Mistral

Et les choses de la vie continuent à s'empiler sur nos rêves.
Margot D. Marguerite - La Vieille dame qui ne voulait pas mourir avant de l'avoir refait
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 18 septembre

Contenu

Roman - Espionnage

Mistral

Politique - Géopolitique - Tueur à gages MAJ jeudi 06 août 2009

Note accordée au livre: 1 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 15 €

Cent Elman
Roquebrune-Cap-Martin : Le Compas, juin 2008
244 p. ; 21 x 14 cm
ISBN 978-2-35029-007-7

Du rififi dans un zoo

Cent Elman est journaliste (personnage éponyme en quelque sorte), Marlène, membre du jury Miss Côte d'Azur. En déplacement professionnel, pas de bol, leur chemin croise une poubelle dans laquelle une barbouze a jeté des documents Secret Défense... Moins d'une trentaine de feuillets qu'ils font l'erreur de récupérer. Dès lors leur vie bascule : ils ont sur les talons les barbouzes de ce coup foireux, qui essaient de les liquider en plus de vouloir récupérer les feuillets manquants. Très peu professionnels, ces barbouzes mettent un temps fou à remplir leur mission, ce qui permet moins à l'intrigue de se développer qu'au roman de s'enrichir de nouveaux personnages rocambolesques : milliardaire sulfureux, mannequin glamour, gendarmes et flics locaux astucieux. Le tout entrecoupé d'apostrophes de l'auteur au lecteur, clins d'yeux avertis à la limite de la grosse blague complice. Il s'en suit des morceaux de bravoure loufoques ou peu s'en faut, du rififi dans un zoo, tandis que Miss jury Côte d'Azur joue les amazones. Le tout promet de finir en foutoir exceptionnel attisé par le Mistral. Mais la langue est curieusement précautionneuse, trop occupée à justifier ses écarts pour gagner cette liberté de ton que les incises de l'auteur promettaient. Dirimante pour tout dire, et c'est dommage : en resserrant davantage et en éliminant les justifications, il y avait de quoi jubiler.

Citation

À défaut de balles en caoutchouc, le lieutenant plombait au Smith et Wesson.

Rédacteur: Joël Jégouzo samedi 18 juillet 2009
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page