Radioactif

Les hommes de génie ont les cheveux longs ; il y a trois raisons à cela. La première est qu'ils oublient que les cheveux poussent. La deuxième, c'est qu'ils les aiment longs. La troisième est une question d'économie.Cette particularité des génies peut vous attirer une réputation de nécessiteux.
Fergus Hume, Catherine Louisa Pirkis, Israel Zangwill, Robert Barr, Ernest Bramah & Anna Katherine Green - Chapeau claque et fins limiers : enquêtes à la Belle Époque
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

L'Ange rouge
Le nouveau roman de François Médéline nous emmène à Lyon il y a une vingtaine d'années. Une brigade p...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 28 novembre

Contenu

Roman - Espionnage

Radioactif

Géopolitique - Tueur à gages - Finance MAJ vendredi 25 avril 2014

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 21,5 €

Vincent Crouzet
Paris : Belfond, avril 2014
480 p. ; 23 x 14 cm
ISBN 978-2-7144-5651-9
Coll. "Romans français"

L'uranium dans la peau

Lorsque Murana, le premier groupe énergétique français, prépare l'achat de mines d'uranium en Afrique, toute la faune du pouvoir s'agite... Le colonel Montsarrat, en disgrâce sur une île solitaire de l'océan Indien où il est censé préparer la formation de nageurs de combat, est rappelé. Sa cible : son "frère" Fahad Khan dit le Radjah, grenouilleur de première, mouillé dans tous les bons coups tant qu'il y a de l'argent à se faire. Et la transaction se monte à plus de deux milliards de dollars... Le Radjah devient alors l'homme à abattre d'un pouvoir entièrement vendu aux intérêts privés. Mais que veut exactement le Radjah ?
Dire que l'on croyait le genre espionnage mort avec la fin de la guerre froide... Les acteurs ont changé, l'avidité et les intérêts privés ont supplanté l'idéologie, les contrats juteux remplacent microfilms et rayons de la mort, mais on y retrouve toujours la même faune de petits poissons ou de grands requins cachant sa crasse sous un vernis de luxe. Vincent Crouzet, l'auteur de Villa Nirvana en est un spécialiste et n'a cessé d'affiner son art : l'écriture, sèche, au présent, rappelant parfois celle de Jan Thirion ou du regretté Kaa, donne également à son récit un côté onirique bien senti dans ce tourbillon de lieux de rêves évitant la violence gratuite des émules de Jason Bourne, préférant des références à peine déguisées à l'actualité — sans heureusement les a priori idéologiques qui gâchent certains romans. Et si on serait bien en mal de définir comment on passe exactement d'un point à l'autre de l'énigme, celle-ci engendre bien le vertige qui est l'apanage des meilleurs récits du genre, né de l'impression de voir une fraction d'une histoire plus vaste dont nul ne détient toutes les clés. Le tout se clôt par une pirouette ironique de toute beauté. Un excellent roman d'espionnage de plage ou d'aéroport qui n'insulte pas l'intelligence du lecteur, que demander de plus ?

Citation

Le lisier du pouvoir conserve une odeur tenace.

Rédacteur: Thomas Bauduret jeudi 24 avril 2014
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page