La Quatrième forme de Satan

On aurait du se rendre compte que quelque chose clochait dangereusement au cours de notre séance de groupe du mardi matin, pendant que Russell mentait en racontant qu'il avait garrotté le colonel serbe.
James Thomas Grady - Mad Dogs
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 17 juillet

Contenu

Roman - Policier

La Quatrième forme de Satan

Énigme MAJ jeudi 11 février 2010

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 18 €

Pieter Aspe
De vierde gestalte - 1998
Traduit du français par Emmanuèle Sandron, Michèle Deghilage
Paris : Albin Michel, juin 2009
320 p. ; 22 x 15 cm
ISBN 978-2-226-19241-7
Une enquête du commissaire Van In, 4

Ce qu'il faut savoir sur la série

Pieter Aspe a signé, en 2008, la vingt-deuxième aventure du commissaire Van In. Ce personnage, iconoclaste, à l’humour caustique, avec ses désillusions et ses blessures, est le flic imparfait que ses faiblesses assumées à défaut d’être reconnues, rendent attachant. Les enquêtes qu’il mène dans Bruges et sa région le font évoluer entre luttes politiques et d’influence, prises d’intérêts, guerre entre police municipale et gendarmerie, et approcher les lourds secrets confinés entre les murs séculaires.

Et le diable se confronte à Van In !

Le commissaire Pieter Van In œuvre au sein du corps de police brugeois. Il est réputé pour son attitude iconoclaste, l'emploi de méthodes peu orthodoxes et une forte antipathie pour la gendarmerie. Jusqu'alors, il a été confronté à des notables qui se pensaient inattaquables. Lorsqu'il se rend dans le quartier, ignoré des touristes, où a été repêché le corps d'une jeune femme, c'est à une autre forme de criminalité qu'il devra faire face. En furetant dans l'appartement de Katrien Andries, pour comprendre les raisons de sa mort, Pieter et Guido Versavel, son adjoint, découvrent des éléments qui font douter du suicide, mais une bibliothèque fournie en ouvrages sur le diable.
De retour au bureau, Van In est convoqué par son supérieur, le commissaire en chef De Kee, surnommé Kétounet. Celui-ci lui présente une ravissante jeune femme, journaliste de son état, qui suivra son équipe pendant une semaine. Une intrusion que le commissaire accepte très mal.
Un jeune drogué est arrêté alors qu'il sonnait à l'appartement de la morte. Peu à peu, les enquêteurs entrent dans l'univers de Katrien, découvrent qu'elle a quitté, il y a trois mois, une secte satanique, entraînant avec elle, le jeune drogué et son fiancé. Depuis, ils ont reçu des menaces. Mais, rien n'est simple pour le commissaire qui doit jongler entre sa vie personnelle avec Hannelore qui doit bientôt accoucher et son enquête où toutes les pistes s'entrelacent et se contredisent. Mais, à la tête d'une secte satanique, un certain Venex use de la drogue pour s'assurer des complicités sans failles. Parce que l'enquête le gêne, il met en place un piège imparable pour Van In et organise un attentat...
Pieter Aspe développe des enquêtes qui trouvent leurs racines dans le passé et se nourrissent de secrets bien gardés dans les demeures aux façades qui se veulent respectables. Pour le présent roman, il concocte une intrigue dense, presque machiavélique, quand les non-dits sont lourds de conséquences dans une ville où les gens se croisent ou se fréquentent pour des raisons sociales, professionnelles, amoureuses, religieuses, libidineuses... L'auteur confronte son héros à des situations ambiguës, tant dans sa vie personnelle que de policier. Il nous fait également partager les affres de l'ultime période prénatale de sa compagne. Celle-ci laisse Van In revenir aux plaisirs épicuriens. Il en profite alors pour ingurgiter des cafés arrosés, très arrosés, et des Duvel comme s'il en pleuvait. Mais, il lui "pourrit" la vie en le flanquant d'une ravissante journaliste qui lui réservera bien des surprises, et en le mettant en concurrence, sur le terrain, avec les gendarmes.
Pieter Aspe propose des personnages secondaires construits avec recherche et une connaissance approfondie de la nature et de la psychologie humaines. Il traque, ainsi, les défauts de notre société et se moque de ses travers.
On peut regretter la chute de l'histoire un tant soi peu abrupte. Mais, cette faiblesse est compensée par un final d'une grande intensité, d'une puissance remarquable, mettant en scène un "melting pot" de sentiments.
La lecture de La Quatrième forme de Satan permet de passer un excellent moment avec un commissaire si humain, attachant par ses capacités de déduction, son opiniâtreté, mais surtout par ses faiblesses tant gastronomiques que sentimentales.


On en parle : Carnet de la Noir'Rôde n°38

Citation

Satan se manifeste à nous sous quatre formes : il séduit, il trompe, il manipule et il trahit. Ces quatre manifestations correspondent à quatre archétypes connus : Don Juan, Faust, Prométhée et Lucifer.

Rédacteur: Serge Perraud jeudi 23 juillet 2009
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page