Intrigue à Giverny

Tel un ange, Léo Liberati s'envola vers les cieux avant de retomber, entraînant l'humanité dans sa chute.
Damien Eleonori - La Mort n'existe pas
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 26 mars

Contenu

Roman - Policier

Intrigue à Giverny

Assassinat - Whodunit - Artistique MAJ mardi 09 septembre 2014

Note accordée au livre: 5 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 18,5 €

Adrien Goetz
Paris : Grasset, mars 2014
306 p. ; 20 x 14 cm
ISBN 978-2-246-80435-2
Coll. "Roman"

Une Pénélope pétillante !

L'art et la police, l'art et les enquêteurs sont souvent liés soit par la criminalité qui sévit dans ce secteur, soit par la similitude des méthodes d'investigation employées pour retrouver et authentifier des œuvres.
Adrien Goetz anime, avec Pénélope et Wandrille, un couple d'enquêteurs amateurs impliqués dans des affaires qui touchent des œuvres renommées ou des artistes célèbres. Ils se sont ainsi retrouvés en Angleterre, à Versailles, à Venise. Dans le présent roman l'auteur confronte son duo à de mystérieux moments de la vie de Claude Monet, le maître de Giverny. Il en résulte une histoire passionnante avec un couple de personnages attachants.

Monaco se prépare pour le mariage du prince Albert. Wandrille s'y trouve en tant que rédacteur en chef de la revue Jardins, Jardins dont il veut faire quelque chose d'intéressant. Lisant le journal, il apprend qu'une Américaine a été égorgée dans le solarium du club parisien dont il est membre.
Pénélope, deux jours avant, était au musée Marmottan-Monet, représentant son supérieur du Mobilier National où elle a été affectée récemment. Dans la foule, devant Impression Soleil levant, elle repère deux femmes qui parlent avec intérêt du tableau. Au dîner, elle est placée à côté de l'une d'elles. La conversation étant mobilisée par le directeur du musée, elle ne peut faire ample connaissance avec sa voisine, une religieuse. Une coupure d'électricité plonge le musée dans le noir quelques minutes. Lorsque la lumière revient, les deux femmes ont disparu.
Lorsqu'elle relate, par téléphone, cet incident à Wandrille, elle est abasourdie lorsqu'il lui décrit la religieuse, assise à la terrasse du bar monégasque où il se trouve. Celle-ci est abordée par un homme qui lui montre la copie d'une photographie que le journaliste ne peut identifier. Mais, il a le sentiment que la religieuse suit l'homme contre son gré, comme un enlèvement...
Le directeur du musée Marmottan, lors d'une rencontre avec Pénélope, lui fait part de ses nombreuses interrogations concernant la personnalité de Claude Monet, sa fortune soudaine, ses voyages, un crime... À Monaco, un ami de Pénélope, conservateur du musée de la principauté, est contacté. Un tableau inconnu de Monet est à vendre. Il pourrait être un cadeau du mariage d'Albert et de Charlène...

Adrien Goetz s'intéresse à ce qui touche, de près ou de loin, à l'art sous toutes ses formes. Pour satisfaire, en partie, ce goût, il a créé la série "Une enquête de Pénélope" dont Intrigue à Giverny est le quatrième volet.
Son héroïne, une jeune femme diplômée de l'École Nationale du Patrimoine, est mêlée à différents mystères selon ses affectations. C'est une provinciale originaire de Villefranche-de-Rouergue. Elle a pour compagnon, Wandrille, un journaliste dont le père évolue, en tant qu'homme politique, dans les hautes sphères du pouvoir. Dans le présent roman, il est Ministre des Affaires Étrangères.
Dans Intrigue à Giverny, l'auteur prend Claude Monet pour pivot central, ce peintre impressionniste devenu célébrissime, qui avait Georges Clemenceau pour ami. Il appuie son roman sur des zones d'ombres dans une existence qui n'a pas été aussi paisible qu'elle parait. Avec ces énigmes, l'auteur installe une intrigue retorse où mensonges, demi et contre-vérités se bousculent, avec meurtres, enlèvements, apparition opportune de tableaux inconnus et crime au mobile inexpliqué.

Ce récit est l'occasion, pour Adrien Goetz, de dépeindre avec beaucoup d'humour, d'ironie, le milieu de l'art et la faune qui gravite autour. Il en brosse des portraits peu amènes, décapants. Il truffe son récit de détails piquants sur Marmottant-Monet, sur Giverny. Il explicite une dimension économique, la concurrence des "gérants" de l'héritage pictural pour attirer les visiteurs.
Le romancier fait passer tant d'informations, de détails érudits sur la vie du peintre, tout en multipliant les péripéties auxquelles est confronté le couple de héros. Il le fait avec un style si plaisant, un ton guilleret qu'on se laisse happer par le rythme soutenu du récit.
Adrien Goetz fait la démonstration qu'on peut manier avec brio culture, érudition, humour et enquête policière d'un niveau relevé où il rend hommage à Lupin, à Holmes. Une réussite qui donne envie de se plonger, sans plus tarder, dans le reste de la série.

Citation

Rubens a bien été le plus grand espion de son temps !

Rédacteur: Serge Perraud lundi 28 juillet 2014
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page