Satan était un ange

Une branque de plus. Ça commence à faire beaucoup au mètre carré. C'est comme le mercure, au début c'est sans douleur, mais ça s'entasse et, à force, ça rend fou. On a déjà vu ça au Japon.
Jean-Bernard Pouy - Holiday
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 17 juillet

Contenu

Roman - Thriller

Satan était un ange

Road Movie - Gang MAJ mardi 02 décembre 2014

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 18,9 €

Karine Giébel
Paris : Fleuve, novembre 2014
336 p. ; 23 x 14 cm
ISBN 978-2-265-09839-8
Coll. "Fleuve noir. Thriller"

Rétro-noir

François Davon, avocat à succès, prend un jour sa voiture pour s'enfuir. Pourtant, il ne peut distancer son futur assassin : une tumeur au cerveau. Mais sa vie va basculer une fois de plus lorsqu'il prend en stop le jeune et sympathique Paul Costino. Il apprend vite que celui-ci est poursuivi par des tueurs bien réels, et une étrange relation va se nouer entre l'homme hanté par sa mort programmée et le criminel en mal de rédemption...
Après un Purgatoire des innocents qui a partagé les lecteurs de par sa complaisance dans la violence qui en faisait un équivalent littéraire du "torture porn" cinématographique, Karine Giébel continue d'exploiter les grands thèmes du polar avec cette course poursuite très années 1970-1980 (on y compte d'ailleurs en francs et l'époque où se situe l'action n'est pas donnée, bien que sans déflorer, une référence à une actualité passée la situe temporellement). On en vient à évoquer une improbable rencontre entre un Lino Ventura ou un Jean Rochefort avec un jeune loup d'alors, Bernard Giraudeau ou Gérard Lanvin, dans les rôles principaux d'un film inexistant... L'ensemble fonctionne et prend peu à peu de l'ampleur au fil des pages, déployant les thèmes chéris de l'auteur : l'engrenage de la violence, la rédemption toujours possible, et un souci de dénonciation des tares actuelles, à commencer par la lâcheté ordinaire et le confort intellectuel illusoire (ne ratez pas la postface qui ancre le roman dans la réalité sordide). En bref, d'appuyer là où ça fait mal ce qui la distingue des usineurs de thrillers industriels au kilo. Reste le style, tant décrié par les puristes, mais qui insuffle au récit un rythme haletant, loin des astuces des dits usineurs de thrillers industriels se contorsionnant pour cacher le fait qu'il ne se passe pas grand-chose, sans oublier l'émotion et l'empathie pour les personnages. Un roman qui ne révolutionnera pas le genre et n'en a pas l'ambition, mais qui réussit son pari (démesuré) de distraire sans insulter l'intelligence du lecteur. De nos jours, c'est déjà pas mal...


On en parle : Lire n°434 |L'Indic n°23

Citation

Dans la même voiture, sur une même route, deux hommes que tout semble opposer et qui pourtant fuient ensemble des destins différents. Après tout, pourquoi sans cesse trouver des explications ?

Rédacteur: Thomas Bauduret mardi 02 décembre 2014
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page