Retour à Niceville

Cependant, elle ne pouvait pas s'empêcher de se demander si elle n'aurait pas été encore plus choquée si l'homme avait été un innocent.
Elsebeth Egholm - United victims
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 22 mars

Contenu

Roman - Thriller

Retour à Niceville

Fantastique - Horreur-gore MAJ lundi 04 août 2014

Note accordée au livre: 2 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 22,5 €

Carsten Stroud
The Homecoming - 2013
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Olivier Grenot
Paris : Le Seuil, mai 2014
504 p. ; 23 x 14 cm
ISBN 978-2-02-104554-3

Retour sans force

À Niceville, Rainey Teague, l'enfant enterré vivant et sauvé in extremis, est toujours sous la bonne garde du policier Nick Kavanaugh, mais également suivi par d'étranges phénomènes. Et si la puissance maléfique immémoriale qui hante la Fosse du Cratère et son lac était toujours à ses trousses ? Et si celui qu'il appelle Néant le possédait partiellement ? De leur côté, les services secrets chinois n'ont pas cessé de s'intéresser à ce qui a été dérobé lors du spectaculaire cambriolage de la First bank — mais après l'accident qui a détruit un avion bourré d'agents secrets, leurs priorités ont quelque peu évolué. Quant aux responsables du casse, ils se disputent toujours le magot. Enfin, qui est cette silhouette spectrale qui traverse les miroirs ?
Deuxième roman de Carsten Stroud et encore le même constat : on a l'impression que plusieurs intrigues sont mêlées sans trop de souci de cohérence — et après avoir dispersé des informations à dose homéopathique, le tout se clôt sur le traditionnel "à suivre"... Pourtant, une fois de plus, on ne peut dire que l'auteur bâcle ou manque de talent : il n'y a qu'à voir la maestria avec laquelle il gère une scène de poursuite en voiture digne de Mad Max (hommage ?) et ses touches d'humour noir font mouche. Simplement, à force d'accumuler les scènes à faire, on clôt ces cinq cents pages avec à peine une vague idée de ce qu'on nous a raconté et l'impression que ce qui s'annonce comme une trilogie pourra durer indéfiniment (il y a toujours les séquelles, les histoires dérivées, les deuxièmes trilogies, etc.) tant qu'on rajoute des éléments sans forcément résoudre ce qui a été posé précédemment, au risque que, faute de but narratif préalable, le tout se finisse en queue de poisson, façon Lost. Sale affaire...

Citation

Pas de chats à l'horizon. Ils accouraient généralement d'une démarche chaloupée ou se pressaient contre la porte quand il rentrait. Non pour témoigner leur amour ou quelque forme d'affection, mais simplement parce qu'aucun d'entre eux ne savait se servir d'un ouvre-boîte.

Rédacteur: Thomas Bauduret jeudi 31 juillet 2014
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page