la guerre d'Indochine. D'un côté, c'est tant mieux, car le roman fait déjà ses cinq cents pages bien tassées, d'un autre c'est dommage car l'on sent bien qu'il y avait une volonté de l'auteur de l'incorporer à son récit démonstratif. Il n'empêche que Après la guerre est un grand roman avec une bien jolie veine romanesque. Une épopée de gens ordinaires dans un demi-siècle étrange et fou, qui se pare d'une fin appréciée à défaut d'être appréciable. Souhaitons que Hervé Le Corre ne nous fera pas languir jusqu'en 2019 pour nous proposer son prochain récit...

Récompenses :
Prix Polar Michel Lebrun 2014
Prix Landerneau Polar 2014
Trophée 813 du roman francophone 2015

Nominations :
Prix Polar Michel Lebrun
Prix des lecteurs de Villeneuve lez Avignon 2014

Citation

Il ne sait pas bien s'il lui est arrivé quelque chose. Il sait que quelque chose lui manque et il sent ça là, au creux de son ventre, entre sternum et estomac. C'est là comme un trou. Une boule de vide. Des fois ça fait mal, ça se noue, c'est amer et alors il crache ou dégueule quelques glaires. La guerre. Il a peur, soudain. Mais il voudrait aller voir de quoi, en dépit de tout ce qui l'écœure.

Rédacteur: Julien Védrenne samedi 05 mars 2016
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page