La Malédiction du Norfolk

Je suis une île perdue au milieu d'eux. Un îlot de confusion, solitaire et silencieux, dans leur océan de certitude.
Peter May - Les Disparus du phare
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 16 juillet

Contenu

Roman - Policier

La Malédiction du Norfolk

Ethnologique - Historique - Assassinat MAJ mercredi 29 octobre 2014

Note accordée au livre: 5 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 23 €

Karen Maitland
The Gallows Curse - 2011
Traduit de l'anglais par Claude Demanuelli, Jean Demanuelli
Paris : Sonatine, septembre 2014
656 p. ; 22 x 14 cm
ISBN 978-2-35584-265-8

Actualités

  • 19/07 Prix littéraire: Finalistes 2015 des Balais d'or
    Le Concierge masqué sur son blog a dévoilé ses finalistes des Balais d'or. Cette année, ils sont déclinés en deux catégories : le Prix Balai d'or, qui récompense un roman de genre policier d'un auteur plus ou moins confirmé et qui a accepté de répondre aux questions du compère de service (l'équivalent masculin de la commère) ; le Prix Balai d'or de la découverte, qui récompense tout pareillement un roman de genre policier d'un auteur novice ayant subi les mêmes sévices. Les sélections de douze ouvrages ont été établies à l'issue d'un premier tour contrôlé par Geneviève Van Landuy et Richard Contin, et mêlent romans étrangers et francophones sans aucune distinction. Les jurés ont rendez-vous le 26 septembre 2015 à partir de 19 heures à l'Auberge Notre-Dame de Paris pour un ultime vote qui sera dévoilé le 28 novembre à la Bibliothèque Parmentier (Paris). A priori, les deux lauréats se verront remettre chacun une œuvre d'art. Dans le premier cas, c'est une certitude car il s'agit d'une toile du peintre havrais Dominique Lafosse. Il incombe d'ajouter que son nom sera gravé sur le Trophée en bronze déjà existant, et qu'il en recevra un en verre (un peu à l'instar du trophée de Roland Garros) ; dans le second, il n'est fait nulle mention d'une telle récompense hormis la photographie en vignette d'un trophée, ce qui laisse à penser que l'heureux élu ne sera pas oublié. Rendez-vous en novembre afin d'en savoir plus !

    Finalistes 2015 du Prix du Balai d'or :
    - Adieu demain, de Michaël Mention (Rivages, "Noir") ;
    - Poubelle's Girls, de Jeanne Desaubry (Lajouanie) ;
    - La Malédiction de Norfolk, de Karen Maitland (Sonatine) ;
    - Reflex, de Maud Mayeras (Anne Carrière) ;
    - Quand les anges tombent, de Jacqus-Olivier Bosco (Jigal, "Polar") ;
    - N'éteins pas la lumière, de Bernard Minier (XO) ;
    - Une terre d'ombre, de Ron Rash (Le Seuil, "Cadre vert") ;
    - Les Neuf cercles, de Roger Jon Ellory (Sonatine) ;
    - À mains nues, de Paola Barbato (Denoël, "Sueurs froides") ;
    - Nos disparus, de Tim Gautreaux (Le Seuil, "Cadre vert") ;
    - Après la guerre, de Hervé Le Corre (Rivages, "Thriller") ;
    - La Porte du Messie, de Philip Le Roy (Le Cherche midi, "Thriller").

    Finalistes 2015 du Prix du Balai d'or de la découverte :
    - X, de Sébastien Teissier (Nouveau monde) ;
    - Une terre pas si sainte, de Pierre Pouchairet (Jigal, "Polar") ;
    - Hors la nuit, de Sylvain Kermici (Gallimard, "Série Noire")
    - Les Écorchés vifs (Les Rédempteurs), d'Olivier Vanderbeq (Amalthée) ;
    - Les Belges reconnaissants, de Martine Nougué (Le Caïman, "Polars") ;
    - Les Roses volées, d'Alexandre Geoffroy (Ex Æquo, "Rouge") ;
    - Le Bal des hommes, d'Arnaud Gonzague & Olivier Tosseri (Robert Laffont) ;
    - Ravensbrück mon amour, de Stanislas Petrosky (Atelier Mosésu) ;
    - Burn-Out, de Didier Fossey (Flamant noir) ;
    - L'Heure du chacal, de Bernhard Jaumann (Le Masque, "Grand format") ;
    - Beau temps pour les couleuvres, de Patrick Caujolle (Le Caïman, "Polars")
    - Aux animaux la guerre, de Nicolas Mathieu (Actes Sud, "Actes noirs").
    Liens : Quand les anges tombent |N'éteins pas la lumière |Une terre d'ombre |Les Neuf cercles |Après la guerre |La Porte du messie |Une terre pas si sainte |Les Roses volées |Burn-out |L'Heure du chacal |Beau temps pour les couleuvres |Aux animaux la guerre |Ravensbrück mon amour |À mains nues |Jeanne Desaubry |Karen Maitland |Jacques Olivier Bosco |Ron Rash |Roger Jon Ellory |Hervé Le Corre |Philip Le Roy |Pierre Pouchairet |Alexandre Geoffroy |Didier Fossey |Patrick Caujolle |Paola Barbato

Le Moyen Âge comme si vous y étiez !

