Les Grandes Mystifications de l'histoire

- Tu n'es même pas jolie...
Sidney Lumet - The Offence
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 22 mai

Contenu

Essai - Insolite

Les Grandes Mystifications de l'histoire

Historique - Géopolitique - Complot MAJ mercredi 14 mai 2014

Note accordée au livre: 2 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 16,95 €

Monsieur X & Patrick Pesnot
Paris : Hugo Doc, avril 2014
318 p. ; 22 x 15 cm
ISBN 978-2-7556-1462-6
Coll. "France Inter"

Des feintes de l'histoire à l'histoire feinte...

Curieux fourre-tout : du Cheval de Troie à Jeanne d'Arc, en passant par Moïse, Lénine ou Guillaume Tell, Roland (celui du cor) ou les Taxis de la Marne... Patrick Pesnot s'est amusé à recenser ces mystifications qui n'ont cessé d'émailler l'histoire humaine, passant en revue les plus célèbres d'entre elles, du plus loin de l'Antiquité grecque aux plus contemporaines, comme celles qui ont présidé à la décision d'entrer en guerre contre l'Irak. Mais entre l'exégèse biblique à laquelle il aurait dû s'astreindre, et l'approche philologique des textes grecs qui, ici, peine à convaincre, l'écart est si grand que l'on se prend à s'interroger sur la validité d'une telle démarche. Certes, les anecdotes ne sont pas sans intérêt. Pas de grandes révélations tout de même, mais une compilation peut-être utile après tout, pour nous servir ces belles histoires de menteries savamment organisées aux plus hauts sommets des États généralement, comme la mauvaise fortune de ce faux Paris auquel l'état-major français avait adhéré sans y croire dans l'espoir de soustraire la capitale aux bombes allemandes lors de la Grande Guerre. Le mélange des genres toutefois irrite, invitant à une lecture dilettante, divertie pour ainsi dire, jusque dans les passages les plus graves, les plus tragiques de notre histoire contemporaine – comme à, propos du camp nazi de Theresienstadt, une "mystification" parmi d'autres. On ne sait du coup où tout cela mène. Peut-être au triomphe de certains usages correcteurs de la vulgate, donné à contempler dans l'épisode sur lequel s'ouvre l'ouvrage, ce 14-Juillet que nous fêterions à tort comme celui de la prise de la Bastille, alors que nos dirigeants politiques ont voulu que nous célébrions la fête de la fédération. Mystification ? Voire : une saine réappropriation populaire en fait, manière de la reprendre, cette Bastille, et de rappeler d'année en année que l'on pourrait bien encore la reprendre.

Citation

Pourquoi le Dauphin aurait-il accepté de recevoir une modeste paysanne un peu dérangée qui prétendait entendre les voix des saints ?

Rédacteur: Joël Jégouzo lundi 12 mai 2014
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page