La Nuit de l'accident

Gustavo Flores offrait un matériau de premier choix pour débuter dans la performance... Je ne pouvais pas le rater... À vrai dire je n'ai même pas réfléchi... Je me suis laisser guider par ses propres partis pris... Tout en y introduisant une variante... J'ai transformé son balancement frivole sur la toile en un athentique, radical et pu 'Bloddy Painting'...
Antonio Altarriba & Keko - Moi, assassin
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 24 janvier

Contenu

Roman - Noir

La Nuit de l'accident

Assassinat - Faits divers MAJ jeudi 13 novembre 2014

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 16,3 €

Élisa Vix
Rodez : Le Rouergue, mars 2012
142 p. ; 24 x 15 cm
ISBN 978-2-8126-0351-8
Coll. "Noir"

Il portait des bottes, un casque de moto.....

Aurillac et ses forêts de châtaigniers, mais aussi le Célé qui y coule clair et poissonneux, les toits de lauze encore, trente frisonnes à l'étable. Pierre est un taiseux alors que Nat, sa femme, se rappelle leur rencontre qui eût lieu sur un coup de foudre. Elle raconte et surprend un campeur aux abords de la maison, qui fouine. Enfin, elle l'étonne plus qu'il ne l'inquiète par son audace et sa décontraction. Pierre raconte à son tour le folklore médiéval de la messe, et Nat qui a croisé à cheval une moto, ce même dimanche, une moto qui a joué à l'effrayer. D'où sortait-elle ? Pourquoi ce manège agressif&nbs;? Le soir, Pierre a changé, mais il n'en dit rien. Il avait poussé dans la journée la porte du vieux moulin, y avait senti une présence étrangère, mais ne lui en avait rien confié. Ils s'éloignent l'un de l'autre, s'enfonçant chacun dans son mutisme tandis que l'horreur frappe à leur porte. Ça a commencé par le chien, suspendu à la grille, menotté et égorgé. Pierre n'a rien dit à Nat. Quelqu'un était entré dans le moulin, avait fouillé, mais il ne pouvait rien lui dire. Elle, évoquait le campeur, que Pierre ne se décidait pas à chasser. Beau gosse, songeait-elle. La moto était réapparue, toujours plus menaçante. La moto, le campeur, des hommes aguerris qui surgissaient dans leurs vies. Et cet accident dont on parlait encore. Pierre avait été sur les lieux la nuit de l'accident. Y avait trouvé un revolver et une valise que d'autres cherchaient maintenant, prêts à en faire payer le prix à quiconque se dresserait sur leur route... Élisa Vix nous livre un étrange roman dans une écriture intime, narré comme un journal qui hésiterait au niveau du ton entre la confidence et la déposition tout en obsédant ses personnages, acculés en gestes équivoques.

Citation

Comme une fièvre maligne, la médiocrité sue par tous les pores de ma peau.

Rédacteur: Joël Jégouzo jeudi 02 octobre 2014
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page