L'Allée du sycomore

Je suis la Mort, je suis l'Ankou. Je n'aurai plus peur. C'est moi la peur.
Jean Teulé - Fleur de tonnerre
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 24 janvier

Contenu

Livre sonore - Thriller

L'Allée du sycomore

Disparition - Procédure - Trahison MAJ vendredi 17 octobre 2014

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Réédition

Tout public

Prix: 25,9 €

John Grisham
Sycomore Row - 2013
Stéphane Ronchewski (lecteur)
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Dominique Defert
Paris : Audiolib, juillet 2014
2 CD MP3 19 x 14 cm
ISBN 978-2-35641-766-4
Extrait audio :


Un tien vaut...

Seth Hubbard se balançait à une branche du sycomore, las de se battre, enfin rendu à l'essentiel après avoir légué la quasi-totalité de sa fortune à sa femme de ménage, noire. Une succession on ne peut plus équivoque, et Jake Brigance, engagé post mortem, flaire la bonne affaire au pied de l'arbre majestueux : peut-être tout l'héritage passera-t-il en procès et appels sans fin, pour finir dans sa poche. John Grisham offre des portraits au vitriol des floués, tout en obligeance de cette femme de ménage égarée devant un telle masse d'argent. L'affaire est retorse, qui pourrait se perdre en stratégies judiciaires complexes, mais qui finit par lever ces tragédies anciennes aux couleurs du Sud racistes des États-Unis. C'est bien sûr toute la machinerie judiciaire américaine qui s'offre à nous, complexe, fabuleuse mécanique à vous perdre et vous titiller le cerveau. Une mécanique au fond sarcastique, lue d'une voix presque amusée souvent, insolente et finassière parfois, mais d'une fluidité de prétoire, travaillant au corps son texte et son lecteur moins pour le perdre que l'intéresser aux détours emmêlés qui nous livre le récit d'une histoire confondante.

NdR - 2CD MP3, 19 h 41 d'écoute.

Citation

Certaines personnes jouent, d'autres boivent, d'autres courent les jupons. Lui, il aimait l'odeur de l'argent quand il y avait une bonne affaire à saisir.

Rédacteur: Joël Jégouzo jeudi 02 octobre 2014
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page