On sait, depuis toujours, que les décisions d'intérêt personnel, la susceptibilité mal placée de quelques personnages que l'on dit grands, peuvent empoisonner pour longtemps la vie de populations entières. C'est le cas lorsque le roi Jean d'Angleterre et le pape se sont fâchés en 1208.

Elena, une serve, a quinze ans en 1210. Elle bat du blé quand maître Raffaele, Raffe pour ses rares amis, lui demande de le suivre. C'est la panique, mais il la rassure. Lady Anne l'a remarquée et veut la rencontrer pour en faire sa dame de compagnie. Ils lui demandent de se restaurer avec les quelques victuailles posées sur un coffre, chose dont Elena s'acquitte, pensant à un test.
Dans le coffre, il y a le corps de sir Gérard, le seigneur, mort d'une fièvre maligne. Celui-ci, lorsqu'il était sous les ordres d'Osborn de Roxham, en Terre Sainte, accompagné de Raffe, a dû accomplir un acte épouvantable. Il garde ce secret et porte ce péché abominable. Raffe a bien essayé de trouver un prêtre pour le confesser, or tous ont fui ou se cachent. Il faut passer par un mangeur de péchés qui portera alors la faute. S'il s'agit d'une personne pure, elle n'en souffrira pas. C'est pourquoi Raffe a choisi Elena. Or, celle-ci, depuis peu, n'est plus vierge. Elle a connu Athan dont elle est follement amoureuse.
Raffe voit arriver un groupe de cavaliers traînant un corps. Il reconnait Osborn de Roxam qui lui annonce venir prendre possession du manoir sur ordre du roi Jean.
Elena est enceinte et elle fait des cauchemars. Elle pressent un acte terrible sur son bébé, mais se réveille avant. Elle sollicite l'aide de Gytha, la magicienne du village, qui lui vend, contre un service à rendre dans le futur, une mandragore capable de la mener au bout de son cauchemar.
Entre-temps, les Français envoient des espions pour préparer l'invasion du royaume. Ceux-ci bénéficient de l'aide d'un traître au château.
Et Elena, comme dans son cauchemar, tue son bébé...

Le Moyen Âge est la période de prédilection de Karen Maitland. Elle y place le cadre de ses romans et construit ses intrigues à partir de grands événements qui ont secoué cette période qui s'étend sur quelques siècles et de l'état d'esprit qui régnait. Après la peste qui ravagea l'Europe, au milieu du XIVe siècle, dans La Compagnie des menteurs, Les Béguines et les croyances des Âges sombres, elle retient l'Interdit prononcé par Innocent III contre l'Angleterre.
Cet Interdit est la conséquence d'un désaccord entre Jean et le pape au sujet de la nomination de l'archevêque de Canterbury. Pendant six ans aucun office ne fut célébré, plus de rites religieux, de sacrements... L'impact sur les populations est à évaluer en fonction de l'opinion du chroniqueur selon qu'il était un partisan ou un opposant au roi Jean. Cependant, on peut supposer, comme le fait la romancière, que le peuple qui avait besoin d'espérances, s'est retourné vers des croyances plus anciennes, celles qu'il faisait déjà cohabiter avec les nouvelles liées au catholicisme. Et Karen Maitland ne se prive pas d'utiliser, toutes les superstitions, malédictions, croyances, présages, signes… qui avaient cours, constituant un catalogue presque complet.
Elle s'appuie, également, sur l'assassinat de prisonniers sarrasins, à Saint-Jean-d'Acre, ordonné par Richard Cœur de Lion. Elle utilise aussi la pratique courante de la castration, soit à des fins médicales, soit à des fins d'humiliation.
Avec une galerie de personnages de la plus belle eau, dotés de caractères forts bien conçus et construits, l'auteur imagine une intrigue dense. Elle entremêle des menaces physiques et psychiques qui pèsent sur Elena, le meurtre de son bébé, sa traque par le traître avec l'invasion du royaume, des espions et des félons, le rejet de la population du village, dans un cadre parfaitement reconstitué.
Karen Maitland possède, outre un talent de conteuse peu commun, l'art de faire revivre une période en sachant saisir une réalité au plus près de la vérité. Un régal !

Citation

Maintenant que la rigidité cadavérique avait disparu, le visage avait l'air apaisé, comme si l'homme se trouvait soulagé d'un terrible fardeau. Leur plan avait réussi, ils en avaient la preuve sous les yeux.

Rédacteur: Serge Perraud mardi 08 mars 2016
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page