Les Chais des ambitieux

Vint à l'esprit de Borosevitch, qu'il y en avait quand même un qui était dans de sales draps.
Catherine Bessonart - Et si Notre-Dame la nuit...
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 16 juillet

Contenu

Roman - Policier

Les Chais des ambitieux

Social - Disparition - Gastronomie MAJ mardi 29 juillet 2014

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 20,5 €

Philippe Bouin
Paris : Presses de la Cité, mars 2014
316 p. ; 23 x 14 cm
ISBN 978-2-258-10525-6
Coll. "Romans Terres de France"

In vino veritas

Après le délicieux Le Vignoble du diable, Philippe Bouin deviendrait-il un auteur de polars œnologiques ? Si la surprise n'est plus de mise, ce policier "classique" dans le meilleur sens du terme reste un bon cru gouleyant en diable. Lorsque le duc du Beaujolais, créateur d'un grand cru, disparaît sans laisser de traces, c'est au maire ex-juge d'instruction Archibald Sirauton de mener l'enquête chez ses administrés... pendant que les héritiers potentiels s'entre-déchirent déjà ! À travers ce beau bal de faux-culs, Philippe Bouin, en digne héritier de Georges Simenon, fait une fois de plus le portrait d'une bourgeoisie de province engoncée dans ses conventions, mais capable de dévorer quiconque entrave ses intérêts, le tout à travers une intrigue bien sentie, d'une simplicité de bon aloi, mêlant de façon harmonieuse la comédie de mœurs à l'enquête. Le tout est truculent sans jamais donner dans la facilité, utilisant son décor sans verser dans le régionalisme lourdingue, avec profusion de métaphores œenologiques et des petits détails cocasses - mais nul besoin d'être connaisseur en vins pour apprécier ! L'intrigue se conclut de façon tout à fait satisfaisante sans donner dans le rebondissement à répétition. De plus, en ces temps de best-sellers cyniques, Philippe Bouin ne manque jamais de glisser une certaine affection pour ses personnages humains, trop humains. Certainement pas le roman du siècle (il n'en a d'ailleurs pas l'ambition), mais un vrai plaisir de lecture. On imagine sans peine le film que le regretté Claude Chabrol en eût tiré...

Citation

Le filleul d'Éric avait un visage franc. D'allure sportive, un brin séduisant, il jouissait du charisme des hommes de décisions. Dans ce milieu égocentrique, son aura aveuglait les médiocres.

Rédacteur: Thomas Bauduret mardi 29 juillet 2014
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page