Le Village

J'ai beaucoup écrit, mais si on prenait une phrase dans chacun de mes livres, on en ferait un génial.
Pierre Chalmin - DicoDard
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 25 mai

Contenu

Roman - Thriller

Le Village

Historique - Tueur en série MAJ jeudi 21 août 2014

Note accordée au livre: 2 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 19,5 €

Dan Smith
The Child Thief - 2012
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Hubert Tézenas
Paris : Le Cherche midi, août 2014
464 p. ; 22 x 14 cm
ISBN 978-2-7491-3336-2
Coll. "Thriller"

Tueur chez les Soviets

En 1930, en Ukraine, un petit village redoute l'arrivée des Soviets qui prennent les terres et les hommes... Dans les neiges de l'hiver arrive un inconnu tirant un traîneau sur lequel gisent les cadavres mutilés de deux enfants. Est-il un assassin ? Une bonne partie du village pense que oui et l'inconnu finit lynché. Mais les vengeurs s'aperçoivent de leur erreur lorsqu'une fillette disparaît. Pour Luka, l'ancien soldat vétéran de la guerre de Crimée, c'est le début d'une longue traque...
Il ne faut guère chercher d'exotisme dans cette histoire qui, à part un passage du style Tintin chez les Soviets utilisant les pires clichés sur les Russes ivrognes et violents (du BHL dans le texte), n'est somme toute qu'un western dans un autre décor - ce qui eût été mieux, maintenant qu'un Monsieur Kultur quelconque a décidé que le western littéraire était top-tendance, bien que l'origine anglo-saxonne de l'auteur lui vale sans doute des points de coolitude en moins. L'histoire commence plutôt bien avec une écriture autrement plus travaillée que la moyenne (et une traduction inspirée), mais elle s'enlise vite. D'abord, le tout se prend très au sérieux, comme si l'auteur se prenait pour André Malraux — ce qui est son droit -, mais ce ton pesant finit par lasser dans ce qui est vendu comme un thriller haletant. Ensuite, comme bien des pavetons d'aujourd'hui, il faut remplir de la page, et le délayage finit par se sentir au sein d'une histoire simple où vraiment il ne se passe pas grand-chose. Quant au tueur, lorsque vient (enfin) le moment de l'inévitable affrontement final, il s'avère on ne peut plus générique et ses mobiles sont bien peu développés (le goût de la chasse suffit apparemment à justifier l'injustifiable). On se perd en conjecture sur le titre français choisi, une bonne partie de l'aventure se passant loin du village de Vyriv, celui d'origine (littéralement Le Voleur d'enfants) était autrement plus parlant. En résumé : bof...

Citation

Les cheveux du petit garçon étaient aussi noirs que la nuit d'hiver qui s'approchait entre les arbres, et sa tête était tournée de telle manière que s'il avait été en vie, il aurait vu ce qui se passait sur le côté droit du traîneau. Mais ce garçon ne voyait rien : ses yeux secs et sans vie ne fixaient plus que l'au-delà.

Rédacteur: Thomas Bauduret lundi 18 août 2014
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page