Le Manipulateur

Zébulon avait fini son verre et se mit en mouvement vers la table du fond. Il posa la main sur l'épaule de Brad qui fixait froidement l'homme ventripotent qui jouait avec son fils et s'en prenait aux tables. I avait toujours détesté les gens qui reportent leur colère sur les objets.
Céline Minard - Faillir être flingué
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 20 juillet

Contenu

Roman - Thriller

Le Manipulateur

Arnaque - Prison - Procédure MAJ mardi 19 août 2014

Note accordée au livre: 2 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 7,9 €

John Grisham
The Rackeer - 2012
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Johan-Frédérik Hel Guedj
Paris : Pocket, mai 2014
476 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 978-2-266-24445-9
Coll. "Thriller", 15768

Avocat froissé

Lorsque l'on ouvre un roman de John Grisham, on sait ce qu'on va y trouver : un rythme lent (à ne pas confondre avec soporifique), prenant le temps de poser enjeux et personnages, toujours basé sur un système légal exotique et l'obsession de l'auteur pour les questions raciales. Cela vous étonnera-t-il si le narrateur de ce roman est avocat ? Malcolm Bannister pour ne pas le nommer, Noir (bien que cela n'ait guère d'incidence sur le récit) condamné à dix ans de prison après avoir été mouillé à son corps défendant dans une arnaque. Seulement voilà, le juge Fawcett a été assassiné avec sa secrétaire, et la police se perd en conjecture. Sauf que Malcolm a côtoyé en prison quelqu'un qui pourrait bien être l'assassin, et entend bien monnayer sa liberté...
La première partie est la plus prenante, l'auteur disséquant avec une patience d'entomologiste la mentalité des prisonniers d'une façon qui tranche avec les clichés habituels - mais l'humanisme affiché de l'auteur n'est plus un secret. Par la suite, une fois notre narrateur libéré (ce n'est pas déflorer), à part des notations savoureuses sur le système de protection des prisonniers, on part dans un récit d'arnaque moyennement convaincant et surtout bien classique : comme souvent, le plan de Barrister contient tant de variables pouvant tout faire capoter — même s'il n'y a pas de grosses invraisemblances — et le point de vue d'un narrateur fait que le tout relève plus ou moins de la rétention d'information. Quant à la fin, elle est un peu expédiée, comme si l'auteur était tombé en panne d'inspiration. Un Grisham mineur donc, qui n'a rien de déshonorant, toujours excellemment écrit (et traduit), mais qui restera moins en mémoire que ses classiques. Les fans hausseront les épaules en attendant le suivant, les occasionnels commenceront plutôt par La Firme ou Le Client pour se plonger dans l'univers de cet auteur injustement sous-estimé, et surtout par ceux qui ne l'ont pas lu...

Citation

Au vu de l'importance de leurs actes, des controverses qui souvent les accompagnent et des individus violents auxquels ils sont parfois confrontés, il est remarquable que, dans l'histoire des États-Unis, seuls quatre juges fédéraux aient été assassinés.

Rédacteur: Thomas Bauduret vendredi 01 août 2014
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page