Rendez-vous à Estepona

Les ignorants entravent les progrès de la science avec des lois injustes. Il faut cependant que la médecine suive son cours !
Robert Wise - Le Récupérateur de cadavres
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Tempête qui vient
Le titre de ce nouveau roman de James Ellroy, par ailleurs deuxième volet du "Second quatuor de Los Angel...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 06 décembre

Contenu

Roman - Policier

Rendez-vous à Estepona

Chantage MAJ mardi 17 juin 2014

Note accordée au livre: 2 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 20 €

Åke Edwardson
Möt mig i Estepona - 2011
Traduit du suédois par Rémi Cassaigne
Paris : Jean-Claude Lattès, mars 2014
280 p. ; 21 x 13 cm
ISBN 978-2-7096-3946-0

Rien de nouveau sous le soleil

Un certain Peter Mattéus se voit offrir (anonymement) pour lui et sa femme – mais pas ses enfants, priés de rester à la maison sous la garde de leur grand-mère – un voyage et séjour gratuits sur la Costa del Sol. Le genre de cadeau qui ne se refuse pas. Surtout si on a des choses à se reprocher dans le passé et si cette offre est assortie de menaces voilées quant à ce qui pourrait arriver à sa famille au cas où il lui viendrait à l'idée de la décliner. Comme la vengeance se mange froid, il va devoir payer pour une lâcheté ancienne en commettant un crime. L'ectoplasmique commissaire Winter brille ici par son absence. On s'en réjouirait si celle-ci rendait ce livre plus passionnant que les autres de la même plume, car on ne peut guère s'attendre à ce que l'écriture en soit plus brillante. Mais hélas tout ceci est bien convenu. On brouille les pistes en mélangeant le passé et le présent et en jouant sur la confusion des noms ou en les dissimulant derrière un "il" ou "elle". On fait durer le plaisir – ou l'ennui – comme les touristes allongés sur leurs transats à ne rien faire. On saute un ou deux moments capitaux de l'intrigue pour que le lecteur soit "intrigué". Bref, on dirait une trame programmée sur ordinateur, tant elle est prévisible. Il ne manque même pas l'arrivée de... la 7e cavalerie (version espagnole), un échange de pistolets et deux faux morts. Si le lecteur s'y perd un peu, à la fin, Dieu reconnaîtra sûrement les siens Un vrai chef-d'œuvre... de banalité, donc.

(Comme quoi, la ponctuation, ça aide à la compréhension des textes.)*

Citation

* Les vagues sont plus hautes le ressac plus fort que jamais. C'est la nuit une autre nuit la dernière nuit. La première et la dernière nuit il le savait en faisant les préparatifs. Je n'en suis pas je n'y suis pas. Bientôt ailleurs. Là ce n'est pas moi. Je vais bientôt à nouveau être moi-même.

Rédacteur: Le Huron svécomane lundi 26 mai 2014
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page