Meurtre à Tombouctou

Ne vous excusez pas, c'est un signe de faiblesse.
John Ford - La Charge héroïque
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 26 mars

Contenu

Roman - Policier

Meurtre à Tombouctou

Ethnologique - Géopolitique - Assassinat MAJ jeudi 07 août 2014

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 16 €

Moussa Konaté
Paris : Métailié, avril 2014
180 p. ;
ISBN 978-2-86424-953-5
Coll. "Noir"

Enquête dans l'antique Cité des 333 Saints

Avec ce nouveau roman, un des derniers de l'auteur disparu soudainement, Moussa Konaté revient encore et toujours sur la description du Mali et de ses composantes. Après les Bozos, les Dogons... c'est aux Touaregs qu'il s'attache pour faire découvrir l'esprit et les ressorts profonds de ces tribus qui ne reconnaissent pas d'autres lois que la leur ou celle d'Allah.

Ibrahim, le boute-en-train du clan Aghaly, est retrouvé le crâne fracassé, au pied d'un figuier près de Tombouctou, par l'un de ses frères. Écrasé de chagrin, celui-ci emmène le corps à la police, qui le fera autopsier. L'enquête est menée par le commissaire Touré qui, outre le meurtre, doit gérer une tentative d'assassinat sur la personne de Gérard Lebrun, un Français qui vient passer ses vacances dans la ville et fréquente Ibrahim. Il avait, d'ailleurs, rendez-vous avec lui la veille. De plus, le tireur a proféré des menaces de mort contre d'autres Français. Les autorités de Bamako, informées, s'en inquiètent. Elles dépêchent le commissaire Habib, son adjoint et, à la demande de l'ambassade de France, Guillaume Deloncle, un agent de renseignement chargé de la lutte antiterroriste.
Sur place, Habib doit composer avec les tribus qui ont leurs propres lois, des officiels tant administratifs que religieux qui veulent l'écarter de l'enquête.
Peu à peu, émerge le portrait d'un Ibrahim bien loin de l'image qu'il affichait. Si les relations entre les clans sont mauvaises et peuvent amener à des actes définitifs, à l'intérieur de la tribu Aghaly tous ne pensent pas de la même façon, loin de là...

Au fil des enquêtes du commissaire Habib, Moussa Konaté dévoile la richesse culturelle et humaine des composantes d'un peuple qui forme le Mali. Il s'attache à montrer, sans fards ni ostentation, la réalité d'un pays ancré dans des traditions. Mais, il dépeint une évolution vers une situation qui est, sans aucun doute, pire que ce qu'elle était. Avec l'ouverture sur le monde, c'est toutes les plaies, et non les bienfaits, qui s'installent dans cette société en mutation : la corruption, l'intégrisme, l'intolérance, les errements dogmatiques débiles...
Avec les Touaregs, il décrit une ethnie qui, vivant en autonomie depuis des siècles, ont leurs propres règles et ne conçoivent pas qu'on leur en impose d'autres. L'auteur exprime fort bien leur incompréhension face à un carcan de lois faites au seul bénéfice d'une minorité dont ils seront toujours exclus. Il s'amuse à mettre en scène la Françafrique, l'ingérence dans les affaires et la psychose du terrorisme, psychose qui, si elle a des bases sérieuses, est traitée de plus en plus avec des méthodes dignes de celles des Pieds Nickelés.
Moussa Konaté mène une étude passionnante sur les Touaregs, sur la conception de leur société et les spécificités de ce peuple de nomades. Il explicite l'organisation et le mode de vie, montrant, en particulier, le rôle des femmes comme l'apparent détachement de sentiments, le fatalisme affiché en lien avec la religion et le bon vouloir d'Allah qui dissimulent des émotions profondes et des chagrins durables.

Cette nouvelle enquête du commissaire Habib qui lève une partie du voile sur un peuple mythique, est assortie d'une étude sociétale du Mali et agrémentée d'une intrigue très agréable à suivre.

Citation

Il aurait alors pris contact avec le commissaire Touré à Tombouctou pour se faire une opinion. Mais ne réfléchir qu'à partir d'hypothèses, sans aucune preuve et à des milliers de kilomètres du lieu des faits, lui paraissait peu sérieux.

Rédacteur: Serge Perraud vendredi 20 juin 2014
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page