Catalan pyscho

Je tombe amoureuse. Je ne suis plus que guimauve. Des cascades de confettis à l'effigie d'Alice Cooper se déversent du ciel. Les altos de Freddie Mercury psalmodiant Bohemian Rhapsody en fond sonore.
Marin Ledun - Salut à toi ô mon frère
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Frontière
Depuis les années 1970, l'Amérique mène la guerre contre la drogue. Elle l'a perdue et elle le sa...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 14 novembre

Contenu

Roman - Policier

Catalan pyscho

Médical - Road Movie MAJ jeudi 11 décembre 2008

Note accordée au livre: 3 sur 5

Poche
Inédit

Public averti

Prix: 10 €

Gil Graff
Perpignan : Mare nostrum, mai 2008
218 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 978-2-908476-64-4
Coll. "Les Polars catalans"

Freaks au pays des peigne-culs...

Pas vraiment non plus : ça, c'est ce que la quatrième de couverture voudrait nous faire croire. Hallucinante du reste, soit à prétendre qu'il s'agit d'une fine étude psychologique de personnages ordinaires, soit à vouloir orienter notre lecture façon revival sorcellerie berrichonne en pays catalan... En fait, presque rien de cela. Dans ce pays de balloches subventionnés désormais par le Conseil Régional, un laboratoire pharmaceutique a entrepris d'expérimenter en milieu ouvert ses nouveaux neuroleptiques. À cette fin, il a repeuplé le village de sévères psychopathes, pour les observer, alors que, déjantés absolus, aucun d'entre eux ne s'en doute. Pas même leur visiteuse - Evita/Eliane - venue tuer l'assassin et violeur de son jeune frère, qui coule des jours "paisibles" dans l'hôpital psychiatrique voisin.
On le voit : l'ordinaire humain est généralement bien en dessous de pareille galerie de personnages. De Gisèle qui s'enfourne des souris ointes d'huiles essentielles en guise de boules de geisha, au bâtard fin-de-race de la tragique dynastie des Aparegut que la folle lubrique a entrepris d'éradiquer, ça déménage vraiment dans le bled ! Mais il serait dommage de réduire ce roman anthropophage à cette seule conjoncture. Car même si le cauchemar tourne au massacre gore, tout de même, c'est écrit avec une causticité réconfortante. C'est loufoque, les histoires sont poisseuses, c'est vrai, immondes même, mais c'est écrit, et c'est tout ce qu'on demande...

Citation

Gisèle décolla avec sa langue les miettes du gâteau incrusté entre ses dents. Depuis combien de temps n'avait-elle pas tué ?

Rédacteur: Joël Jégouzo lundi 18 août 2008
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page