Tirs croisés

Le mendiant 'aveugle' du carrefour avait vu les inconnus arriver dans un coupé de ville noir et luisant, conduit par un cocher bedonnant au teint fleuri.
Nancy Springer - L'Énigme du message perdu
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 17 septembre

Contenu

Roman - Thriller

Tirs croisés

Tueur en série - Urbain MAJ mardi 21 octobre 2014

Note accordée au livre: 2 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 22 €

James Patterson
Cross Fire - 2010
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Béatrice Roudet-Marçu
Paris : Jean-Claude Lattès, mai 2014
346 p. ; 23 x 15 cm
ISBN 978-2-7096-3643-8

Meurtres de série

On avait laissé Alex Stone préparant son mariage avec Bree Stone lorsqu'une menace venue du passé avait ressurgi avec le retour de Kyle Craig dit le Cerveau, un ancien adversaire qu'il croyait à l'ombre. Dans le présent volet, deux ex-soldats snipers entreprennent une croisade meurtrière contre des pontes de la ville plus ou moins corrompus. À Cross de fouiller dans les dossiers d'anciens militaires... mais la situation se complique lorsqu'un nouveau tireur fait son apparition !
Il est probable que, pour la postérité, James Patterson restera comme le Mickey Spillane de notre époque : un auteur médiocre ayant touché le zeitgeist du moment (ici en suivant avec une ferveur quasi-servile les tropes de séries TV, horizon indépassable de notre époque et aboutissement ultime du génie humain dont il convient de se goinfrer consciencieusement, transi de terreur à la simple idée de ne pas faire comme tout le monde. Ou pas.), plus sa technique inédite d'occupation systématique des têtes de gondole au rythme d'un titre par mois. On achète un Patterson comme un plat surgelé ou un paquet de lessive, en sachant plus ou moins ce qu'on va y trouver et sans plus d'attachement émotionnel... Inutile de dire que dans ce contexte, le manque d'originalité est une qualité plus qu'un défaut. Donc, on retrouve les chapitres courts, l'écriture dégraissée, l'absence de toute psychologie ou effet (la vraisemblance n'étant pas la qualité première de l'ensemble), le tout dépourvu des violences excessives des anciens Alex Cross, mais avec toujours une vision très factuelle des crimes commis sans chercher à générer la moindre empathie. La recette fonctionne depuis des années et devrait se prolonger encore un bon bout de temps. Selon la phrase consacrée, pour la fraîcheur et l'originalité, il faudra chercher ailleurs... À signaler, une traduction aussi impeccable que celles de Sébastien Danchin à l'Archipel, alors que le rythme particulier de l'auteur ne doit pas être si évident à retranscrire qu'on pourrait le croire.

Citation

Les fédéraux étaient dans le noir le plus complet. Pareil pour la police. Par contre, tout le monde savait la même chose : cela commençait à devenir dangereux de vivre à Washington.

Rédacteur: Thomas Bauduret lundi 18 août 2014
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page