Le Retour du capitaine Emmett

Un gaucho qui rechigne à festoyer est bon à enterrer.
Jacques Tourneur - Le Gaucho
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Tempête qui vient
Le titre de ce nouveau roman de James Ellroy, par ailleurs deuxième volet du "Second quatuor de Los Angel...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 10 décembre

Contenu

Roman - Policier

Le Retour du capitaine Emmett

Historique - Vengeance - Guerre MAJ mercredi 28 janvier 2015

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 8,1 €

Elizabeth Speller
The Return of Captain John Emmett - 2010
Traduit de l'anglais par Bella Norac
Paris : 10-18, octobre 2014
408 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 978-2-264-06333-5
Coll. "Grands détectives", 4833

Tous les retours ne se font pas dans la joie !

L'existence quotidienne pendant la Grande Guerre, les batailles, les victoires ont été longuement décrites et évoquées, plus ou moins glorifiées. Les psychoses des soldats, les conséquences de "l'obusite", les traumatismes des combats ont été niés durant de nombreuses années, puis oubliés. Les exécutions sommaires, ordonnées par des cours martiales, ont été soigneusement tues. Cependant, ces faits commencent à faire l'objet de documentaires, de publications. Le présent roman s'inscrit dans cette veine, avec une galerie de personnages et une intrigue remarquables.

Le capitaine Laurence Bartram, démobilisé, a rompu totalement avec sa vie d'avant. Il écrit un livre et ne fréquente plus que Charles Carfay, un ami d'école, un combattant qui a connu la même horreur des combats.
Une lettre de Mary Emmett le replonge dans le passé. Elle est la sœur de John, un camarade de lycée et d'université. Laurence a été reçu dans cette famille. Elle souhaite le rencontrer pour tenter de comprendre les raisons qui ont poussé son frère au suicide. Celui-ci n'a laissé aucune explication, sauf un testament qui met sa famille à l'abri du besoin et des legs à trois inconnus. Laurence, touché par la beauté de la jeune femme, propose de rechercher des explications vers ceux qui l'ont fréquenté. Or, les témoins de la vie de John sont rares, presque tous tombés sur le front.
Il rencontre d'abord ceux à qui John a légué de l'argent. Deux d'entre eux ne peuvent expliquer ce geste. Le troisième reste inconnu. Aidé par Charles, Laurence se lance dans une véritable enquête car ces rencontres génèrent plus de d'interrogations qu'elles n'apportent de réponses.
Et il apprend que Mary a été au cœur d'un scandale avec un homme marié, que John était en rapport avec un truand, un poète condamné pour trahison et qu'il avait commandé un peloton d'exécution.
Traquer les fantômes d'un passé, même récent, compte-tenu des circonstances, n'est-ce pas dangereux pour la sauvegarde d'une mémoire respectable et pour les survivants ?
Un individu peut-il être le même que celui qui est parti quand il a participé, vécu, comme tous ces "poilus" les horreurs d'une telle tuerie ? Le caractère, la vision de choses ont changé si le corps est resté intact.

Elizabeth Speller offre un roman élaboré autour de la reconstruction, après une guerre pareille, des combattants comme de ceux qui ont tremblé d'angoisse pour leurs proches.
Elle met en scène les conséquences d'actes commis dans le feu de l'action, dictés par l'instinct de survie et qui engendrent ressentiment et culpabilité. Elle revient sur ces traumatismes, sur cette justice expéditive imposée par les responsables de l'armée pour faire taire les objections et obliger les soldats à continuer à se battre malgré l'inutilité des assauts.
Elle met le projecteur sur les trafics et les profiteurs, sur ceux qui savent utiliser les circonstances pour continuer à faire des affaires et du profit. Elles évoquent le sort de ces innocents frappés par des psychoses et qui parce qu'ils avaient perdus la tête se sont retrouvés accusés de désertion et qui furent condamnés, voire exécutés pour certains.
Elizabeth Speller brosse une galerie de personnages d'une grande justesse dans une intrigue toute en sous-entendus.
Son écriture élégante, son style solide, font merveille pour dépeindre le portrait d'une période qui fut, malgré le soulagement de la fin de la guerre, génératrice de grands tourments. Mais, ce livre refermé, des personnages continuent de vous hanter, et des questions sur le sort de l'humanité souffrante perdurent.

Un avis plus contrasté de Michel Amelin

Citation

... il ressentait un désir physique beaucoup plus sombre. Un désir qui avait commencé à l'assaillir lorsque Charles avait insinué que Mary n'était peut-être pas aussi innocente qu'il ne se l'était imaginé. Apprendre qu'elle avait eu une aventure avec un homme marié l'avait surpris, et troublé aussi.

Rédacteur: Serge Perraud jeudi 13 novembre 2014
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page