Nils Hazard chasseur d'énigmes. 1, Dinky rouge sang

Mon style, c'est l'opinel et j'étrangle à mains nues.
Emmanuel Charlot - Affaire Dils-Heaulme : la contre-enquête
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 23 octobre

Contenu

Roman - Insolite

Nils Hazard chasseur d'énigmes. 1, Dinky rouge sang

Psychologique - Énigme MAJ jeudi 21 août 2014

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Réédition

À partir de 13 ans

Prix: 7,1 €

Marie-Aude Murail
Paris : L'École des loisirs, février 2011
200 p. ; 19 x 12 cm
ISBN 978-2-211-20180-3
Coll. "Médium"

Saveurs décalées

Paru à l'origine en 1991, Dinky rouge sang est le premier volume de la série, qui en compte six, du chasseur d'énigmes Nils Hazard, aidé en cela par son étudiante Catherine Roque. La spécialité de Nils, trente-quatre ans, concerne plutôt les Étrusques et un peu les Égyptiens, civilisations ô combien mystérieuses ! Mais quand on sait se pencher sur les énigmes du passé, qu'on dispose de très peu d'indices car ils sont pour la plupart inaccessibles, on développe parfois un talent particulier, une sorte d'intuition foudroyante pour résoudre un certain type d'enquêtes délicates. Celles dont s'occupent Nils - car il y en a plusieurs - sont toujours fournies par Catherine qui vient gentiment interrompre le professeur pendant ses recherches... Elles concernent l'entourage de la jeune fille, comme l'énigme qui concerne son frère et qui lui révèle les talents de visionnaire de Nils moins dans l'action que dans l'imagination. Sa méthode est tout à fait originale. Le charme de la série repose en partie sur le duo improbable que forme Nils, distant un peu pince-sans-rire, mais doué d'une grande sensibilité, liée à sa propre histoire et Catherine, jeune, fougueuse et intrépide, charmante. Si le fait que les enquêtes font écho à la propre vie de Nils peut paraître artificiel, on peut y voir aussi une vérité psychologique et une capacité de tisser un lien entre l'enquêteur et la victime qui rend le personnage attachant et vraiment atypique.
Le style de Marie-Aude Murail simple, fluide et facétieux demande un certain effort pour bien comprendre la résolution des intrigues, mais le lecteur en est tout à fait récompensé. Le charme décalé opère, et on a bien envie de découvrir ou redécouvrir la suite de cette série !

Citation

Je n'ai pas de certitude. Je préfère penser qu'il y a des pourquoi qui sont veufs de parce que.

Rédacteur: Valérie Sebag samedi 12 juillet 2014
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page