Le Mystère du majordome

J'étais désolé que ces personnes soient mortes, mais je devais couvrir mes hommes et minimiser les dégâts. Et, pour être honnête, je devais me protéger.
Peter Guttridge - Promenade du crime
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 17 février

Contenu

Roman - Policier

Le Mystère du majordome

Énigme MAJ lundi 29 septembre 2014

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Inédit

À partir de 9 ans

Prix: 9,5 €

Norma Huidobro
El Mysterio del mayordomo - 2005
Traduit de l'espagnol (Argentine) par Myriam Amfreville
Paris : L'École des loisirs, avril 2013
150 p. ; 19 x 13 cm
ISBN 978-2-211-21015-7
Coll. "Neuf"

Enquête, empenadas et poupées Barbie

Tomas est un petit garçon incompris : seul garçon de la fratrie, et le cadet en prime, il peine à trouver sa place. Aussi, lorsque ses parents l'envoient chez sa grande tante passer quelques jours de vacances se réjouit-il : plutôt que d'errer dans la maison familiale, il va pouvoir bénéficier de la piscine et du parc du "palais" dans lequel elle travaille comme gouvernante. Un programme qui lui convient tout à fait, d'autant qu'un petit chien s'improvise son meilleur ami de l'été. Même l'arrivée de Camila et de ses envahissantes Barbie ne parvient pas à assombrir son humeur. En plus, la cuisinière lui mitonne chaque jour des tas de petits plats et gourmandises auxquels il s'empresse de faire honneur et qui mettent la touche finale à ces vacances de rêve ! Mais c'est sans compter ces disparitions inexpliquées de nourriture, les conversations à voix basses des adultes qui s'éteignent à son entrée dans une pièce ou encore ces coups frappés dans la tour du "palais", pourtant normalement abandonnée. Loin de se résigner, Tomas et Camila vont mener l'enquête avec le chien Tristan et mettre à jour une terrible machination.
Le jeu préféré de la famille de Tomas, c'est "mettre Tomas sur la touche". Le petit garçon en a marre, et accueille donc toutes les occasions de prendre le large ! Mais quand cela s'accompagne en plus de la promesse de passer l'été au bord d'une piscine... Que demander de plus ? Pourtant, il n'hésite pas une seconde lorsque l'aventure se présente, même si le personnel, et sa tante en premier lieu, lui assure qu'il rêve. Il entend bien de drôles de bruits la nuit et est résolu à découvrir qui en est à l'origine, et pourquoi il semble se cacher. Avec Camila, experte dans l'art de fouiller partout, il découvre vite que le "palais" a récemment été le cadre d'un drame, très probablement lié à tous les mystères actuels. Bien qu'enfants, nos deux enquêteurs en herbe – qui lisent des romans policiers et sont donc tout à fait capables de trouver des indices et de tirer leurs propres conclusions – entendent bien résoudre le mystère pour s'assurer une fin de vacances sereine – et une digestion facile de tous les petits plats qu'ils sont résolus à engloutir durant leur séjour ! - et, pourquoi pas, sauver la vie d'un inconnu. Rien que ça !
Norma Huidobro parvient parfaitement à créer une atmosphère saturée de suspense et de bonnes odeurs de cuisine hispanique. Tomas est un petit garçon attachant et intelligent, un peu plus courageux que la moyenne, mais surtout beaucoup plus curieux ; ses raisonnements sont simples, cohérents et justes, tout à fait à la portée du jeune public mais sans jamais être réducteurs ou simplifiés au point d'être moins convaincants. Les dialogues avec Camila sont drôles et authentiques et ne manquent pas de rappeler ceux que l'on peut trouver entre deux enfants de cet âge dans une cour de récréation ou une salle de jeu : les références aux jouets par exemple renforcent l'impression de réel et donnent d'autant plus de repères aux lecteurs qu'ils leur sont familiers. Le Mystère du majordome remplit donc toutes les conditions pour figurer en bonne place dans la bibliothèque des plus jeunes aux côtés des enquêtes de leurs autres héros !

Citation

Je suis toujours celui qui dérange ; c'est mon rôle. Pire encore, si je ne dérange pas, je me sens mal ; j'ai une peur si terrible de ressembler à mes sœurs si sérieuses, les pauvres.

Rédacteur: Catherine Thiéry vendredi 26 septembre 2014
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page