La Fille au cœur mécanique

Nul n'ignore les capacités "momificatrices" de l'arsenic (tout le monde se souvient de l'état du cadavre de Napoléon Ier plusieurs années après son décès sur l'île de Sainte-Hélène… et la suspicion, déjà, d'un empoisonnement).
Philippe Charlier - Les Secrets des grands crimes de l'Histoire
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Tempête qui vient
Le titre de ce nouveau roman de James Ellroy, par ailleurs deuxième volet du "Second quatuor de Los Angel...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 12 décembre

Contenu

Roman - Thriller

La Fille au cœur mécanique

Psychologique - Braquage/Cambriolage - Assassinat MAJ mercredi 12 novembre 2014

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 19,5 €

Peter Swanson
The Girl With A Clock For A Heart - 2014
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Denis Beneich
Paris : Calmann-Lévy, septembre 2014
282 p. ; 22 x 15 cm
ISBN 978-2-7021-5350-5
Coll. "Robert Pépin présente"

Crise de la quarantaine

George Foss oublie son blues de la quarantaine dans des bars lorsqu'il croise par hasard Liana Decter, celle qui lui a brisé jadis le cœur : il n'a jamais oublié ni surmonté ses années de fac... Et, évidemment, Liana a un service à lui demander, celui de restituer à son ex la somme d'argent qu'elle lui a volé. Mais, déjà, vingt ans plus tôt, Liana n'était pas celle qu'elle prétendait être. Pourquoi en serait-il différemment aujourd'hui ?
Dans le sturm und drang du thriller industriel, il est parfois bon de revenir aux sources du genre. Ce roman où un paumé vaguement dépressif hanté par son passé est victime d'une femme fatale avec vols, meurtres, trahisons et fausses identité à la clé évoque aussi bien l'univers de Charles Williams que celui de William Irish, avec un scénario si délicieusement complexe, classiquement découpé en deux époques, qu'il faut plusieurs pages d'explications pour le débrouiller au final ! Il faut surtout composer avec un anti-héros qui se laisse manipuler avec joie et semble se jeter tête baissée dans tous les pièges tendus à travers son chemin, à tel point que la façon dont il vient à bout de toute l'histoire relève du deus ex machina... Mais qu'importe, Peter Swanson ne juge jamais son personnage, n'étire pas son propos et, pour un premier roman, fait preuve d'une belle maîtrise narrative qui le rend digne d'une "Série noire" gallimardienne de la grande époque. Par moment, ça fait du bien...

Citation

Approchant la quarantaine, il avait l'impression que son univers avait été lentement vidé de toutes ses couleurs.

Rédacteur: Thomas Bauduret vendredi 07 novembre 2014
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page