Tabloïd circus

À l'automne, des feuilles mortes lui avaient recouvert le crâne. Le vent de novembre les avait chassées. Maintenant, il y avait des voitures de flics et des gyrophares. Comme des oiseaux de mer, à battre dans la nuit autour et dans la pluie.
Hugues Pagan - Mauvaises nouvelles du front
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 20 juillet

Contenu

Roman - Noir

Tabloïd circus

Social - Disparition MAJ jeudi 11 septembre 2014

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 21,9 €

Kent Harrington
Satellite Circus - 2014
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Nordine Haddad
Paris : Denoël, avril 2014
412 p. ; 23 x 16 cm
ISBN 978-2-207-11525-1
Coll. "Sueurs froides"

Mort sur une île

Kent Harrington continue son petit bonhomme de chemin, indifférent aux sirènes du thriller industriel kinétique... Sa science qui lui permet de dessiner des personnages crédibles du début à la fin reste ici présente avec Stanley Jones, ce journaliste du Royal (un ramassis de feuilles à scandales dans la tradition germano-british qui a peu à peu envahi le vieux continent), et qui est un homme facilement méprisable noyant le souvenir de sa sœur, victime d'un attentat, dans les brumes de l'alcool. Envoyé sur une petite île des Caraïbes ou la disparition médiatique de Mary Beth Waters, une jeune américaine, retient pour un temps l'attention du monde entier, et notamment du chef de la police locale Lawrence, il va devoir enquêter. C'est là que tout un panier de crabes se met en mouvement ; la disparition inexplicable étant le prélude à des bouleversements politiques ou, bien sûr, la main de l'oncle Sam tire les ficelles...
Il y a du Jim Thompson dans ce personnage en plein sevrage alcoolique s'acharnant peu à peu à trouver la vérité en guise de rédemption, et sa rencontre avec une femme (fatale ?) tout aussi imbibée que lui. Une certaine langueur dans l'intrigue sur fonds de chamboulements politico-sociaux évoque, elle, John Le Carré, jusqu'à une certaine profondeur sociale (le contrepoint bien venu entre Lawrence le "nègre" blanchi et Jones le blanc noirci, puisque fils de mineur dans une Angleterre toujours obsédée par les classes sociales), ponctuées de notations fort justes et d'une ironie mordante. On est loin de la fuite en avant d'un rebondissement à l'autre du thriller de masse : Kent Harrington prend son temps pour poser situation et personnages, ce qui ne va pas sans quelques redondances jusqu'à une conclusion douce-amère. Un écueil mineur qu'il faut franchir pour goûter à cet auteur qui réussit l'exploit d'être à la fois classique dans la forme et pas comme les autres...

Citation

Stanley Jones savait se mouvoir comme personne dans les eaux fangeuses du monde des tabloïds, ce marécage peuplé de stars du cinéma en maraude, d'attachées de presse petits soldats, de nutritionnistes loufoques, de criminels de la pire sorte, d'anorexiques célèbres et de Talibans mondains partant s'acheter un troisième foie en Chine.

Rédacteur: Thomas Bauduret mercredi 27 août 2014
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page