J'avais la croix

En cet instant, elle était à nouveau cette interne débutante et balbutiante, qui remplissait des panneaux de niveau de pisse, qui vidait des bocaux et posait ses mains sur des corps. Juliette avait toujours détesté les hôpitaux.
Claire Le Luhern - Protocole 118
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 24 janvier

Contenu

Roman - Policier

J'avais la croix

Sportif - Assassinat MAJ samedi 18 octobre 2014

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Inédit

Tout public

Prix: 9,5 €

Dominique Chappey
Paris : Baleine, août 2014
188 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 978-2-84219-530-4
Coll. "Le Poulpe"

Il était une croix...

Il suffit d'un simple article pour faire démarrer le moteur d'un octopode. Pendant que Cheryl suit un séminaire quelconque de top-managing-class à la flanc, c'est un fait divers qui attire Gabriel Lecouvreur : du côté de Saint-Jean-d'Entremont, depuis des années, des mains malveillantes abattent les croix qui parsèment les sommets des massifs. Une discipline certes pas très maligne, mais que quelqu'un a pris un peu trop à cœur en abattant un coupable pour l'attacher à la croix qu'il voulait démonter. Dans ce village somnolent, Lecouvreur va avoir son compte de patronnes cordon bleu, de jeunes délurées, d'anars sur le retour, de vrais poivrots et de faux culs...
Depuis que Stéphanie Delestré a repris en main la collection avant d'être fort bien remplacée par Gwenaëlle Denoyer, notre octopode préféré a repris du poil de la bête. Si la collection compte ses moments de bonheur (ceux de Jérôme Leroy et de Luc Baranger, au hasard), un "Poulpe", c'est un peu comme votre plat préféré hebdomadaire au bistro du coin : on sait à quoi s'attendre, mais l'art du maître-queue fait que le plaisir est toujours renouvelé. Et Dominique Chappey, relatif débutant, prouve que ce n'est pas forcément les auteurs les plus réputés qui rendent la même copie. Tout y est, le Pied de Porc de la Sainte Scolasse, Pedro, Cheryl entraperçue, les bons mots, les personnages truculents, même la citation littéraire faisant partie du cahier des charges de la série. Oui, le Poulpe voit fouiller sa chambre, se fait tabasser par des indigènes peu amènes et connaît divers sévices avant la conclusion, mais ce qui compte, c'est la façon dont on parvient à ces étapes obligatoires depuis les débuts de l'ère du dur à cuire. Dominique Chappey ne s'est pas fondu dans le moule, il semble se l'être approprié avec une jubilation palpable. Le tout dans un style intelligent, travaillé, qui se permet de petits bonheurs, comme ça, de temps en temps, presque en s'excusant. Le temps (bref, 177 pages) de lecture passé, on en sort avec un sourire aux lèvres en attendant de voir comment le prochain auteur épicera la recette. Et franchement, que demander de plus à une série populaire ?

Citation

Les vertébrés que nous sommes appartiennent à l'embranchement des deutériostomiens, ce qui en gros'veut dire 'bouche en second' ; L'homme, pendant l'embryogenèse, développe d'abord l'anus, puis la bouche. Ce qui démontre que l'être humain est d'abord, et avant tout, un trou du cul.

Rédacteur: Thomas Bauduret vendredi 17 octobre 2014
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page