Meurtres à la pomme d'or

Il est responsable de la mort de ma fille, rétorqua-t-elle d'une voix haineuse. A cause de lui, elle a cru avoir trahi notre cause sacrée.
Paul Christopher - La Légende des Templiers. 4, La Conspiration
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 16 septembre

Contenu

Roman - Policier

Meurtres à la pomme d'or

Tueur en série MAJ samedi 27 juin 2009

Note accordée au livre: 5 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 6 €

Michèle Barrière
Paris : LGF, octobre 2008
320 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 978-2-253-12514-3
Coll. "Policier", 31140

C'est un cuisinier qui mène l'enquête...

François Poquet est le descendant d'une lignée de cuisiniers. Mais son père veut qu'il devienne médecin. Or, il n'a aucune attirance pour le soin de ses semblables, sauf à vouloir bien les nourrir. S'il ne brille pas dans l'art d'Esculape, il régale son entourage avec les mariages de saveurs qu'il concocte dans une cave de l'université de Montpellier. Il est pensionnaire, à pot et à feu, chez Laurent Catalan, un apothicaire à qui il apporte son aide. Celui-ci se rend à Beaucaire, à la grande foire annuelle, pour reconstituer ses stocks en produits et ceux d'Anicette, une jeune veuve d'apothicaire, qu'il épaule, en tout bien, tout honneur. Il charge François et deux de ses amis de le rejoindre, en servant d'escorte à la jeune femme.
À la fin du séjour, Bernd, un des amis de François, les retrouve. Éméché mais émerveillé, il a bu un élixir magique, mis au point par les apothicaires de Montpellier, distribué par un ambulant, qui prouve l'effet du produit en se faisant mordre par une vipère sans subir aucun trouble. Mais, lors du retour, Bernd souffre de malaises. Il décède rapidement dans d'affreuses souffrances. De nombreux autres cas similaires sont signalés dans la région. Le prévôt de police et des médecins accusent les apothicaires d'être responsables de ces empoissonnements. C'est François qui, involontairement, provoque la mise en prison de Laurent Catalan et déchaîne une vague d'hostilité contre ces praticiens. Pour lui et ses amis, la seule solution consiste à trouver quels sont les auteurs et les causes de ces morts suspectes.
Michèle Barrière s'attache, autour d'une série de meurtres par empoisonnement, à expliciter l'exercice de la médecine et les clivages entre les deux corporations qui la dispensent. Elle décrit la profession des médecins à travers ceux qui professent à l'université, une des meilleures du monde connues de l'époque, et celle de l'apothicairerie. Elle retrace un épisode des luttes auxquelles se livrent ces deux professions pour garder leurs monopoles. Si elle évoque avec flamme ce qui concerne la médecine et la fabrication des médicaments, elle parle avec passion de tout ce qui a trait à la cuisine, et dresse un état des connaissances en la matière et des usages en vigueur. Elle met en scène un groupe de personnages attrayants, bien construits, qui nous font partager leur passion pour le métier qu'ils exercent. Michèle Barrière fait, avec ce premier "roman noir et gastronomique...", une relation détaillée et érudite des arts culinaire et médical des années 1550 dans la région de Montpellier. Elle complète son livre par une histoire fort savoureuse de la tomate et un recueil des recettes utilisées à l'époque.
Meurtres à la pomme d'or renouvelle le genre policier en introduisant une intrigue de très bonne facture dans un cadre inhabituel et en créant des interactions entre enquête et art culinaire.

Citation

Ce que vous me décrivez est tout bonnement un empoisonnement à la belladonne ou à la jusquiame, voire à l'aconit. Qu'est-ce que ce pauvre diable de Polonais a bien pu faire pour être empoisonné ?

Rédacteur: Serge Perraud lundi 22 juin 2009
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page