La Route de Santa Anna

Le premier m'avait réveillé en atteignant le palier, non parce qu'il était bruyant, mais parce qu'il ne l'était pas.
Alexander W. Rosto - Noir est mon double
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 15 septembre

Contenu

Roman - Noir

La Route de Santa Anna

Braquage/Cambriolage - Arnaque - Trahison MAJ vendredi 28 novembre 2014

Note accordée au livre: 5 sur 5

Poche
Inédit

Tout public

Prix: 6,9 €

Serge Brussolo
Paris : Le Masque, octobre 2014
400 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 978-2-7024-4112-1
Coll. "Le Masque poche", 52

Actualités

  • 27/06 Prix littéraire: Sélection 2015 du Prix Polar Michel Lebrun
    Samedi 27 juin, les jurés du Prix Polar Michel Lebrun se sont réunis afin d'établir la dernière sélection d'une récompense qui fêtera cette année sa trentième édition. Une cinquantaine d'ouvrages francophones avaient été retenus. Neuf finalistes ont été révélés. Un dixième pourrait prochainement faire son apparition. Jean-Claude Vallejo tient à souligner : "Une mention particulière pour Pukhtu de DOA (Gallimard, "Série Noire") qui aurait pu figurer dans cette sélection, mais le deuxième volume étant annoncé pour l'automne, il a été décidé de le mettre en réserve pour 2016 (l'ensemble des deux volumes sera alors pris en compte)." Le 19 septembre le lauréat sera choisi. La remise du prix aura elle lieu le samedi 12 décembre, sûrement à la librairie Doucet du Mans, qui est partenaire tout comme le festival La 25e Heure. Le parrain qui officiera pour l'occasion sera Jean-Bernard Pouy.

    Sélection 2015 du Prix Polar Michel Lebrun :
    - L'Échiquier du Temple, de Jean-Luc Aubarbier (Critic) ;
    - Grossir le ciel, de Franck Bouysse (La Manufacture de livres) ;
    - La Route de Santa-Anna, de Serge Brussolo (Le Masque) ;
    - Kif, de Laurent Chalumeau (Grasset) ;
    - Les Amazoniques, de Boris Dokmak (Ring) ;
    - Derrière les panneaux il y a des hommes, de Joseph Incardona (Finitude) ;
    - Or noir, de Dominique Manotti (Gallimard, "Série Noire") ;
    - Adieu, Lili Marleen, de Christian Roux (Rivages, "Thriller") ;
    - Voici le temps des assassins, de Gilles Verdet (Jigal, "Polar")
    Liens : Or noir |Adieu Lili Marleen |Voici le temps des assassins |Grossir le ciel | D.O.A. |Jean-Bernard Pouy |Franck Bouysse |Serge Brussolo |Laurent Chalumeau |Boris Dokmak |Joseph Incardona |Dominique Manotti |Christian Roux |Gilles Verdet

Go-fast impossible

Le go-fast sur routes n'est pas exempt de dangers. Aussi, vouloir en réaliser un pour franchir la frontière entre le Texas et le Mexique, en sautant le Rio Grande, relève du fantasme. Mais, avec Serge Brussolo aux commandes, imaginez si cela se complique singulièrement !

Markh était un gladiateur du volant dans des spectacles interdits. Il est devenu cascadeur en acrobaties automobiles en rencontrant Jana, une jeune femme ivre de danger. Elle voulait aller toujours plus loin dans l'audace et la prise de risques jusqu'au jour où...
Waldo est un jeune avocat qui veut faire fortune rapidement et qui organise des go-fast avec les cartels mexicains.
Wichita survit dans un camp de mobil-home avec Sue et Timmy, ses enfants. Veuve, elle cohabite, sous le regard libidineux de son beau-père, Grand-Pop Julius. Elle assurait le spectacle en petite jupette dans les rodéos de taureaux avec son mari jusqu'à ce que ce dernier se fasse encorner par une bête. Sue tient un emploi de guide au Monument, une construction sensée symboliser le rapprochement entre les États-Unis et le Mexique, qui se compose de deux ailerons qui s'élancent de chaque côté du fleuve frontière.
Markh est recruté par Waldo pour assurer un go-fast spécial, en lançant une voiture sur les deux ailerons qui feront ainsi office de rampes de lancement et de réception. Ce monument a été, en fait, financé par les cartels.
Sue surprend des préparatifs et en parle. Julius, un ancien cascadeur parachutiste, entraine les deux adolescents dans la préparation du hold-up du siècle, s'emparer de la voiture bourrée de millions de dollars...

L'action se construit autour de deux groupes de personnages. Les uns sont cassés par la vie et continuent sur une lancée qui va vers la fin à brève échéance, les autres tentent par tous les moyens de modifier leur existence. Les deux groupes sont chapeautés par des gens sans pitié qui, eux-mêmes, vivent sous une épée de Damoclès. Malgré leur situation, ils risquent le pire en cas d'échec.
Les difficultés s'ajoutent les unes aux autres, finissant par constituer un tel écheveau que cela semble impossible à réaliser. Serge Brussolo installe son intrigue qui, rapidement, prend une direction, va dans un sens que personne n'avait, bien sûr, prévu et où chaque protagoniste tente alors de survivre guidé par l'instinct de conservation. L'auteur accroît le climat de tension avec des sous-entendus, des attitudes ambiguës qui détériorent les rapports.
Il décrit cette zone frontière où, comme à Calais, les migrants tentent, par tous les moyens, de passer pour accéder à ce qui leur est décrit comme le paradis, malgré les barrages, les murailles, les patrouilles de police, les milices municipales et privées, les pièges naturels...
Chaque personnage est finement construit avec un profil élaboré et une véritable biographie qui permet de comprendre comment il se retrouve dans la situation où il est, et les mécanismes de réactions qu'il est capable de mobiliser.
Un humour malicieux, avec une ironie souvent mordante mais frappé de bon sens, est distillé au fil des pages.
Le titre fait référence à des événements historiques liants ou déchirants, au choix, les deux pays.

Avec Serge Brussolo, on n'est jamais déçu par les univers de cauchemars qu'il s'ingénie à imaginer et qu'il développer avec un renouvellement constant de livre en livre.
La Route de Santa Anna est un grand Brussolo qui contient tout ce que l'auteur excelle à mettre en scène avec, toujours, la peur au ventre, l'angoisse qui monte et des péripéties qui dérapent. Il semble qu'une suite soit, pour le plus grand plaisir des lecteurs, en cours d'écriture.

Citation

Les puissances obscures te protègent, comme les guerriers das l'Iliade. Tu as lu l'Iliade ?
Non, seulement Conan le Barbare, on m'a dit que c'était pareil, en moins chiant.

Rédacteur: Serge Perraud jeudi 27 novembre 2014
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page