Les Nuits du gitan

Qui sont les vrais monstres ? Qui pose les critères de l'acceptable ? Les plus sains ? Ceux qui détiennent la vérité ? Non... Les plus nombreux. Rien que les plus nombreux, peu importe leur état mental.
Maxime Chattam - La Patience du diable
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 26 juin

Contenu

Roman - Policier

Les Nuits du gitan

Géopolitique - Trafic - Complot MAJ mercredi 15 octobre 2014

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 10 €

Jean-Pierre Larminier
Le Puy-en-Velay : Jeanne-D'Arc, avril 2014
206 p. ; 19 x 12 cm
ISBN 9782362620416

L'unimog, le gitan et la nuit

La Camargue, au volant d'un "unimog". Le gitan ramène de la ferraille et tombe en pleine nuit sur un couple étendu  une femme et un homme avec chacun sa balle dans la tête. Le gitan ne s'attarde pas car il connaît la mauvaise habitude des gendarmes de voir en lui un coupable, forcément coupable... Le lendemain, le commissaire Desfossés enquête et le dossier est ultra-sensible car parmi les deux morts figure un commissaire de la DCRI en charge de la protection des industries de la Défense. Tandis que le gitan sauve la vie d'un homme et que pour le remercier, un gros bonnet dont il ne sait trop rien lui offre un AK 47, de grosses liasses de billets et une invitation à une soirée privée. Curieux, le gitan se rend à l'invitation de Ziad, dans sa belle villa que fréquentent des hauts fonctionnaires de l'État et le Ministre de la Défense lui-même. Ziad le recrute. Il est vite question de rétro-commissions et autres pots-de-vin dont les sommets de l'État français sont coutumiers, de meurtres aussi, bien évidemment, et de flics qui ne peuvent avoir accès aux dossiers classés secret-défense. L'occasion pour Jean-Pierre Larminier de décrypter avec talent tout le système français des ventes d'armes. Non sans un détour par des affaires plus crapuleuses qui nourrissent les secrets des alcôves ministérielles, dont celles de ces vieux socialistes sur le retour qui occupent leurs nuits marocaines à braconner des éphèbes fournis de main de maîtres par des entremetteurs peu ragoûtant, aux yeux de tous, DST en tête... La valse des maîtres chanteurs entre en scène. Les dossiers se nouent au gré de discussions plus cupides aux sommets des États. Au cœur du problème, la vente d'hélicoptères de combat et le marché bulgare. On l'aura compris, toute ressemblance avec le financement occulte des partis de pouvoir en France serait non avenue. Mais un vrai boulevard ouvert à notre lecture, rempli de salauds, d'intouchables que protège toujours le grand ménage républicain, quand vient l'heure d'éliminer les acteurs gênants qui finissent toujours dans les poubelles de l'Histoire... Ziad liquide donc ses comptes, tandis que le gitan file sur un petit cheval caucasien à travers les steppes de la presqu'île de Kertch, entre la mer Noire et la mer d'Azov, avant de repartir vers un village du Haut-Var perché sur la montagne, plonger ses mains dans le cambouis de l'unimog et nous séduire en un superbe hymne à l'odeur du midi.

Citation

En France, les déviances sexuelles des hommes politiques sont vites étouffées et pour cause...

Rédacteur: Joël Jégouzo lundi 22 septembre 2014
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page